Cambodge & Ampov : Esprit de canne à sucre

Les premières bouteilles seront disponibles aux alentours de mars 2023, délivrant leurs arômes propres à séduire les amateurs de rhum authentique et fruité. Si l’aventure d’Ampov ne fait que commencer, le potentiel de la canne à sucre cambodgienne laisse entrevoir de bien prometteuses aventures spiritueuses.

Les visiteurs du Marché français, qui s’est tenu dans les jardins de l’Ambassade de France le 19 novembre dernier, ont eu la primeur de la dégustation. Nouveau venu sur le marché des spiritueux, Ampov, soit « canne à sucre » en khmer, est née de la vision d’un homme qui conjugue ainsi ses amours pour le Cambodge et pour une boisson mythique à plus d’un titre.

Distillateur de rêve 

« De nouvelles distilleries ouvrent partout dans le monde, constate Ralph Meyer, à l’origine de la marque. Le rhum, et les spiritueux en règle générale, connaissent une période de renouveau et de regain d’intérêt particulièrement intéressante. La canne à sucre que l’on trouve à proximité de Phnom Penh possède de grandes qualités et nous avons hâte d’explorer toutes ses possibilités » déclare le cofondateur de l’entreprise. Fréquentant depuis de nombreuses années clubs et formations d’œnologie et de distillation, Ralph Meyer ne demandait qu’à concrétiser son rêve, celui de créer un rhum premium et artisanal. Le Cambodge, rencontré par le biais d’une opération humanitaire, lui en a fourni le cadre idéal.

Ralph Meyer (crédit photo @gregzan)
Ralph Meyer (crédit photo @gregzan)

De Strasbourg à Phnom Penh, la route du rhum

C’est en 2014 que l’entrepreneur découvre le Royaume, au cours d’un projet pour son association Cycles et Solidarité. Après avoir collecté et remis en état plus de 900 vélos, le petit groupe de bénévoles s’est rendu dans les écoles d’Asie du Sud-Est afin de les distribuer. Pour Ralph Meyer, le premier contact avec le Cambodge s’est déroulé à Sisophon, dans un établissement de la célèbre ONG Enfants du Mékong. Séduit par le pays, par ses aspects francophones et francophiles ainsi que par la gentillesse et l’ouverture d’esprit de ses habitants, ce Strasbourgeois revient alors régulièrement au Cambodge, mûrissant l’idée d’y installer sa distillerie.

En octobre 2021, le site est finalement choisi et le matériel, fûts et alambics, sur le point d’arriver. Les plantations alentour sont minutieusement visitées, n’étant sélectionnées que celles répondant à la délicate équation qualité-proximité : produit fragile, la canne à sucre se dégrade dès les heures suivant la récolte, obligeant à mettre en place un circuit particulièrement court afin de préserver toutes ses qualités. Autre exigence : celle d’une culture sans usage de pesticide. Covid oblige, c’est depuis l’Hexagone que Ralph Meyer suit le déroulement des opérations, participant à distance à la complexe mise en place d’une telle installation et attendant avec impatience la réouverture des frontières. Lorsqu’il peut enfin arpenter les 650 m² de sa distillerie en novembre 2021, tout est presque prêt pour lancer la première série de bouteilles.

Plantation de cannes à sucre dans la campagne phnompenhoise
Plantation de cannes à sucre dans la campagne phnompenhoise

Identités spiritueuses

« L’identité de la marque ne s’est pas faite en un jour, et il aura fallu procéder à de nombreux essais afin de trouver l’équilibre auquel nous souhaitons parvenir, se souvient-il. Nous avons pour cela été aidés par les chefs, les œnologues et les amateurs de rhum à qui nous avons fait déguster notre production de test. Nous nous sommes finalement orientés à ce jour vers trois rhums distincts, tous de qualité premium, privilégiant une petite production garante de qualité optimale. Tous sont produits selon le principe de double distillation et sont à la fois puissants et aromatiques, conservant la présence de la canne à sucre ainsi qu’une belle persistance en bouche. »

Lily HE, manager de la marque, a fait découvrir la gamme aux visiteurs du Marché français de Phnom Penh
Lily HE, manager de la marque, a fait découvrir la gamme aux visiteurs du Marché français de Phnom Penh

Tour de table

Comme pour le vin, les rhums Ampov sauront se renouveler à chaque millésime, ou « batch ». Leurs arômes varieront selon les variétés de cannes mises en œuvre, ainsi qu’en fonction des fermentations et des fûts utilisés. Un rhum ambré élevé sous bois (ESB) devrait être disponible dès fin 2023 et des rhums vieux courant 2025/2026. La campagne 2023 débutera quant à elle début janvier et vise une production d’environ 5 000 bouteilles, dont certaines se retrouveront même sur les tables de grands restaurants.

« Depuis quelques années, les spiritueux intéressent les chefs les plus renommés, qui se permettent de surprenants accords avec les mets. Autrefois cantonnés à l’apéritif ou considérés comme des digestifs, les rhums se révèlent tout à fait capables d’accompagner un repas ou un plateau de fromages. Nous réalisons de nombreux tests et il s’avère que certains plats de la gastronomie cambodgienne peuvent s’accompagner d’un verre de rhum, pour le plus grand plaisir du palais. De grandes surprises attendent donc les gastronomes épicuriens et curieux ! »

Page Facebook : https://www.facebook.com/profile.php?id=100087745172186

Contact : ampov.distillery@gmail.com

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône