Cambodge & Agriculture : Vers la finalisation du programme national pour la noix de cajou

Le ministère du Commerce révise actuellement certains éléments du projet de politique nationale sur les noix de cajou en vue de son approbation par le gouvernement, ce qui, selon les acteurs du secteur, rendra les produits cambodgiens à base de noix de cajou plus faciles à exporter.

La valeur moyenne déclarée par kilogramme des exportations de noix de cajou l’année dernière était de 1,71 $, selon les statistiques du ministère de l’Agriculture.
La valeur moyenne déclarée par kilogramme des exportations de noix de cajou l’année dernière était de 1,71 $, selon les statistiques du ministère de l’Agriculture. Photo AKP

Lors d’une réunion visant à examiner et à discuter du projet de politique le 20 janvier, le secrétaire d’État au ministère et le vice-président du groupe de travail conjoint sur la politique de la noix de cajou au Cambodge, Reach Ra, ont évoqué les progrès réalisés sur le document lors d’une série de réunions entre les départements concernés.

Le groupe de travail a également intégré les contributions d’autres agences gouvernementales, des partenaires du développement et du secteur privé — y compris les associations, les exportateurs et les cultivateurs.

« Je demande au secrétariat chargé de l’élaboration de la politique nationale sur les noix de cajou de préparer la suite des travaux qui seront discutés lors d’une réunion du Conseil des ministres, dans un avenir proche », a déclaré Ra.

La récolte des noix de cajou à Siem Reap
La récolte des noix de cajou à Siem Reap. Photo AKP

L’objectif du projet de politique nationale est de faire du Cambodge un producteur et un fournisseur majeur de noix de cajou et de produits destinés aux marchés locaux, régionaux et mondiaux, a-t-il ajouté.

In Lai Huot, propriétaire de Chey Sambor, une entreprise de transformation de noix de cajou basée à Kampong Thom, a déclaré au Post le 23 janvier que les zones de culture et la production de noix de cajou avaient tendance à augmenter chaque année, ce qu’elle attribue à la facilité de culture, à l’existence d’un vaste marché et au caractère abordable des produits.

Elle a ajouté qu’une politique nationale sur les noix de cajou, similaire à celle du manioc, contribuerait à attirer davantage d’investisseurs et de personnes pour cultiver les arbres et traiter les graines pour l’exportation :

« Lorsque les cultures de noix de cajou seront intégrées dans la politique nationale, je pense que cela apportera de nombreux avantages aux cultivateurs et aux transformateurs, car je me rends compte que la demande est élevée, mais que la capacité d’approvisionnement est encore limitée »

En collaboration avec la société japonaise Top Planning Japan Co ltd (TPJ), Chey Sambor a exporté son premier lot de noix de cajou au Japon à la mi-2021. L’entreprise a expédié un total de 34 tonnes à ce jour, toutes vers le Japon.

Actuellement, les noix de cajou coûtent entre 6 000 et 7 000 riels (1,47-1,72 $) le kilogramme.
Actuellement, les noix de cajou coûtent entre 6 000 et 7 000 riels (1,47-1,72 $) le kilogramme.

Cette année, le Cambodge a exporté 937 974,26 tonnes de noix de cajou pour une valeur de 1,604 877 milliards de dollars, soit une hausse de 328,34 % en volume et de 233,32 % en valeur par rapport à 2020. Les principaux marchés pour les noix de cajou cambodgiennes comprennent le Vietnam, la Chine continentale, la Thaïlande, l’Inde, le Japon et la Corée du Sud, a-t-il précisé.

Avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône