Archives & Parcours : Le regard de l'artiste Kanitha TITH

Dernière mise à jour : 18 sept. 2020

Kanitha TITH, née en 1987 à Phnom Penh au Cambodge, est une artiste interdisciplinaire oscillant entre arts visuels et sculpture, performance et installation.

Kanitha évolue également dans le cinéma indépendant cambodgien en tant qu’actrice et directrice artistique.

Kanitha TITH, Instinct, 2018.

Kanitha TITH, Instinct, 2018.


L’exposition Instinct à la galerie SA SA BASSAC marque la deuxième exposition solo de l’artiste, qui fait suite à Companions, exposée en 2011 au Centre culturel français. Les sculptures de Kanitha reposent essentiellement sur les matériaux utilisés, le processus de fabrication et le temps. Diplômée du programme de design d’intérieur de l’Université Royale des Beaux-Arts de Phnom Penh, Kanitha a découvert il y a plus de dix ans, à l’école, le fil d’acier. Le décrivant comme :

« un matériau insignifiant dont la fonction première est de soutenir les autres »

Elle a commencé à expérimenter puis à transformer lentement les associations artisanales et industrielles qui lui sont traditionnellement accolées.

Kanitha TITH, Instinct, 2018.

Kanitha TITH, Instinct, 2018.


Le processus créatif de Kanitha est une négociation laborieuse menée physiquement, conceptuellement et métaphoriquement avec ce matériau. Après avoir déroulé son fil, elle travaille à travers les enchevêtrements naturels, enroulés à la main autour d’une fine cheville en cuivre pour accumuler de grandes longueurs de modules hélicoïdaux. Similaires à un ressort, les longueurs flexibles se détendent et se compressent ; s’emboîtant lorsqu’elles sont enroulées l’une à l’autre. Kanitha ne considère une œuvre sculpturale achevée que lorsqu’elle « peut respirer à sa façon ».

Kanitha TITH, Instinct, 2018.

Kanitha TITH, Instinct, 2018.


Les œuvres de l’artiste ont été exposées à l’international, les plus récentes étant les expositions collectives Le paysage après coup, Centre d’art contemporain Faux Mouvement, Metz, France (2018) et SUNSHOWER : l’Art de l’Asie du Sud-Est de 1980 à aujourd’hui, Mori Art Museum, Tokyo, Japon (2017).

Par l'IFC. Images avec l’aimable autorisation de l’artiste et SA SA BASSAC. – Crédit Photographique : PrumEro