top of page
Ancre 1

Agriculture : Le manioc, l'une des principales cultures agro-industrielles du Cambodge

Le manioc est aujourd'hui l'une des principales cultures agro-industrielles du Cambodge et un important produit d'exportation, contribuant à environ 3 à 4% du produit intérieur brut.

Les prix du manioc ont connu une augmentation marquée en cours d’année dans les zones proches de la frontière thaïlandaise, alors que la récolte atteint 85 à 90 %. Et ce, malgré les inondations dévastatrices de l’année dernière qui devraient entraîner une récolte « légèrement » inférieure à celle de la saison précédente à Pailin et dans les provinces voisines, explique Say Sophat, directeur du département provincial de l’agriculture de Pailin.

« Le manioc est généralement cultivé en une seule récolte par an, de septembre à avril de l’année suivante. Il est essentiel pour les habitants de Pailin, et il est planté presque partout. S’il n’y avait pas eu d’inondations à la fin de l’année 2022, la récolte aurait pu être plus importante », ajoute-t-il.

La superficie cultivée en manioc à Pailin pour cette saison de récolte est d'environ 44 000 ha, contre plus de 42 000 ha l'année précédente, et près de 80 000 tonnes devraient être récoltées cette saison, selon Sophat.

Le 13 février, les prix de vente au kilo du manioc frais et du manioc séché étaient en moyenne de 3,2 à 3,3 bahts (9,46 à 9,75 US cents) et de 7 bahts respectivement, contre 2,6 à 2,7 bahts et 6,5 bahts l'année dernière à la même époque.

Normalement, environ 70-80 % du manioc cultivé à Pailin est exporté par des négociants vers la Thaïlande, tandis que 20 à 30 % sont vendus aux producteurs locaux d'aliments pour animaux.

Le directeur du département de l'agriculture de la province de Battambang, Chhim Vachira, confirme que la récolte de manioc dans la province est presque terminée et que les prix ont augmenté d'une année sur l'autre, le manioc frais et séché coûtant en moyenne 350-380 riels (8,52-8,76 cents US) et 700 riels par kg.

Cependant, selon lui, les rendements s'annoncent inférieurs à ceux de la saison précédente. Quoi qu'il en soit, M. Vachira fait l'éloge de cette culture qui, selon lui, contribue de manière significative à la création d'emplois et à la sécurité économique de nombreux agriculteurs.

Selon le le ministre du commerce S.E. Pan Sorasak, le manioc constitue l'une des principales cultures agro-industrielles du Cambodge et un important produit d'exportation, contribuant à environ 3 à 4 % du produit intérieur brut.

Afin de dynamiser le secteur, le gouvernement a officiellement lancé, le 14 janvier 2021, la politique nationale sur le manioc 2020-2025, qui vise à faire du Cambodge un producteur, un transformateur et un fournisseur plus important, plus durable et plus fiable - pour les marchés régionaux et mondiaux - de produits à plus forte valeur commerciale dérivés de cette culture commerciale clé.

De janvier à novembre 2022, le Royaume a exporté un total de 3 230 185,86 tonnes de manioc et de produits dérivés, les copeaux séchés constituant la plus grande partie avec 1 817 168,47 tonnes, suivis des tubercules frais (1 331 850 tonnes), de la fécule de tapioca (57 067 tonnes) et des résidus (24 100,39 tonnes), selon les données du ministère de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche.

Les principaux acheteurs de produits cambodgiens à base de manioc sont la Thaïlande, le Vietnam, la Chine, les Etats-Unis, l'Italie, les Pays-Bas, le Canada, la Malaisie, l'Inde et Singapour.

Hin Pisei avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

bottom of page