top of page

Tourisme : Renforcer les compétences des guides touristiques et des artisans à Siem Reap

Dans le cadre du projet « Promouvoir le tourisme durable et l’engagement du secteur privé pour un développement communautaire inclusif en réponse à la crise du COVID-19 », le bureau de l’UNESCO à Phnom Penh a organisé une série d’activités de renforcement des capacités en ligne et in situ pour les artisans et les guides touristiques.

Conçu pour améliorer leurs compétences et accélérer la reprise économique des secteurs du tourisme et de l’artisanat après le COVID-19, le programme d’apprentissage de l’UNESCO comprenait un webinaire, un cours en ligne et une formation in situ à Siem Reap.

Tout au long du programme, les artisans entrepreneurs et les guides touristiques ont été encouragés à placer la durabilité au cœur de leurs stratégies d’activité et de marketing, tout en plaidant pour un tourisme durable afin de créer des expériences mémorables et uniques pour les visiteurs venant à Angkor. Au moment où les participants ont repris leurs activités, la formation a été l’occasion pour eux de réfléchir à ce qui pourrait être entrepris différemment.

La formation des artisans a été organisée le 22 novembre 2022, à l’hôtel Sofitel Angkor Phokeethra à Siem Reap. Animée par Mme Caroline Chau et M. Pierre-André Romano, la formation a été suivie par 25 artisans entrepreneurs et a porté sur les quatre sujets suivants : le tourisme durable, le développement d’entreprises inclusives et la communication, et la narration d’histoires.

Principaux points

La formation a abordé la nécessité de segmenter et de diversifier les marchés afin d’éviter des situations telles que celle de la pandémie de COVID-19, où des artisans se concentrant sur le marché touristique ont dû fermer leur entreprise. En outre, et afin de libérer le potentiel du secteur de l’artisanat cambodgien, de devenir plus durable et innovant, les artisans ont également été encouragés à envisager des partenariats et un marketing collectif. M. Paul Gill, le fondateur de SONAS, a expliqué :

« En tant que micro-entrepreneur, il est difficile d’être compétitif, seul, vous ne pouvez pas réussir, mais vous pouvez compter sur une communauté. SONAS a été créé sur ces principes : il existe des ressources que vous pouvez utiliser et le marketing collectif consiste à découvrir le talent que vous et les autres avez, pour rassembler tout le monde et développer des produits innovants. »

La formation a également exploré les bases du marketing et de la communication durables pour créer une expérience client réussie et authentique : « En tant qu’artisans, vous ne devez pas avoir peur d’ouvrir les portes de vos ateliers, les visiteurs seront sensibles à votre travail, prendront plaisir à voir votre artisanat, comment vous travaillez, à découvrir vos produits, c’est une démarche durable », a souligné M. Pierre-André Romano.

Organisée en collaboration entre l’UNESCO, le Ministère du Tourisme et l’Autorité Nationale APSARA, la formation in situ des guides touristiques s’est tenue le 24 novembre dernier et était présidée par S.E. Long Kosal, Directeur Général Adjoint de l’Autorité Nationale APSARA (APSARA), et le Dr Chumno Chuk, Directeur du Département du Tourisme Culturel et des Villages du Ministère du Tourisme.

Assistée par 15 guides touristiques travaillant à Angkor, la formation a été animée par les formateurs de l’Autorité APSARA : Mme Thoeurt Sotheary, M. Tann et M. Sok Try et a porté sur les thèmes suivants : communication et commentaire, communication interculturelle, narration d’histoires et développement commercial.

Dans son discours d’ouverture, S.E. Long Kosal a souligné les défis rencontrés par le secteur du tourisme, lors de la pandémie du COVID-19 et a réaffirmé l’engagement de l’Autorité à soutenir les guides touristiques, et à renforcer leurs compétences. Il a également souligné le rôle clé joué par les guides touristiques, dans l’éducation des touristes à être plus respectueux de leur environnement, ainsi que des communautés vivant à Angkor.

Ce qu’il faut retenir

La formation s’est concentrée sur la manière de mieux communiquer et de raconter des histoires percutantes, afin de créer des expériences uniques pour les touristes qui reviennent à Angkor après COVID-19.

Les guides touristiques ont par exemple été encouragés à inclure et à promouvoir le tourisme durable dans leurs conversations avec les visiteurs, par exemple en leur demandant d’apporter leurs propres bouteilles d’eau rechargeables et en proposant différents itinéraires et horaires de visite pour répartir l’impact du tourisme. Ils ont également acquis des compétences pratiques essentielles pour se commercialiser et développer leurs activités, en explorant des formats moins traditionnels, notamment les médias sociaux (TikTok, Instagram), ainsi que pour créer du contenu en ligne, comme des podcasts, afin d’impliquer les visiteurs de manière innovante et créative.

La dernière session, consacrée à la narration, a mis en évidence l’importance des histoires, pour se connecter et s’engager avec les visiteurs tout en partageant des faits intéressants, qu’ils seront peut-être plus susceptibles de retenir. M. Tola Leav, qui est guide touristique depuis 10 ans à Angkor, a déclaré :

« L’un des sujets les plus intéressants que j’ai appris dans cette formation est la partie sur la narration et l’apprentissage de la manière de combiner fiction et non-fiction pour rendre les gens plus intéressés par le site ».

Dans son discours de clôture, le Dr Chumno Chuk a félicité les guides touristiques pour avoir suivi la formation et a rappelé aux participants l’engagement du ministère du Tourisme à soutenir les guides touristiques dans la relance de leur activité, après le COVID-19, en adoptant les principes du tourisme durable.

Grâce à cette formation, les capacités des guides touristiques et des professionnels de l’artisanat ont été renforcées et cette initiative devrait contribuer, à long terme, à améliorer l’expérience des visiteurs à Angkor et à les sensibiliser à la valeur du tourisme durable.

Cette activité est organisée dans le cadre du projet de l’UNESCO « Promouvoir le tourisme durable et l’engagement du secteur privé pour un développement communautaire inclusif en réponse à la crise du COVID-19 » avec le soutien financier du ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ) et de la Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ). Le projet est mis en œuvre dans sept pays et onze communautés du patrimoine mondial, dont le Cambodge (Angkor), l’Indonésie (Yogyakarta), le Vietnam (Trang An et Moi An), la Bosnie-Herzégovine (Mostar), la Géorgie (Monuments historiques de Mtskheta), le Kenya (Fort Jésus et Lamu Town) et la Namibie (Namib Sand Sea et Twyfelfontein), afin de faire face aux impacts socio-économiques immédiats du COVID-19 sur les secteurs du tourisme et du patrimoine.

D’autres activités clés menées à Angkor comprennent : la promotion de la promesse de voyage durable de l’UNESCO, la création de sentiers autour d’Angkor Wat, la formation du personnel du Musée des textiles asiatiques au tissage de la soie, en collaboration avec l’IKTT d’Angkor et a relance des excursions en bateau de la communauté Baray Reach Dak à Angkor.

 

UNESCO


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page