top of page

Tourisme & Destination : Ang Trapeang Thma, paradis des oiseaux

Outre sa fonction principale de réservoir destiné à l'agriculture, Ang Trapeang Thma ou réservoir de Trapeang Thma devient également un site touristique populaire.

Une vue d'Ang Trapeang Thma dans la province de Banteay Meanchey . Photo ministère de l'environnement
Une vue d'Ang Trapeang Thma dans la province de Banteay Meanchey . Photo ministère de l'environnement

Trapeang Thma est une zone humide, riche en ressources halieutiques et en biodiversité, qui abrite de nombreuses espèces d’oiseaux rares et menacées, notamment des grues, des grands adjuvants, des pélicans, des poules de marais, des cigognes et des ibis. Le site couvre une superficie de 2 650 hectares au nord-est de la commune de Poi Char, dans la province de Banteay Meanchey.

Faisant partie à l’origine d’un important système d’irrigation pendant l’ère angkorienne, il a été agrandi pendant le régime des Khmers rouges. En 1976, environ 50 000 personnes ont été contraintes de creuser, d’excaver et de transporter de la terre pour construire des barrages et en faire un réservoir agricole majeur dans la région.

« En fin de compte, les efforts du régime des Khmers rouges n’ont pas abouti, malgré l’énorme coût humain. On estime que pas moins de 30 000 personnes ont péri en travaillant sur le barrage, à cause de l’épuisement, du manque de soins médicaux ou de la famine », explique An Kimsuor, directeur du Bureau de l’agriculture, des ressources naturelles et de l’environnement du district de Phnom Srok

« Après la défaite des Khmers rouges, le potentiel agricole du district de Phnom Srok n’a pas été exploité. Le challenge était de trouver des moyens d’acheminer l’eau jusqu’aux champs. Les travaux des Khmers rouges n’ont laissé qu’un grand barrage, sans canaux ni infrastructures de soutien », ajoute-t-il.

En réponse aux difficultés rencontrées par les agriculteurs de la région, le gouvernement a commencé en 2004 à restaurer les systèmes d’irrigation. Grâce à une subvention du gouvernement japonais, le ministère des Ressources en eau et de la Météorologie a pu achever les travaux, qui ont été officiellement inaugurés en 2006.

Les fortes inondations de 2013 ont causé d’importants dommages aux infrastructures de la région, notamment aux routes et au système d’irrigation, mais, le réservoir et son système ont été restaurés.

Les rénovations ont été achevées en 2018, pour un coût total de 90,68 millions de dollars. 75 millions de dollars ont été financés par la Banque asiatique de développement (BAD), le gouvernement cambodgien ayant contribué au projet à hauteur de 9 millions de dollars. Le reste a été soutenu par le gouvernement australien.

Chan Sinath, secrétaire d’État au ministère des Ressources en eau et de la météorologie, indique que le système d’irrigation a été modernisé et fonctionne désormais de façon efficace. Les travaux comprenaient des canaux et des sous-canaux, ainsi qu’un vaste réseau de conduites d’eau. Des barrages et des étangs ont également été construits pour permettre aux gens de se baigner :

« Avant la réalisation du projet, le réservoir ne pouvait stocker que 100 millions de m3 d’eau. Grâce aux travaux de modernisation, sa capacité a doublé. L’eau est sortie de la surface du réservoir par un vaste réseau de canaux, de sous-canaux et de nombreuses conduites d’eau pour irriguer des dizaines de milliers d’hectares d’agriculteurs à Phnom Srok et dans d’autres districts proches. En outre, la structure du barrage a été modernisée pour inclure une route en béton, ce qui permet aux agriculteurs de transporter plus facilement leurs produits ».

Selon M. Sinath, le gouvernement a alloué 8 millions de dollars supplémentaires au ministère pour améliorer encore le plus grand réservoir du Royaume. Le stockage devrait passer à 300 millions de mètres cubes d’eau lorsque les travaux seront terminés.

« En plus de fournir l’eau qui permet aux agriculteurs d’obtenir d’excellents rendements, le réservoir fournit également du poisson à la population locale et est très attrayant pour les touristes », dit-il.

Grâce à l’aménagement du réservoir, les moyens de subsistance des agriculteurs du district se sont améliorés d’année en année.

Trapeang Thma  abrite de nombreuses espèces d’oiseaux rares et menacées, notamment des grues, des grands adjuvants, des pélicans
Trapeang Thma abrite de nombreuses espèces d’oiseaux rares et menacées, notamment des grues, des grands adjuvants, des pélicans. Photo Luc Viatour

Meas Tong, un agriculteur de 57 ans du village de Poi Char à Phnom Srok, confie qu’en plus de cultiver du riz trois fois par an avec un rendement de 7 tonnes par hectare, sa famille et d’autres villageois obtiennent un revenu supplémentaire en pêchant dans le système de canaux autour du réservoir.

Une autre agricultrice, Tuy Salien, 42 ans, déclare qu’en plus de l’agriculture, elle possède un étal où elle vend de la nourriture aux visiteurs.

« Chaque jour, je peux gagner plus de 100 000 riels en vendant de la nourriture aux invités qui viennent admirer le paysage », dit-elle.

La plupart des touristes qu’elle rencontre viennent de Phnom Penh, Siem Reap, Battambang ou Banteay Meanchey. Selon elle, ils apprécient de se baigner dans le réservoir et effectuent souvent des excursions en bateau pour observer l’abondante avifaune.

« Les visiteurs viennent ici tous les jours, mais ils sont plus nombreux en hiver. Ils veulent voir les grues, les grands adjuvants et les poules des marais, et c’est la saison où la plupart des oiseaux commencent à migrer ici », dit-elle.

Chhoeun Sereyvuth, directeur du département provincial du tourisme de Banteay Meanchey, explique qu’en plus de la riche biodiversité et de la faune rare, Ang Trapeang Thma est également un site historique majeur qui attire des touristes de tout le pays.

Derrière le barrage, des tours d’observation permettent aux visiteurs d’admirer les oiseaux et de nombreux stands vendent des snacks et des souvenirs. Des bateaux d’excursion sont prêts à escorter les visiteurs pour des visites du lac artificiel.

Lors d’une visite en novembre pour évaluer le succès du projet, la directrice nationale de la BAD, Jyotsana Varma, a salué le travail des autorités et communautés qui ont rendu le projet si respectueux de l’environnement.

Elle les a tous exhortés, en particulier les résidents, à contribuer à la pérennité du réservoir et de son réseau. Elle a également exhorté les agriculteurs à se diversifier :

« La culture du riz ne suffit pas. Les fermiers devraient également cultiver des légumes et élever des poulets, des canards et des poissons. Ce faisant, ils assureront la sécurité alimentaire — non seulement dans la communauté, mais dans tout le Royaume — et amélioreront les revenus de leurs familles ».

Khouth Sophak Chakrya avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page