Talent & Initiative : Le Cambodgien qui créa le « Jardin du Bonheur »

Il n'y a pas si longtemps, si vous traversiez le pont de l'amitié japonaise pour rejoindre la péninsule de Chroy Changvar et vous diriger vers le nord en direction de Kandal et au-delà, vous n'auriez pas trouvé grand-chose qui attire le regard, qui soit agréable ou qui mérite une attention particulière.

Le jardin offre des vues de tournesols, de khun ream, de tom ho et de deux types de soucis. Hean Rangsey
Le jardin offre des vues de tournesols, de khun ream, de tom ho et de deux types de soucis. Hean Rangsey

Ces dernières années ont apporté un changement spectaculaire à ce qui n’était autrefois qu’un bord de route aride et poussiéreux. Il existe à présent une telle abondance de champs de fleurs que, le plus souvent, vous verrez de nombreux curieux garés le long de la route.

Beaucoup d’entre eux sont surpris par le spectacle des nombreuses fleurs colorées et, par une journée de brise sans trop d’humidité, chaque passant ne peut s’empêcher d’effectuer une petite halte.

Le Cambodgien qui créa le « Jardin du Bonheur »

Le jardin de fleurs de 1,5 hectare est baptisé Soun Sang Sopheakmonkul, ce qui se traduit en anglais par « Jardin du bonheur ». Il est recouvert de champs de fleurs, dont des tournesols, des khun ream, des tom ho, deux types de soucis, des bruyères et des gerberas.

Entre les rangées ordonnées de fleurs se trouvent des balançoires, des bancs ainsi que des toiles de fond originales pour les photos, comme des ailes d’aigle ou un cœur décoré comme un chapeau. Des kiosques ombragés permettent aux visiteurs de se reposer quand le soleil devient trop fort.

Les visiteurs du Jardin du bonheur sont nombreux et variés : familles, groupes d’amis et même collègues de travail. Certains aiment se précipiter pour prendre selfie après selfie en raison de la beauté de l’endroit, tandis que d’autres s’assoient tranquillement sur les balançoires et profitent d’un rare moment où ils peuvent simplement se détendre et respirer les parfums des fleurs.

Au kiosque, les visiteurs peuvent également commander des repas — de simples plats khmers — ainsi que des boissons de toutes sortes.

Création

Le Jardin du Bonheur a été fondé en janvier de l’année dernière par un jeune entrepreneur cambodgien nommé Vey Sokneang.

Tournesols en fleurs pour le Nouvel An khmer. Photo Hean Rangsey
Tournesols en fleurs pour le Nouvel An khmer. Photo Hean Rangsey

« Cela a toujours été mon rêve. J’ai réalisé que je voulais créer un jardin et un parc pour que les gens puissent venir profiter de la beauté de la nature depuis mes 20 ans. Je ne sais pas vraiment d’où m’est venue cette idée, mais ma passion pour ce projet était si réelle que je devais passer à l’action ».

« Quand j’en ai parlé à mes parents, ils n’étaient pas vraiment contre, mais ils ne comprenaient pas non plus ce qui se passait dans ma tête », raconte le fondateur âgé de 23 ans.

Sokneang a commencé sans aucune ressource, à part cette idée qui prenait une place gigantesque dans son imagination. N’ayant pas de fonds propres, il a décidé de faire du porte-à-porte et de demander aux habitants de partager des graines ou de lui donner une petite somme d’argent pour le projet.

Endroit très populaire pour portraits et selfies
Endroit très populaire pour portraits et selfies. Photo FB

Les villageois n’ont vu en lui qu’une curiosité, un voisin étrange qui demandait des graines, mais ils lui en ont donné gracieusement. Cette gentillesse de la part de personnes qui ne connaissaient pas vraiment son projet l’a amené à se dire qu’un jour, lorsque son rêve deviendrait réalité, il laisserait tous ceux qui l’ont aidé entrer gratuitement dans le jardin pour qu’ils puissent profiter de sa beauté pour le reste de leur vie.

Sokneang est parvenu à rassembler cent dollars pour acheter des graines en Chine, mais malheureusement ce plan n’a pas fonctionné. Les graines qu’il a reçues n’étaient pas celles qu’il avait commandées.

« Au début, j’ai échoué encore et encore parce que je n’avais aucune connaissance en la matière. Je regardais simplement des vidéos sur YouTube sur la façon dont l’aménagement paysager était réalisé dans les parcs du monde entier, mais la plupart de ces vidéos ne s’appliquaient pas à la situation du pays. Mais je suis finalement parvenu à construire quelque chose ».

« Au début, lorsque nous avons ouvert le parc, nous recevions peut-être deux ou trois personnes par jour. Maintenant, nous en recevons jusqu’à 200. C’est un grand bond en avant pour moi », dit-il.

Ayant vu qu’il avait transformé son rêve en réalité, le père de Sokneang s’est dit ravi que son fils ait gardé la tête sur les épaules lorsque son obsession pour cette idée de jardin a commencé.

Aujourd’hui, son père n’a même plus besoin de soutenir financièrement Sokneang, mais il continue d’aider au jardinage et à l’aménagement paysager, juste pour profiter lui-même de l’endroit et rayonner de fierté lorsqu’il voit des foules de gens venir visiter le parc de son fils.

Sokneang a étudié l’horticulture de manière suffisamment approfondie pour savoir comment maintenir son jardin en fleurs toute l’année avec des espèces qui poussent chaque saison ou toute l’année. Il a créé une zone où les visiteurs peuvent apprécier les fleurs écloses et une autre où les plantes n’ont pas encore atteint leur maturité, afin d’alterner au cours de l’année.

Idéal pour la Saint-Valentin. Photo FB
Idéal pour la Saint-Valentin. Photo FB

Il admet que c’est parfois un défi, car les fleurs ne poussent pas toutes en même temps et chaque espèce a une période de plantation et une durée de vie différente, ou des exigences différentes en matière d’ombre ou d’eau.

Sokneang et son père arrosent les fleurs tous les jours et les surveillent de près pour détecter tout signe de problème, comme les parasites, afin de garantir que le parc soit toujours en pleine floraison.

« La plupart des visiteurs viennent le week-end et à l’occasion des grands festivals comme le Nouvel An khmer, le Nouvel An chinois et Pchum Ben. Actuellement, le prix d’entrée est de 3 000 riels par personne, mais nous envisageons de le passer à 5 000 riels, car nous allons bientôt proposer des nouveautés.

« Cependant, le parc est toujours gratuit pour les enfants, les moines et les personnes handicapées - et ils sont toujours les bienvenus pour le visiter, sans frais », souligne-t-il.

Une jeune femme prend une photo de fleurs dans le jardin. Photo Hean Rangsey
Une jeune femme prend une photo de fleurs dans le jardin. Photo Hean Rangsey

En dehors du prix d’entrée et de la vente de nourriture et de boissons, il n’y a pas beaucoup d’autres moyens pour lui de tirer des bénéfices sur cette activité, mais indépendamment de l’argent, il dit qu’il aime juste voir les sourires sur les visages des visiteurs ou voir les familles passer une journée agréable dont ils se souviendront à jamais.

Il n’y a pas beaucoup de règles qui régissent le Jardin du bonheur, mais celles qui existent ne doivent jamais être enfreintes et, à part le fait de nettoyer derrière soi et de ne pas jeter de détritus, la règle principale est évidente :

« Ne cueillez pas les fleurs. N’y pensez même pas. Regardez, mais ne touchez pas. Si vous les touchez, vous ne pourrez plus jamais les regarder que de l’extérieur du jardin  ! »

Le Jardin du bonheur est toujours en cours de réalisation et Sokneang a prévu de nombreuses améliorations. Il veut ajouter plus d’accessoires et de décors pour les photos, ainsi qu’un bassin où les visiteurs pourront nourrir les poissons.

Si le bassin est assez grand, il aimerait avoir un quai avec de petites barques pour que les visiteurs puissent se promener sur l’eau.

Mais d’abord, Sokneang  a quelques conseils à donner aux Cambodgiens de sa génération : pensez plus grand. Faites plus d’efforts.
Mais d’abord, Sokneang a quelques conseils à donner aux Cambodgiens de sa génération : pensez plus grand. Faites plus d’efforts.

« Je veux que tous les jeunes, en particulier ceux de 18 à 25 ans, apprennent à devenir courageux et à poursuivre leurs rêves, peu importe ce qui se met en travers du chemin. J’espère qu’ils s’efforceront de devenir une fierté pour leur famille et la société. Trop de Khmers ne savent même pas qu’ils peuvent avoir un rêve, un objectif ou la possibilité de réaliser quelque chose, mais ceux qui savent ce qu’ils veulent doivent le poursuivre sans hésiter ».

« Comme on le dit en Amérique, si vous ne réussissez pas du premier coup, essayez et essayez encore », dit-il.

Sokneang a également une activité secondaire consistant à réaliser des aménagements paysagers et des jardins chez des particuliers ou dans des entreprises, ainsi que la vente de graines et de plantes. Il peut être contacté par téléphone au 093 76 12 25 ou au 095 86 96 26 ou il est possible de visiter sa page Facebook : @VSNGroup2019

Le Jardin du bonheur se trouve à environ 30 minutes de route du pont de Chroy Changvar et est ouvert tous les jours de 7 h à 19 h dans le village de Spean Thmey de la commune de Roka Kong II dans le district de Muk Kampoul, province de Kandal, juste à l’extérieur de la capitale.

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône