top of page
Ancre 1

S.E. Dr. Sok Siphana : « Le Cambodge, un pays jeune et dynamique aux yeux de la région »

S.E. Dr. Sok Siphana a parlé du succès de l'accueil par le Cambodge du 41ème sommet de l'ASEAN en mettant l'accent mis sur la numérisation, les fortes opportunités d'investissement et le « rebranding » de l'image internationale du Cambodge lors d'un déjeuner organisé par la Chambre de commerce européenne (EuroCham).

S.E. Dr. Sok Siphana, associé fondateur du cabinet d'avocats et de consultants SokSiphana&associates, et conseiller principal du gouvernement royal du Cambodge, prononce son discours d'ouverture à l'hôtel Raffles de Phnom Penh le 14 novembre 2022.
S.E. Dr. Sok Siphana, associé fondateur du cabinet d'avocats et de consultants SokSiphana&associates, et conseiller principal du gouvernement royal du Cambodge, prononce son discours d'ouverture à l'hôtel Raffles de Phnom Penh le 14 novembre 2022.

S.E. Dr Sok Siphana a déclaré que « la présidence de l’ASEAN en 2022 a permis de montrer le Cambodge comme un pays jeune et dynamique, tout en étant un acteur régional stable et compétent ».

Selon le Dr Sok, le Cambodge souhaitait que le sommet de 2022 soit le moteur de l’ASEAN Green Deal, proposé par le Premier ministre Hun Sen lors de la 55e réunion des ministres des Affaires étrangères de l’ASEAN, en tant qu’initiative phare en matière de changement climatique et de redressement post-pandémique au cours des cinq prochaines années.

Il a rappelé que le Cambodge avait aussi eu l’occasion d’accueillir son événement phare, le 2e dialogue mondial de l’ASEAN, qui s’est révélé « un échange très interactif entre les dirigeants du bloc et les responsables des institutions financières internationales et des Nations unies ».

La transformation numérique en point de mire

Selon le Dr Sok, l’une des principales conclusions du sommet est que les dirigeants mondiaux ont mis l’accent sur la préparation de la main-d’œuvre de leur pays à la transformation numérique ou quatrième révolution industrielle en cours :

« Une chose qui est apparue très clairement au cours du sommet est que la numérisation est l’avenir du monde et de la région. Tous les dirigeants ont parlé de la nécessité de renforcer les capacités de leur main-d’œuvre et de requalifier les personnes employées dans les industries en déclin ».

En outre, en marge des sommets, un dialogue entre le secteur public et le secteur privé de l’ASEAN sur la reprise économique a également été animé par le Dr Sok, qui a souligné l’importance de l’inclusion numérique pour toutes les entités commerciales. Selon lui :

« La création de nouveaux citoyens numériques est considérée comme fondamentale pour l’économie numérique et la croissance. Ces citoyens numériques doivent avoir les compétences et les connaissances nécessaires pour comprendre les données et les dernières technologies, et ils doivent avoir confiance dans les paiements numériques, qui permettent les achats en ligne, les études en ligne et les opérations commerciales numériques ».

De fortes possibilités d’investissement

La récente ratification du Partenariat économique global régional a également été un point de discussion essentiel lors du sommet et marque le plus grand pacte commercial du monde composé de 15 nations membres et représentant environ 30 % du PIB mondial.

« Bien qu’il s’agisse d’un très grand pacte commercial, les négociations pratiques visant à trouver le bon compromis se sont avérées très difficiles, notamment en ce qui concerne les règles d’origine. Le Premier ministre Hun Sen a exprimé l’espoir que le Cambodge soit choisi pour accueillir le secrétariat du Partenariat », a déclaré le Dr Sok.

Il a ajouté qu’en raison du conflit en cours au Myanmar, il existait de très fortes possibilités de réorientation des investissements vers le Cambodge, notamment de la part du Japon, qui avait déjà misé gros sur le Myanmar avant le coup d’État militaire :

« Le Japon investissait massivement au Myanmar en raison de ses solides fondamentaux économiques, tels qu’une population nombreuse, une situation géographique et des terres fertiles. Cependant, le conflit actuel pousse davantage les investissements japonais vers les pays de la sous-région du Mékong, dont le Cambodge fait partie ».

« En outre, il existe également de fortes opportunités commerciales entre l’Union européenne et le Cambodge et la possibilité d’ajouter d’autres accords de libre-échange aux accords existants, potentiellement avec le Vietnam et d’autres pays à venir », a-t-il ajouté.

Le Cambodge redore son image internationale

Le Dr Sok Siphana a souligné que le sommet était également l’occasion de présenter le gouvernement royal du Cambodge et le Royaume avec une perspective jeune et dynamique depuis sa dernière présidence en 2012.

« Nous avons complètement relooké l’image du Cambodge au cours des 10 à 20 dernières années. Nous avons mis un point d’honneur à ce que de nombreux dirigeants mondiaux rencontrent les fonctionnaires de notre ministère en pleine ascension pour le démontrer », a-t-il déclaré.

Selon le Dr Sok, ce changement progressif est une bonne indication que l’avenir du Cambodge se dirige vers un système de gouvernance plus jeune, plus compétent et formé à l’occidentale. Cela s’est reflété dans la qualité du sommet, où tout le travail a été effectué par des experts locaux, sans assistance technique étrangère.

« Le Cambodge a parcouru un long chemin en 20 ans, enregistrant un taux de croissance économique moyen de 7 %. De nombreux gratte-ciel ont maintenant été construits dans la capitale et d'autres infrastructures essentielles ont été développées. Nous espérons que dans les 10 à 20 prochaines années, le Cambodge pourra jouer un rôle plus important au sein de l'ANASE et même au niveau mondial", a-t-il conclu.

Harrison White avec notre partenaire Cambodia Investment Review


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page