Produit du Cambodge : Le longane de Païlin et les caprices thaïlandais

Le longane (Dimocarpus longan) est une espèce d’arbre tropical à feuilles persistantes originaire d’Asie et qui produit des fruits comestibles. Ta-ngèn ou Mien Païlin (le longane de Païlin) est une sorte de fruit qui a presque la même forme et le même goût que le longane, mais qui n’a pas le même arôme.

Outre Païlin, Ta-ngèn est maintenant cultivé dans de nombreuses autres provinces telles que Siem Reap, Battambang et Pursat. Malgré sa popularité, le longane de Païlin a bien des difficultés avec les frontières thaïlandaises.

Discrimination

Le rendement de la culture de ce fruit est de 10 et 15 tonnes par hectare en fonction de la météo et de l’âge des arbres. Actuellement, la culture du longane de Païlin couvre une superficie de 4 383 ha dans la province éponyme. Le Cambodge s’attend à ce que les exportations de longanes de la province de Païlin vers le marché international, en particulier les exportations vers la Chine, reprennent une fois que les effets de l’épidémie de Covid-19 se seront atténués. Mais ce n'est pas si simple...

Les moyens de subsistance des agriculteurs longanes de la province de Païlin dépendent beaucoup de la Thaïlande pour exporter leurs produits vers la Chine et les communautés agricoles dénoncent la discrimination des importateurs thaïlandais.

« En fonction de leur humeur, quand les Thaïlandais se sentent bien, nous importons normalement, mais parfois nous ne sommes pas autorisés à importer pendant deux à trois jours, voire une semaine », avance un agriculteur qui souhaite garder l’anonymat.

« S’ils veulent nous fermer la frontière, alors ils la ferment, quand ils veulent rouvrir, ils rouvrent »

« Négocier avec les importateurs thaïlandais nous coûte cher, au moment où ils acceptent de nous laisser exporter à nouveau, nos longanes ne sont plus très présentables » ajoute l’agriculteur. Le recours à la Thaïlande comme intermédiaire pour les agriculteurs de la province de Pailin dépend du label « Made in Thailand » qui permet aux produits cambodgiens d’être exportés vers la Chine...

Depuis plus de huit ans, la communauté agricole de l’ouest du Cambodge vit sous l’humeur changeante de ses acheteurs thaïlandais.De nombreux agriculteurs se sont plaints de la fermeture des frontières pendant la longue saison des récoltes, ce qui impose des charges financières supplémentaires aux Cambodgiens qui vivent de la terre.

Certifications difficiles

Long Ron, propriétaire d’une plantation de longanes de 6 hectares dans le district de Sala Krau, dans la province de Païlin, déclare que la Thaïlande pouvait exporter de nombreux produits originaires du Cambodge, mais se demande pourquoi ses produits sont souvent refusés à la frontière thaïlandaise. Ron est le fournisseur d’une entreprise chinoise basée en Thaïlande depuis 2014. La société chinoise ne paie à Ron et à d’autres agriculteurs que 4 000 riels, soit environ 1 dollar USD par kilogramme avant d’exporter. Ron se plaint que sa ferme et sa communauté doivent faire face à des difficultés croissantes pour livrer les longanes à l’entreprise chinoise. Elle avance que les importateurs thaïlandais rendent plus difficile l’obtention de l’autorisation, ce qui réduit le volume des exportations et lui laisse beaucoup de longanes invendables.

Un autre défi majeur pour le secteur agricole cambodgien demeure les normes de certification plus exigeantes. La Thaïlande, explique Ron, exige des documents certifiant que ses longanes sont cultivés conformément aux meilleures pratiques garantissant la sécurité des consommateurs, en particulier à propos de l’utilisation de pesticides. Mais comme le Cambodge ne dispose pas encore d'un système de documentation équivalent, les agriculteurs de la province de Pailin ne parviennent pas réellement à respecter les normes imposées pour les exportations vers la Thaïlande.

Label thaïlandais pour produit cambodgien...

Oun Theng, propriétaire d’une plantation de longanes de 15 hectares dans la province de Pailin, déclare que ses moyens de subsistance deviennent de plus en plus précaires à mesure que qu'un nombre croissant de réglementations et de stipulations est exigé par la Thaïlande. Cela inclut des délais stricts pour le transport des produits qu’il n’est pas toujours facile de respecter. Theng explique que les agriculteurs de la province de Pailin avaient autrefois un accès plus direct au marché chinois, mais que plus récemment, il y a eu un changement dans la préférence des consommateurs pour les produits « fabriqués en Thaïlande ». Theng explique aussi que les travailleurs qu’il embauche doivent retirer les fruits du camion pour inspection — jusqu’à trois fois par voyage — ce qui entraîne davantage de frais et de dommages causés à son produit avant son arrivée.

Suon Chum, vice-président de la communauté des agriculteurs de Pailin Longan, annonce que son entreprise ne peut transporter que 50 à 60 tonnes en Thaïlande chaque jour. La communauté des agriculteurs de Pailin exploite actuellement une usine de 3 millions de dollars avec des installations de séchage, de désinfection et de conditionnement des fruits, mais Chum précise que l’investissement provient d’une entreprise chinoise, même s’il n’y a actuellement aucun accord pour exporter du longane de la province de Pailin directement vers la Chine. Le collectif agricole utilise l’usine pour envoyer ses marchandises en Thaïlande, mais Chum indique que les autorités thaïlandaises refusent les longanes qui ont été nettoyés et emballés avant d’entrer sur le territoire thaïlandais…

Espoirs pour 2021

Say Sophat, directeur du département provincial de l’Agriculture de Pailin, déclare qu’il y a une quarantaine de communautés agricoles cultivant des longanes dans la province, composées de plus de 200 familles. Les agriculteurs, les communautés, les autorités agricoles et les investisseurs espèrent tous que le Cambodge parviendra à un accord qui verra les longanes de Païlin exportés vers le marché international — en particulier directement vers la Chine — courant 2021. Ngin Chhay, directeur général du Département général de l’agriculture, affirme que le Cambodge devrait être en mesure d’exporter les longanes de Païlin vers le marché chinois d’ici la fin de 2021 ou au début de 2022. Le Cambodge a déjà soumis un rapport d’évaluation sur les risques et les contaminants du longan de Païlin vers la Chine, mais les autorités attendent toujours que techniciens chinois inspectent les techniques de culture et d’emballage au Cambodge.

Ou Sokmean et Phoung Vantha — Cambodianess

Photographies : Khuth Sao — AKP

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement