Phnom Penh & Musique : Huit heures sous le charme du jazz

Samedi 30 avril aura lieu la Journée internationale du jazz de l’UNESCO, une célébration mondiale qui a lieu chaque année depuis 2011 « pour mettre en lumière le jazz et son rôle de diplomate qui unit les gens aux quatre coins du globe ».

Lady Yay
Lady Yay

Des concerts et des événements seront organisés de l’Albanie au Mexique en passant par le Zimbabwe, et cette année Phnom Penh accueille l’un des plus grands événements de la région. Le parc Treellion sur Koh Pich accueillera pendant huit heures une variété de styles sous l’égide du jazz. L’organisateur Phil Javelle s’est entretenu avec Leng Pleng pour parler du samedi et de tout ce jazz.

« Le parrain de la Journée du jazz est Herbie Hancock », explique Phil, « que j’ai eu le plaisir de rencontrer et avec qui j’ai joué ici à Phnom Penh en 201. J’ai fait la première édition de l’IJD à Phnom Penh en 2014 au (lieu désormais fermé) Doors avec le batteur Louis Pragasam et Alan Breen au saxophone. Nous avons fait salle comble, c’était génial. Cette année, c’est un samedi, alors je me suis dit qu’on pourrait peut-être faire plus grand. J’ai envoyé un message aux musiciens de jazz que je connaissais, et tout le monde a dit : faisons-le ».

Dans le parc, plusieurs scènes seront installées devant les restaurants The Bus et The Glasshouse, chaque groupe jouant un set d’une demi-heure — deux combos joueront sur une scène, puis l’action enchaînera sur une autre.

Sharon Lui
Sharon Lui

La programmation est très variée, avec de nombreux visages connus et de nouveaux venus, illustrant ainsi la polyvalence, la variété et la grande diversité de la musique et des musiciens passionnés.

Frank Scarfone, The Blue Souls
Frank Scarfone, The Blue Souls

« Intan Andriana’s Funky Chicken » ouvrira le festival, suivi de Blue Wave. Ensuite, un set de Chor Yee, une jeune et grande chanteuse cambodgienne qui a été initiée au jazz, suivi de The Blue Souls avec un invité spécial, Simon Wong.

Son Caribe et moi-même seront avec Gunter Hofmans aux percussions et Cécile Dahome au chant — un mélange de chansons brésiliennes, créoles et cubaines.

Chor Yee
Chor Yee

La violoniste Sharon Lui dirigera un hommage au célèbre violoniste de jazz Didier Lockwood. »

Phil est particulièrement enthousiaste à l’idée de présenter des artistes qui sont pour l’instant peu connus du public de Phnom Penh. « Heather Smith est une chanteuse afro-américaine - un peu une influenceuse de stars sur TikTok au Cambodge sous le nom de Auntie Heat, et l’une des organisatrices des soirées africaines au Sharky Bar - qui reprend Chaka Khan, Anita Baker dans les tonalités originales. Lady Yay, afro-britannique, chanteuse, DJ et danseuse, qui commencera par chanter et passera ensuite à un set DJ.

« Tous les artistes vont proposer des prestations qu’ils ne font pas dans leurs concerts habituels. Les Blue Souls vont rendre un hommage à BB King, Chor Yee fera beaucoup plus de chansons de jazz que d’habitude, Mirasoul se lance dans le catalogue Aretha Franklin et Funky Chicken interprétera des chansons d’Ella Fitzgerald. »

Alors que le jazz à Phnom Penh a connu des hauts et des bas au fil des années, la programmation montre la force de la scène actuelle.

« Hier, on m’a demandé si Phnom Penh était une ville de jazz — je dirais que Phnom Penh est définitivement une ville de jazz. »

« Lorsque je suis arrivé il y a 12 ans et que j’ai créé le Studio 182, le club de jazz du Topaz, c’était à peu près le seul endroit où le jazz était présent - et ce n’était pas du jazz contemporain, mais plutôt du swing populaire et du latin jazz. Mais aujourd’hui, il y a une grande diversité de musiciens, beaucoup de jam sessions où les gens viennent jouer, beaucoup plus qu’à Bangkok ou Kuala Lumpur. Il n’y a pas tellement de concurrence, c’est très ouvert.

« Si vous consultez le site web de la Journée internationale du jazz, vous verrez de nombreux concerts en Amérique, en Europe, mais pas autant en Asie du Sud-Est — ici, à Phnom Penh, nous participons à une célébration mondiale. Ici, à Phnom Penh, nous faisons partie d’une célébration mondiale. Et pas seulement un concert dans un club : nous organisons un festival entier, avec 26 artistes. L’année prochaine, pourquoi ne pas le faire plus grand et l’étaler sur deux jours ? Il y a des choses que l’on peut faire dans un espace ouvert comme un parc et qui ne sont pas possibles dans les bars et restaurants. Il y aura beaucoup de boissons et de nourriture disponibles, et en fait Volcano Sausage a préparé un sandwich spécial à l’échine de porc rôtie pour l’occasion. De même, le Cohiba Cigar Club installera un salon devant le Glasshouse pour les amateurs de cigares ».

En harmonie avec le festival de jazz, dans le lieu voisin, Coconut Park, CULT organise en même temps son marché durable habituel CULT FEST, avec Son Sabor Trio comme offre musicale en direct.

Les deux organisateurs unissent donc leurs forces pour promouvoir une grande journée au soleil et dans les espaces verts au cœur de Phnom Penh. Les accès entre les deux parcs seront ouverts.

En plus de l’organisation, Phil s’est retrouvé dans la position idéale pour la Journée internationale du jazz, puisqu’on lui a demandé de jouer avec presque tous les groupes à l’affiche. « Je rejoins huit des neuf groupes sur scène, mais je ne suis pas à l’avant. Je vais jouer huit sets, soit quatre heures de musique — en fait, je m’amuserai plus que tout le monde ».

Le parc Treellion accueille la célébration de la Journée internationale du jazz de 17 heures à 1 heure du matin le samedi 30 avril. Entrée gratuite.

Avec l’aimable autorisation de Leng Pleng

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône