top of page
Ancre 1

Phnom Penh : 8e anniversaire de Confluences, un serial entrepreneur heureux et optimiste

Bonne humeur et convivialité lors de la soirée organisée vendredi dernier dans les locaux de Confluences à l’occasion du 8e anniversaire de l’entreprise phare dans l’accompagnement, le partenariat et l’incubation. À cette occasion, Soreasmey Ke Bin s’exprimait sur ce que signifie cet anniversaire, sur ses projets et sur l’optimisme qui doit prévaloir à l’aube d’une année 2024 qui s’annonce quelque peu compliquée.

Pourquoi célébrer ce 8e anniversaire un 8 décembre ?

Depuis sa création Confluences a pour tradition de célébrer le 8 décembre, le fête nationale lyonnaise en quelque sorte, car peu de gens le savent, mais nous sommes nés des suites de la défunte ERAI - l’agence qui accompagnait les entreprises rhônalpines à l’export. Cette année nous marquons nos 8 ans, c’est une date importante pour une entreprise - une sorte d’âge de raison. Nous voulions faire une fête à notre image - pas trop de protocole, mais beaucoup de joie, et de fait si nous avons eu avec nous des membres de la famille royale et des représentants d’une dizaine de ministères cambodgiens, nous étions entourés pour cette célébration par plus de 200 invités, des amis et des alliés, pour une dizaine d’entre eux venus de l’étranger (Thaïlande, Vietnam, Indonésie, Singapour ou encore Birmanie).

« C’est un moment important pour nous, et je remercie toutes les personnes qui se sont impliquées dans cette soirée, on fera encore mieux pour nos 10 ans. »

Des changements prévus chez Confluences ?

Confluences vit un tournant de sa jeune histoire puisque nous allons accueillir très prochainement de nouveaux actionnaires qui remplaceront les trois investisseurs qui m’avaient fait confiance au début de notre aventure - et je tiens d’ailleurs à les remercier, car sur le papier ce n’était pas évident. Il est encore trop tôt pour dévoiler les noms de nos nouveaux partenaires, mais avec leur arrivée, Confluences rejoint un groupe d’entreprises avec des ambitions établies sur le Cambodge, mais aussi sur l’ensemble de la région ASEAN.

8e anniversaire de Confluences

Notre cœur de métier est et reste le conseil et l’accompagnement des sociétés étrangères sur le marché cambodgien, mais nous avons, et ce quasiment depuis le départ, aussi développé un portefeuille de co-investissements. En cette fin d’année nous ouvrons ainsi une première boutique d’optique « à la française » sous l’enseigne « Horizon » - deux opticiens français travaillent sur le projet et nous sommes en train de recruter l’équipe locale et finaliser les quelques 200 m2 de ce premier espace, à terme nous espérons développer une chaîne ici bien sûr au Cambodge, mais aussi sur les pays voisins.

Des projets ?

Le grand projet pour 2024 reste le musée sur lequel nous travaillons depuis des années, nous sommes en phase de finalisation du design architectural avant de lancer la construction d’un bâtiment qui au final aura une superficie de 2000 m2, dont la moitié d’expérience immersive. Il y a encore beaucoup à faire et à valider, mais tout avance pour une ouverture prévue pour la fin de l’année prochaine.

« Lorsque nous avons annoncé il y a quelques semaines que nous ouvrirons Confluences à Siem Reap - nous avons eu quelques réactions de surprise, car il est vrai que la situation est encore difficile dans la cité des temples. »

Mais de fait, avec ce projet de musée, nous sommes dans l’obligation dans quelques mois de déployer une équipe sur place, il est donc logique pour nous sur cette base de reproduire notre business modèle phnompenhois - à savoir une équipe de support, des bureaux, du stockage, et salles de réunion en partage. Nous avons déjà plusieurs de nos clients qui souhaitent nous suivre, car ils ont déjà des clients sur place.

Et de toute façon si nous continuons le projet de musée immersif c’est que nous croyons en Siem Reap, et Angkor, en tant que destination touristique. À terme nous espérons aussi pouvoir développer d’autres expériences pour les visiteurs qu’ils soient locaux et étrangers.

8e anniversaire de Confluences

Votre sentiment sur 2024

2024 s’annonce pour toutes ces raisons une année charnière. Il y est vrai qu’il y a beaucoup de pessimisme - et cela fait longtemps que nous n’avons pas connu cela au Cambodge.

« Mais pour ma part je crois que c’est au contraire le moment de saisir les opportunités. »

Le Cambodge se doit d’améliorer son image internationale - le changement de génération à la tête du gouvernement royal, mais aussi les nouveaux textes de loi sur l’investissement et les partenariats public-privé (PPP) aident dans ce sens. Mais il nous faut - gouvernement, entreprises, chambres de commerce - agir de concert pour mieux faire connaître ce marché et ses opportunités.

C’est cet effort que nous continuons avec Confluences. Nous multiplions les déplacements et les rencontres, dernièrement en Thaïlande, à Singapour, au Vietnam, très bientôt en Chine et une fois de plus en France - les retours sont positifs, mais les prises de décision sont plus longues, à nous de montrer plus convaincants et plus patients.

2024 peut au final devenir une belle année, mais c’est à nous de le provoquer.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page