ONG & Social : Ngov Chhiv, le généreux fondateur de la Cuisine des Enfants pour les démunis

Children’s Kitchen – La Cuisine des Enfants fournit gratuitement un petit-déjeuner et un déjeuner aux enfants pauvres et sans-abri, dont certains travaillent comme éboueurs, vendeurs de rue ou mendiants plutôt que d’aller à l’école.

Ngov Chhiv Le fondateur et directeur de Children's Kitchen, Ngov Chhiv, lors d'un entretien avec The Post. Hean Rangsey
Ngov Chhiv Le fondateur et directeur de Children's Kitchen, Ngov Chhiv, lors d'un entretien avec The Post. Hean Rangsey

Cette organisation caritative à but non lucratif a pour vocation de venir en aide à l’une des populations les plus vulnérables du Cambodge. Les locaux sont situés au n° 153 de la rue 155 à la rue 13 dans le Sangkat BKK III du district de Chamkarmon à Phnom Penh.

En plus de fournir des repas, l’organisation aide également les enfants à retourner à l’école et à poursuivre leur éducation.

Ngov Chhiv, 75 ans, est le fondateur et le directeur de Children’s Kitchen. Le Post l’a récemment interviewé sur son organisation et sur ce qui l’a poussé à consacrer sa vie à aider les autres, ainsi que sur les objectifs de l’organisation.

Quand avez-vous créé la Cuisine des enfants ?

Nous avons commencé à fonctionner le 1er février 2010, avec l’objectif de fournir aux enfants pauvres une alimentation correcte et un accès à l’éducation, tout comme les enfants de familles plus à l’aise.

Mon ami français Yves Jacquin et moi-même avons bien compris que même les enfants les plus pauvres travaillant comme éboueurs ont aussi leurs rêves, et nous avons donc créé la Cuisine des enfants pour les aider à les réaliser.

Un jour, Jacquin est venu me rendre visite à la maison et il a vu deux éboueurs en train de saccager les ordures disposées devant la maison. Nous leur avons parlé et les avons invités à l’intérieur pour qu’ils puissent manger quelque chose et nous les avons interrogés sur leur situation familiale et leur éducation.

« Cette simple conversation avec ces enfants à propos de leur vie a eu un grand impact sur nous deux et nous avons discuté de la manière dont nous pouvions aider et c’est ainsi qu’est née la Cuisine des enfants »

Au début, nous pensions pouvoir aider une centaine enfants et nous avons donc démarré le projet pour trois mois, car nous n’avions pas beaucoup d’argent. Puis plus tard — avec l’aide de donateurs cambodgiens et étrangers — la cuisine a pu continuer à se développer jusqu’à aujourd’hui.

Quel est votre objectif global ? Dans quelle mesure ces repas peuvent-ils réellement aider ?

Notre objectif est que les enfants soient bien nourris et qu’ils puissent lire et écrire. La nourriture doit passer en premier, avant pratiquement tout, et si vous ne me croyez pas, essayez de vous en passer pendant un long moment et vous verrez qu’elle devient alors une priorité pour vous également.

« En plus de nourrir les enfants, nous réfléchissons également à la manière dont nous pouvons favoriser leur éducation »

Nous envoyons certains d’entre eux dans des écoles proches de leur domicile. Nous tenons un registre de tous les enfants et essayons de suivre leur parcours scolaire afin de pouvoir non seulement les envoyer à l’école, mais aussi les y maintenir en rencontrant les parents et les administrateurs de l’établissement et en trouvant un moyen de les y maintenir.

La plupart des enfants qui viennent ici pour les repas finissent par retourner à l’école. Une fois qu’ils intègrent notre organisation, nous faisons tout notre possible pour qu’ils retournent à l’école et deviennent assidus, en rencontrant leurs parents et en leur conseillant de faire attention à l’éducation de leurs enfants.

Comment choisissez-vous les enfants qui ont besoin de votre aide ?

Nous acceptons tous les enfants pauvres, sans distinction de race ou de religion. Chaque jour, entre 200 et 250 enfants viennent manger ici. Depuis la création de la cuisine des enfants, nous avons distribué de la nourriture à plus de 800 000 enfants et nous le savons, car nous tenons des registres quotidiens.

Nous avons également distribué du matériel scolaire et des uniformes d’étudiants à plus de 500 enfants sur une base régulière afin qu’ils puissent aller à l’école.

Votre organisation contribue-t-elle à la lutte contre la traite des êtres humains et les courtiers qui exploitent régulièrement le travail des enfants ?

Les enfants qui viennent ici ne sont pas nécessairement étiquetés comme étant nos enfants ou sous notre protection. La plupart des gens ne se rendent pas compte que nous les aidons. Cependant, nous apprenons à nos enfants à venir nous voir et à nous dire si quelqu’un les aborde avec une offre de ce genre. Et nos responsables sont bien formés pour repérer ce genre d’activité et superviser les enfants, et ils n’hésiteront pas à agir si cela se produit.

Children's Kitchen en train de faire ce qu'elle fait de mieux : nourrir les enfants dans son QG à Phnom Penh. Photo Hean Rangsey
Children's Kitchen en train de faire ce qu'elle fait de mieux : nourrir les enfants dans son QG à Phnom Penh. Photo Hean Rangsey

Mais les courtiers sont des lâches. Pire encore, ce sont des couards et ils n’oseraient pas se battre ouvertement avec notre organisation, car ils savent que nous nous en prendrons à eux.

Si l’un d’entre eux disparaît, nous n’aurons de cesse d’obtenir des informations complètes auprès de ses amis, de sa famille ou des habitants de son quartier. Nous surveillons déjà la santé, l’éducation et la vie familiale de ces enfants. Si nous soupçonnons que l’un d’entre eux est en danger, nous n’hésiterons pas à trouver un moyen d’intervenir si cela s’avère nécessaire.

A propos des familles, nous organisons également une réunion mensuelle avec les parents des enfants pour les encourager et leur conseiller d’envoyer leurs enfants à l’école. Nous leur distribuons de l’aide, comme des sacs de riz ou des collations qu’ils peuvent offrir à leurs enfants lorsqu’ils font leurs devoirs.

Comment la pandémie a-t-elle affecté Children’s Kitchen ?

Nous nous inquiétons pour nos donateurs et leur capacité à continuer à nous aider régulièrement. S’ils cessent de participer, c’est généralement parce qu’ils ne peuvent plus le faire. Nous ne sommes pas seulement tristes de perdre des donateurs, nous sommes aussi désolés que ces personnes merveilleuses qui ont tant donné pour nos enfants aient perdu leurs revenus.

Comment Children’s Kitchen a-t-elle développé une si bonne relation avec les donateurs et comment avez-vous établi ce niveau de confiance avec eux ?

Tout d’abord, je voudrais dire merci à tous les donateurs, bienfaiteurs, bénévoles et membres de la communauté qui ont fait confiance à Children’s Kitchen au fil des années et nous ont aidés à fournir une assistance aux enfants cambodgiens qui en ont vraiment besoin.

« Et j’aimerais leur faire une demande : S’il vous plaît, continuez à nous aider du mieux et fournissez tout ce que vous pouvez, de l’eau au lait, du riz à la viande. Tout ce que vous pouvez donner »

Parce que les dons sont en diminution dans presque toutes les organisations caritatives, y compris la nôtre, et en même temps, nous avons plus d’enfants que jamais qui ont vraiment besoin de notre aide.

Notre organisation est là pour aider. Nos donateurs veulent aider, et ils le feront autant qu’ils le peuvent. Je sais donc que nous pouvons trouver un moyen de poursuivre notre action si nous travaillons tous ensemble malgré les temps difficiles que nous traversons.

Quels sont vos projets pour Children’s Kitchen ?

Honnêtement, au cours des dix dernières années, j’ai été très heureuse de pouvoir simplement nourrir tous ces enfants et de savoir qu’ils n’ont pas faim à l’école ou qu’ils ne sont pas couchés dans leur lit la nuit, incapables de dormir parce qu’ils ont le ventre vide. Avoir suffisamment à manger chaque jour est tellement fondamental dans nos vies que c’est une noble quête et une mission nécessaire partout où des enfants ont faim.

Ce qui est encore plus excitant pour moi, c’est que les enfants qui venaient manger ici ont maintenant obtenu leur diplôme et que beaucoup d’entre eux ont un emploi qui leur permet de subvenir à leurs besoins, comme électricien, travailleur dans l’hôtellerie et le tourisme ou même simplement dans la construction, ce qui est un travail difficile, mais aussi un travail honnête.

C’est pourquoi, à l’avenir, si possible, nous souhaitons développer l’organisation et ouvrir un ou deux sites supplémentaires, non seulement pour fournir des repas, mais aussi pour développer un programme ou un partenariat avec une autre institution afin d’aider les enfants à acquérir des compétences professionnelles ou à trouver un emploi.

« Ces enfants ne choisissent pas le milieu ou ils naissent, mais avec un peu d’aide, ils peuvent bénéficier d’opportunités qui leur éviteront de rester pauvres, d’élever des enfants pauvres, de vieillir pauvres ou de mourir pauvres »

Tout le monde ne peut pas être millionnaire, mais je pense que chacun peut gagner la dignité d’avoir du travail, de quoi manger, un toit au-dessus de sa tête la nuit et l’électricité pour que ses enfants puissent étudier. Nous pouvons le faire, nous pouvons faire de ces conditions de vie simple, mais sûres la réalité au Cambodge pour tous les Cambodgiens - mais seulement si nous faisons tous l’effort - cela n’arrivera que si nous essayons de le faire.

Lay Samean avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône