Mondolkiri : Ces projets environnementaux modestes qui semblent fonctionner

Plus de 16 000 membres des communautés vivant dans les zones naturelles protégées de la province du Mondolkiri sont passés de l’abattage des arbres dans les forêts ou de la chasse aux animaux sauvages à la culture et à l’élevage d’animaux domestiques grâce au projet de réduction de la pauvreté mis en place par les institutions publiques et d’autres partenaires.

Le projet de « réduction de la pauvreté par la diversification agro-écologique et la gestion participative des zones communautaires protégées » est un programme de six ans mis en place par le Fonds mondial pour la nature au Cambodge (FMN-Cambodge) et financé par l'Allemagne en collaboration avec le ministère de l'environnement.
villageoises et leurs produits maraîchers. Illustration ADB

Le projet de « réduction de la pauvreté par la diversification agro-écologique et la gestion participative des zones communautaires protégées » est un programme de six ans mis en place par le Fonds mondial pour la nature au Cambodge (FMN-Cambodge) et financé par l'Allemagne en collaboration avec le ministère de l'environnement.

Mardi dernier, lors de l'atelier final du projet le directeur du FMN-Cambodge, Seng Teak, a déclaré que le projet avait amélioré les moyens de subsistance des populations locales vivant dans les communautés des zones naturelles protégées, notamment dans les sanctuaires de faune de Srepok et de Phnom Prich :

« Au total, plus de 16 000 membres des communautés ont bénéficié du projet dans cette zone qui représente près de 20 % de la population du Mondolkiri. Et dans certains districts, près de 50 % de la population a pu en bénéficier ».

Selon lui, ce projet les a aidés à réduire la pauvreté et à limiter la destruction des ressources naturelles par la chasse aux animaux sauvages et le défrichage des forêts par l'exploitation forestière :

« Avant, ils étaient bûcherons et chasseurs. Aujourd'hui, ils ont complètement abandonné ce mode de vie et cultivent des choux, des choux-fleurs, des oignons, des poivrons et du riz, ou s'adonnent à l'élevage et à la collecte de sous-produits forestiers durables ».

La province du Mondolkiri a été choisie comme site du projet car est très riche en ressources naturelles et que cela converge avec la mission du FMN-Cambodge, à savoir : se concentrer sur la conservation des ressources naturelles en promouvant l'utilisation durable de certaines d'entre elles.

« Cette province possède encore de nombreuses forêts qui n'ont pas encore été gravement endommagées et elle demeure riche en espèces sauvages. Les populations indigènes qui vivent dans la région dépendent particulièrement de la conservation ou de la gestion durable des ressources naturelles pour leur subsistance, ce qui les a motivées à nous aider à atteindre nos objectifs », a-t-il déclaré.

Il a ajouté que le projet se terminerait le 30 avril 2022, mais que le FMN en prévoyait un autre avec l'aide du gouvernement allemand pour pérenniser les succès obtenus.

Il a également précisé que le projet avait contribué à former des communautés aux techniques agricoles, à fournir une aide budgétaire annuelle et à renforcer les compétences des participants qui ont appris à planifier une gestion forestière avec des patrouilles efficaces.

« Ce projet aide beaucoup avec un financement minime - 10 000 à 15 000 dollars par an - pour contribuer à la protection des sanctuaires de la faune, ce qui profite et facilite l'accès au marché aux villageois. Nous leur demandons seulement de ne pas pénétrer dans les forêts pour y chasser et de ne jamais y couper de bois », explique M. Teak.

Le secrétaire d'État au ministère de l'environnement, Rath Virak, a confirmé que le ministère soutenait le projet et accueillerait favorablement d'autres programmes similaires liés à la conservation des ressources naturelles tout en augmentant les revenus des communautés forestières.

Il a ajouté que la conservation des forêts permettrait également de préserver ces zones en tant qu'attractions écotouristiques, que le gouvernement a définies comme une priorité de développement :

« Nous mettons l'accent sur l'écotourisme, conformément aux priorités du gouvernement en matière d'amélioration des conditions de vie de la population, notamment des moyens de subsistance des communautés vivant dans les zones protégées. Nous constatons de bons progrès ».

L'ambassadeur d'Allemagne au Cambodge, Christian Berger, a rappelé lors de l'atelier que la partie orientale du Cambodge constituait l'une des plus grandes zones naturelles restantes en Asie du Sud-Est et qu'il s'agissait d'une région dotée d'une grande biodiversité, notamment d'espèces menacées comme les éléphants, les crocodiles et des espèces d'oiseaux rares.

« Apprendre à notre société à utiliser les ressources naturelles dans des conditions durables est un travail important que nous devons tous accomplir pour la prochaine génération », a-t-il déclaré.

Yuth Ki, 40 ans, membre de la communauté de la commune de Sok San dans le district de Koh Nhek, estime que le projet a permis d'améliorer les moyens de subsistance de sa famille et d'autres villageois et de les sensibiliser à l'importance et à la valeur des forêts qui les entourent.

Pour lui, ce projet a contribué à réduire la pauvreté des villageois en leur permettant d'avoir des revenus grâce à la culture du riz et à l'élevage de bovins, de poulets, de canards et de porcs.

Lay Samean avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône