top of page
Ancre 1

Le Cambodge et l'OIT renforcent leur collaboration pour stimuler le développement socio-économique

Le Premier ministre Hun Manet a récemment rencontré Mme Chihoko Asada-Miyakawa, sous-directrice générale et directrice régionale pour l’Asie-Pacifique de l’Organisation internationale du travail (OIT), afin de discuter des collaborations en cours et à venir.

Au cours de la réunion, Mme Asada-Miyakawa a exprimé sa gratitude au Premier ministre pour sa disponibilité et a souligné la coopération de longue date entre l’OIT et le Cambodge. Elle a exprimé sa volonté de renforcer ce partenariat, en saluant notamment les efforts du Cambodge dans la mise en œuvre d’une politique de protection sociale solide pour les groupes économiquement vulnérables pendant la pandémie de COVID-19. Elle a également exprimé son soutien aux préparatifs du Cambodge en vue de sa sortie de la catégorie des pays les moins avancés (PMA) d’ici 2029.

Soutien

Mme Asada-Miyakawa a salué les initiatives du gouvernement royal visant à renforcer l’emploi et la formation professionnelle et à promouvoir des relations industrielles harmonieuses au sein des usines et des entreprises. Elle a demandé au Premier ministre des conseils sur la manière dont l’OIT pourrait continuer à soutenir les cadres stratégiques et politiques du Cambodge.

Le Premier ministre Hun Manet a salué la visite, appréciant les contributions de l’OIT au développement du Cambodge. Il a approuvé les programmes en cours de l’OIT et a encouragé la poursuite du soutien au renforcement des capacités du secteur de l’emploi au Cambodge. Il s’agit notamment de développer un capital humain qui corresponde aux exigences du marché, contribuant ainsi à l’objectif du Cambodge de devenir un pays à revenu élevé d’ici à 2050.

Le Premier ministre a souligné que le gouvernement actuel accordait la priorité à l’amélioration des moyens de subsistance par le biais de six politiques clés portant sur la santé, l’éducation et les réformes de la protection sociale. Il a également souligné les efforts du gouvernement pour favoriser un environnement de travail harmonieux dans les usines et les entreprises, en améliorant les conditions pour les travailleurs et les employeurs, et en garantissant une résolution efficace des conflits du travail par l’intermédiaire du ministère du Travail et de la formation professionnelle.

« 2024-28 Decent Work Country Programme (DWCP) »

Le Cambodge et l’Organisation internationale du Travail (OIT) placeront le capital humain, la formalisation et le dialogue social au centre de leurs efforts dans les années à venir pour soutenir le travail décent, productif et durable pour tous les Cambodgiens.

Le programme « 2024-28 Decent Work Country Programme (DWCP) » pour le Cambodge a été officiellement signé par des représentants du ministère du Travail et de la Formation professionnelle, de la Fédération cambodgienne des associations d’employeurs et d’entreprises, des syndicats cambodgiens et du directeur de pays de l’OIT pour la Thaïlande, le Cambodge et la République démocratique populaire lao lors d’une cérémonie qui s’est tenue à Phnom Penh le 10 mai 2024.

Les « 2024-28 Decent Work Country Programme (DWCP) » constituent le principal cadre de mise en œuvre du soutien de l’OIT à ses pays membres et définissent les domaines prioritaires de coopération et de collaboration.

Ce projet définit un certain nombre de domaines prioritaires. Il cherche à développer le capital humain en renforçant et en étendant la protection sociale, en améliorant les systèmes de compétences techniques et professionnelles et en améliorant les services publics d’aide à l’emploi.

Il met également l’accent sur la promotion d’une économie plus formelle, inclusive et verte. Cela inclut la numérisation pour soutenir les petites entreprises ainsi que davantage d’opportunités de travail décent, en particulier pour les femmes, grâce à un meilleur accès à des services de garde d’enfants et à d’autres services de soins de qualité et abordables.

En outre, le DWCP se concentre sur la promotion du dialogue social, des relations industrielles harmonieuses et des droits au travail.

« Pour atteindre cet objectif, la capacité des mandants de l’OIT (gouvernements, employeurs et travailleurs) sera renforcée afin de soutenir les mécanismes de résolution des conflits du travail et la mise en œuvre des normes nationales et internationales du travail », indique l’OIT.

Des actions seront également menées pour améliorer les droits et les conditions de travail des travailleurs migrants, hommes et femmes, afin de garantir un recrutement sûr et équitable ainsi qu’une migration productive de la main-d’œuvre.

Tout au long du programme, l’accent sera mis sur la prise en compte de l’égalité entre les hommes et les femmes et sur l’inclusion des jeunes, des personnes handicapées, des travailleurs migrants et des groupes communautaires indigènes et minoritaires.

S’exprimant lors de la cérémonie de signature, Xiaoyan Qian, directrice du bureau national de l’OIT pour la Thaïlande, le Cambodge et la République démocratique populaire lao, a déclaré que le PPTD « jouera un rôle important en soutenant le Cambodge sur la voie du développement qu’il a empruntée au cours des 25 dernières années. En renforçant les efforts pour parvenir à un travail décent, productif et durable pour tous, le programme national contribuera à la réalisation des feuilles de route Vision 2030 et 2050 du Cambodge. Il soutiendra également les plans nationaux de sortie de la catégorie des PMA et contribuera à la réalisation de l’agenda des ODD ».

Sovann Vannaroth, secrétaire d’État permanent au ministère du Travail et de la Formation professionnelle, a souligné que le 6e PPTD était « une autre réalisation importante qui est bien alignée sur la vision du Cambodge pour 2050 en tant que pays à revenu plus élevé, sur les objectifs de développement durable du Cambodge et sur la phase 1 de la stratégie pentagonale. Le dialogue social et le tripartisme restent des facteurs clés pour le maintien de relations industrielles harmonieuses. Le ministère reste déterminé à travailler en étroite collaboration avec tous les partenaires afin de garantir la mise en œuvre effective des indicateurs du DWCP et, en fin de compte, de créer des opportunités de travail décent pour tous les Cambodgiens ».

Oknha Sok Piseth, président de la Fédération cambodgienne des associations d’employeurs et d’entreprises, a précisé : « Le projet permettra de partager efficacement efficacement ses contributions au développement de la société et de l’économie cambodgiennes. Le mécanisme de dialogue social est la pierre angulaire qui garantit l’engagement et l’appropriation de la tripartite. Avec nos homologues, la CAMFEBA s’engage à renforcer la capacité de nos employeurs dans les domaines du travail et des pratiques de conformité à la sécurité sociale qui servent de principe pour promouvoir le travail décent au Cambodge ! ».

Pour Sam Soeun, représentant des syndicats cambodgiens et président du NLC : « Les syndicats continueront à participer activement au programme DWCP afin d’améliorer le secteur de l’emploi, notamment en garantissant un travail décent aux travailleurs de tous les secteurs et au peuple cambodgien dans son ensemble ».

Ce programme spécial est le sixième depuis 2005. Il fait partie intégrante du Cadre de coopération pour le développement durable des Nations unies (CCDNU) 2024-2028 au Cambodge, qui soutient la réalisation par le pays de ses objectifs nationaux de développement et des Objectifs de développement durable (ODD).

La formulation du projet a donné lieu à des consultations approfondies avec les parties prenantes concernées, notamment le ministère du Travail et de la Formation professionnelle, les organisations d’employeurs et de travailleurs et d’autres entités nationales, garantissant ainsi une approche collaborative et inclusive de la promotion du travail décent au Cambodge.

Source : OIT - SMTP

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page