La Cambodgienne Lim Chhingy remporte l'or aux olympiades internationales de mathématiques

La Cambodgienne Lim Chhingy a remporté l'or dans la compétition de mathématiques de 12e année aux Singapore and Asian Schools Math Olympiads (SASMO). Au total, 33 679 candidats de 28 pays ont participé à ce concours.

Lim Chhingy a remporté une médaille d'or en mathématiques à Singapour. Photo TVK
Lim Chhingy a remporté une médaille d'or en mathématiques à Singapour. Photo TVK

« C’est incroyable de savoir que sur 38 pays et plus de 30 000 participants, je fais partie des 100 premiers. Je suis très fière de ma réussite et je dédie ma victoire à ma famille et à mon pays. », a déclaré la jeune fille.

Le concours de mathématiques SASMO a été créé en 2006 et est l’un des plus illustres examens de mathématiques en Asie. Il est passé de 155 participants locaux en 2006 à plus de 20 000 provenant de 19 pays lors du tournoi de 2016. En 2019, le nombre de candidats a bondi à plus de 30 000.

En raison des restrictions du Covid-19, le concours s’est déroulé en présentiel pour ceux qui se trouvaient à Singapour et en ligne pour ceux vivant hors du pays.

« SASMO n’est pas seulement une compétition de mathématiques qui recherche les meilleurs élèves, mais une épreuve qui renforce également la confiance de tous les élèves », indique le site web.

Chhingy participe à des concours de mathématiques nationaux et internationaux depuis 2020. Elle a remporté l’or aux concours Angkor Mathematics et Math Kangaroo Cambodia, tandis que SASMO 2020 fut son premier événement international. En 10e année à l’époque, elle avait remporté une médaille d’argent.

« À l’origine, je me suis inscrite au programme international uniquement pour acquérir de l’expérience et je ne m’attendais pas à gagner une médaille. Je connaissais quelqu’un qui avait participé à la compétition, alors j’ai voulu le faire aussi. Ma première expérience a été un succès, alors j’ai continué à me concentrer sur l’apprentissage et l’enrichissement de mes connaissances », dit-elle.

Lorsqu’elle a entendu parler du concours de cette année, elle a commencé à effectuer des recherches sur les examens et à étudier les épreuves précédentes. L’examen s’est déroulé en ligne en mai dernier.

« Vous aviez 90 minutes pour passer l’examen, qui comportait 25 questions. Quinze d’entre elles étaient à choix multiple et il fallait répondre aux dix autres et montrer son travail », raconte-t-elle.

Lorsqu’elle a participé au concours de 2020, elle n’avait pas remarqué beaucoup de participants cambodgiens. Un groupe Telegram comptant plus de 3 000 membres a été créé pour partager des informations.

« En 2020, j’ai même eu du mal à m’inscrire à l’examen, car je ne maîtrisais pas très bien l’informatique. Telegram n’était pas non plus très utilisé à l’époque. Quand est venu le moment de passer l’examen, j’ai eu du mal avec la plateforme en ligne. Je n’avais jamais étudié dans une école privée, donc l’utilisation de Zoom était vraiment nouvelle pour moi. Je ne savais même pas comment taper à la machine », se souvient-elle.

Chhingy confie que l’examen SASMO était d’un niveau bien plus élevé que son programme de 12e année. Ce n’est que grâce à ses recherches approfondies qu’elle a pu remporter l’or.

Afin de se familiariser avec le sujet, elle a passé plusieurs mois à étudier les mathématiques de haut niveau. Comme les restrictions imposées par le Covid-19 l’empêchaient de sortir beaucoup, elle a pu se concentrer sur les mathématiques.

« Cette année, plus de 100 Cambodgiens ont participé, de la première à la douzième année », dit-elle.

L’élève de 12e année du lycée Chea Sim Santhor Mok reconnait qu’elle n’a pas répondu aux 25 questions, mais qu’elle a achevé plus de la moitié de l’examen.

Pour elle, de nombreux exercices n’étaient pas inclus dans son programme scolaire et ils étaient très compliqués. Elle souhaiterait que le ministère de l’Éducation inclue des mathématiques de niveau supérieur, mais admet que cela ne soit pas encore possible.

« Nous devrions tenir compte des capacités de la plupart des élèves. Comme certains n’arriveront pas à saisir ces épreuves de haut niveau, il n’est peut-être pas utile que le ministère les introduise. Des exercices comme ceux de l’examen exigent beaucoup de concentration, et tous les élèves n’en sont pas capables », estime-t-elle.

La mère de Chhingy, Chheng Somara, a exprimé son enthousiasme devant la réussite de sa fille :

« Je suis très heureuse, car je sais que cela n’a pas été facile. Je n’exige pas d’elle des résultats parfaits, mais je suis très heureuse et satisfaite du résultat de ma fille ».

Elle confie que sa fille a beaucoup travaillé à la maison sur des exercices de mathématiques et de rédaction en anglais pendant la pandémie. Elle souhaite que Chhingy poursuive une carrière en médecine : « Si mon enfant obtient une bourse et part étudier à l’étranger, je ne l’en empêcherai pas - je la féliciterai ».

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône