top of page
Ancre 1

Archive & Tradition : Tisser le bambou avec un savoir-faire ancestral

Hommes et femmes, jeunes et vieux, de la commune de Cheung Kreav, dans la province de Kampong Chhnang, complètent leurs revenus pour subvenir aux besoins de leur famille tout en préservant leur identité en tissant des objets artisanaux traditionnels.

Un groupe de Cambodgiennes fabrique des outils en bambou dans la province de Kampong Chhnang. Photographie fournie
Un groupe de Cambodgiennes fabrique des outils en bambou dans la province de Kampong Chhnang. Photographie fournie

Ces familles des villages de Cheung Kreav, dans le district de Rolea Bier, tressent des articles tels que des paniers en bambou et les exposent à la vente devant leur maison, tandis que d’autres sont transportés en charrette pour être vendus dans d’autres districts.

Srey Mom, 30 ans, agricultrice et tresseuse de paniers en bambou résidant dans le village de Teuk Chenh, confie qu’elle sait tresser une variété d’articles en bambou, tels que des paniers, grands et petits, et des tamis auxquels elle apporte elle-même les touches finales.

Depuis très longtemps, la plupart des habitants de la commune de Cheung Kreav s’adonnent au tissage d’objets artisanaux en bambou - sans jamais abandonner, car il s’agit d’une tradition et aussi d’une activité secondaire qui permet de gagner un peu d’argent.

« J’ai appris à tisser avec les anciens du village - environ 70 % d’entre eux sont des tisseurs de bambou », dit-elle.

Depuis très longtemps, la plupart des habitants de la commune de Cheung Kreav s’adonnent au tissage d’objets artisanaux en bambou
Depuis très longtemps, la plupart des habitants de la commune de Cheung Kreav s’adonnent au tissage d’objets artisanaux en bambou

Pang Sopheap, 48 ans, le président de l’association d’artisanat du bambou de Cheung Kreav, confie que deux principaux types de tissage sont réalisés dans la commune de Cheung Kreav, qui est composée de neuf villages d’environ 100 familles.

« Le premier type d’artisanat est constitué de grands et petits paniers, de bols et de tamis en bambou, dans un style traditionnel. Le deuxième type consiste à confectionner des objets artisanaux en bambou dans des styles modernes, comme des souvenirs et des articles de décoration ».

« Les objets de type traditionnel vont de 1 000 riels à plus de 100 000 riels, selon le type et la taille, et ils sont fabriqués par de nombreuses familles. Je connais un village où près de 100 familles pratiquent cette activité ».

« Le deuxième type d’artisanat est constitué d’articles plus ornementaux, tels que des bols et des abat-jour décoratifs, et de nombreux autres articles destinés à être exposés dans les stations balnéaires et les restaurants, par exemple. Ces articles peuvent être vendus entre 3 000 et 60 000 riels. Il n’y a qu’une vingtaine de familles dans toute la commune qui tissent ce type d’articles », précise Sopheap.

Im Yoeun, un tresseur de paniers en bambou du village de Tang Bampong, explique que les tiges de bambou ligneuses - appelées « chaumes » - utilisées pour fabriquer ces objets artisanaux peuvent coûter de 10 000 à 15 000 riels chacune.

« On ne peut pas survivre entièrement avec ce type de tissage de bambou, mais cela peut aider à compléter un autre revenu. Parfois, nous pouvons gagner 500 000 ou 600 000 riels grâce aux acheteurs en gros qui achètent de grandes quantités. En moyenne, on ne peut fabriquer qu’un seul panier par jour, qui est vendu 6 000 riels. À ce prix, le bénéfice n’est que de 1 000 à 1 500 riels. Cela s’explique par le fait que le bambou coûte 10 000 à 15 000 riels par chaume, et que nous devons également acheter le rotin utilisé pour la finition ».

Soeung Seang Yong du village de Tang Bampong confie qu’avec l’aide de ses enfants et de son mari pour la finition, elle peut tisser plus de 200 tamis en bambou par mois. Dix tamis en bambou peuvent être vendus en gros pour 70 000 riels.

« Tisser des objets artisanaux en bambou n’est pas très rentable. Si l’usine de vêtements n’avait pas fermé et que j’y travaillais encore, je pourrais gagner plus de 800 000 riels par mois. »

« Bien que je puisse gagner près de deux millions de riels par mois avec cette activité, si l’on enlève les dépenses pour les matières premières, travailler à l’usine de vêtements procure un bien meilleur revenu », déclare Seang Yong.

Sao Sarin, 48 ans, du village de Toek Chenh, raconte qu’elle tisse des tamis en bambou de taille moyenne utilisés pour sécher et cuire à la vapeur le poisson ou la viande. Bien qu’elle puisse tisser 10 tamis en bambou en une journée, elle a besoin d’autres personnes pour apporter les touches finales.

On ne peut pas survivre entièrement avec ce type de tissage de bambou, mais cela peut aider à compléter un autre revenu
On ne peut pas survivre entièrement avec ce type de tissage de bambou, mais cela peut aider à compléter un autre revenu

Avec le petit revenu qu’elle peut tirer de ses tamis en bambou fabriqués à la main, elle peut aider à soutenir sa famille, notamment en achetant de la nourriture, des vêtements et des articles ménagers, et en permettant aux enfants d’aller à l’école.

Malgré l’abondance des produits en plastique, les objets artisanaux en bambou sont toujours très demandés par les Cambodgiens et servent toujours dans la vie quotidienne.

Les habitants de la commune de Cheung Kreav, dans la province de Kampong Chhnang, appellent tous les Cambodgiens à soutenir leur artisanat en bambou afin de préserver le savoir-faire traditionnel des ancêtres khmers et de le transmettre aux générations suivantes.

« Je fais ce que je fais parce que les compétences ont été transmises par nos aïeux », conclut Seang Yong du village de Tang Bampong.

Pann Rethea avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page