top of page
Ancre 1

Temps forts 2023 & Jef Moons : « Respect de l'environnement, luxe et esprit d'aventure pour le tourisme côtier »

Longue intervention de Jef Moons — fondateur et PDG du complexe hôtelier Knai Bang Chatt de Kep et Kep West — lors de l’atelier de réflexion et de propositions organisé fin août 2023 par la Cambodia Restaurant Association et ses partenaires dans les locaux du Sofitel Phnom Penh Phokeethra. Pour l’hôtelier, respect de l’environnement, luxe et esprit d’aventure sont indispensables pour développer un tourisme côtier de qualité.

Jeff Moons - fondateur et PDG du complexe hôtelier Knai Bang Chatt de Kep
Jef Moons - fondateur et PDG du complexe hôtelier Knai Bang Chatt de Kep et Kep West. Photo CG

Attractivité de Kep et Kampot

« Je me sens aujourd’hui privilégié de pouvoir parler de projets de longs séjours sur la côte cambodgienne, car je suis persuadé que les deux stations balnéaires Kep et Kampot pourraient offrir aux voyageurs étrangers un séjour encore plus exceptionnel », annonçait M.Moons, poursuivant :

« La mer, le sable et l’environnement côtier sont fréquemment synonymes de relaxation, et le spa, le confort et une gastronomie variée et de qualité sont des éléments à prendre en compte pour attirer les visiteurs, sans omettre de créer également de merveilleux endroits pour prendre des selfies ».

« Et je pense que le Cambodge va bientôt vers une économie de classe moyenne, nous pourrons alors parler plus facilement de sérénité, de splendeur, de sophistication et de couchers de soleil. C’est ce que la région côtière doit offrir », ajoutait-il.

« Simplicité, pure élégance, art, luxe et plaisirs uniques. Au Knai Bang Chatt et à Kep West, nous garantissons des couchers de soleil parfaits tous les jours et proposons également de visiter les réserves naturelles, la découverte des parcs nationaux, la voile et les sports nautiques, sans parler des excursions dans notre belle campagne et les incontournables fruits de mer ».

Sports nautiques à Kep. Photo CG
Sports nautiques dans la région côtière. Photo CG

Pour les attractions à Kampot, nous avons les petites croisières sur la rivière, le plateau du Bokor, la vieille ville, la visite des fermes de durians, la découverte des cascades, et bien d’autres attractions. », argumentait M. Moons, enchaînant ensuite sur d’autres sites qui, selon lui, méritent amplement un détour tel les fermes de poivre, les cultures de sel, les mangroves et les nouvelles plages de Kampot.

L’hôtelier mentionnait ensuite les nombreuses possibilités d’activités sportives et nautiques tels la voile, le canoë, le jet ski, la plongée, le kite surf, mais aussi le trekking, la randonnée, le cyclisme et, bientôt, la tyrolienne.

Jeff Moons - fondateur et PDG du complexe hôtelier Knai Bang Chatt de Kep
Jef Moons - fondateur et PDG du complexe hôtelier Knai Bang Chatt de Kep et Kep West. Photo CG

Aventure et respect de l’environnement

M. Moons insistait également sur la beauté des îles et leurs fonds splendides :

« L’un des plus beaux atouts de Kep n’est pas seulement le parc national qui doit être protégé, mais aussi les îles qui restent encore vierges et où la vie corallienne y est très riche.

Nous avons 30 à 40 dauphins à Kep et Kampot. Nous savons exactement où ils se trouvent. Donc si vous souhaitez observer les dauphins, nous vous donnons 95 % de chances de les voir pendant votre voyage ».

Île aux Lapins - Koh Tonsay (កោះទន្សាយ ). Photo CG
Île aux Lapins - Koh Tonsay (កោះទន្សាយ ). Photo CG

M. Moons enchaînait ensuite sur la nécessité de construire des marinas pour accueillir un autre type de clientèle, les plaisanciers :

« Nous avons aussi besoin de marinas, nous ne voyons pas un seul yacht au Cambodge. Je suis ouvert aux investisseurs souhaitant développer un projet de création de marinas. Mais, détail important, si nous ne bénéficions pas d’une exonération et que nous devons payer 30 % de taxe d’import sur les bateaux et 60 % de taxe spéciale, nous ne pourrons jamais développer notre région côtière à l’aide de la navigation de plaisance. Nous avons au moins besoin d’une exonération de dix ans sur la taxe spéciale ».

Mangrove de Trapaing Sangke. Photo CG
Mangrove de Trapaing Sangke. Photo CG

Selon M. Moons, « écosport », respect de l’environnement, luxe et esprit d’aventure sont des concepts auxquels Kep et Kampot doivent adhérer pour qu’elles deviennent « des destinations très haut de gamme et respectueuses de l’environnement ».

Art et créativité

« La plupart d’entre vous voyagent hors du Cambodge plusieurs fois par an pour visiter des galeries d’art, assister à une comédie musicale, pour se connecter à un plus culturel que vous ne pouvez découvrir au Cambodge. Nous travaillons donc sur l’art, les festivals et la créativité », annonçait Jef Moons, mentionnant ensuite l’éventualité de créer un camping de classe dans le luxe, la beauté et la tranquillité, proposant ainsi, « une destination balnéaire durable et haut de gamme, imprégnée d’une ambiance artistique ».

« Kep doit se transformer en une destination touristique nationale et internationale dynamique et culturelle, riche, haut de gamme et durable, s’adressant au marché des classes moyennes et supérieures. La phrase est un peu longue, mais elle a beaucoup de sens », insistait ensuite Jef Moons, indiquant qu’il espérait que la région commencera rapidement à organiser des événements sportifs, des festivals de musique, de mode et autres pour que Kep devienne aussi une destination culturelle :

« Pour les voyageurs et les personnes plus éduquées, nous devons créer quelque chose avec de l’art, de la mode et des événements culturels pour les voyageurs », disait-il.

Pour M. Moons, il s’agit d’un projet qui a vraiment beaucoup de potentiel.

Mariculture

La beauté de Kep se trouve dans la mer et, « nous devons donc relier le tourisme à la mariculture, c’est-à-dire à l’agriculture aquatique. Si nous pouvons produire des palourdes et toutes sortes d’animaux marins et si nous pouvons créer des revenus pour les communautés locales et relier le tourisme à ces initiatives qui assureront la survie de notre région, alors je pense que nous aurons un tout nouveau projet », disait-il, poursuivant ensuite sur la responsabilisation des touristes :

« Je pense que nous aurons alors un produit touristique tout à fait nouveau et exceptionnel à promouvoir au niveau international. En effet, les touristes haut de gamme mesurent vraiment leur voyage, ils calculent leur empreinte carbone, ils veulent voir dans quelle mesure ils contribuent au bien-être des communautés locales. »

« Et c’est quelque chose que j’aimerais développer avec d’autres au sein du groupe Kep West. Nous y parviendrons également grâce à ateliers comme celui d’aujourd’hui, où tous les cerveaux se rencontrent et créent de nouvelles idées profitables pour les uns et les autres », concluait-il sur ce point.

Art4Kep

Art4Kep est une initiative qui propose de créer de l’art public à différents endroits. Pour M. Moons, il s’agit de « construire et de participer à la croissance de la région ». C’est l’artiste cambodgien, Sothea Thang, qui est à l’origine de ce projet.

Le premier projet est une œuvre d’art de près de six mètres de haut. Elle est réalisée en grès et se trouve sur un terrain public avec la bénédiction des autorités.
Le premier projet est une œuvre d’art de près de six mètres de haut. Elle est réalisée en grès et se trouve sur un terrain public avec la bénédiction des autorités.

« Après cette première œuvre d’art, nous espérons gagner le respect de tous nos amis qui pourront ainsi aider à construire le projet », confie Jef Moons, ajoutant :

« Si nous voulons vraiment créer une région côtière exceptionnelle, nous devons sortir des sentiers battus. »

Intelligence artificielle & chez l’habitant

Selon M. Moons, l’IA permet de personnaliser les recommandations de voyage et de fournir des mises à jour en temps réel. Elle crée des visites virtuelles interactives et des boîtes de dialogue, qui permettent de s’immerger dans des expériences informatives.

« Avant d’arriver au Cambodge, j’ai besoin de connaître les points forts des différentes destinations. J’ai besoin de tout savoir, du golf à la restauration en passant par les excursions et l’hébergement », expliquait-il, ajoutant :

« Nous avons tout pour devenir une destination de choix et non pas une option secondaire. L’objectif est de garder les voyageurs 7 à 14 jours au Cambodge, et je pense que nous pouvons y arriver facilement. Proposer une gamme variée d’hébergements, y compris des séjours authentiques chez l’habitant et des campings est une autre idée. À Kep, nous disposons aujourd’hui de 1 500 lits. J’essaierais immédiatement d’en créer 250 de plus avec l’hébergement chez l’habitant. Ce type d’expérience ne doit pas se limiter aux Cardamomes ou aux montagnes. Il s’agit de séjourner chez les pêcheurs, chez les insulaires et d’apprendre à connaître notre région. Entre-temps, si nous créons des événements, des festivals, il y aura certainement abondance de visiteurs ».

Jeff Moons - fondateur et PDG du complexe hôtelier Knai Bang Chatt de Kep et Kep West. Photo CG
Jef Moons - fondateur et PDG du complexe hôtelier Knai Bang Chatt de Kep et Kep West. Photo CG

Et, l’intelligence artificielle peut également aider dans ce domaine. Selon M. Moons, les gens sont pressés et veulent immédiatement tout avoir sur leur téléphone et il faudrait proposer au ministre du Tourisme une application haut de gamme, et de préférence, « mieux que la Thaïlande et le Vietnam, qui ne proposent pas d’applications performantes ». Pour l’hôtelier, il s’agit « de relier notre culture, nos gens, nos excursions, par un lien unique et exceptionnel. C’est ce que le Cambodge doit faire ».

Mots-clés :

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page