Interview & Exposition : Le mystère des peintures sur glace de Loeum Lorn

Le 24 mai prochain à partir de 18h, The Gallerist proposera au public de la capitale de découvrir les photographies de peinture sur glace de Loeum Lorn.

Loeum Lorn
Loeum Lorn

« Art matters », telle est la devise de Stan, le directeur artistique de The Gallerist, un espace d’art contemporain situé au cœur de la capitale, dans l’emblématique rue 240.

Ce mois-ci, The Gallerist se réjouit de présenter les photographies de peinture sur glace de Loeum Lorn, un artiste né en 1983 à Battambang, qui a suivi ses études à l’école d’art Phare Ponleu Selpak.

Son destin artistique a pris un tournant à l’âge de 12 ans lorsque la menace d’un conflit armé lui a laissé un souvenir glacial. Le froid intense tant physique que mental l’a amené à découvrir la glace et l’a ensuite poussé à l’utiliser comme médium principal.

Nous avons rencontré l’artiste dans son atelier :

Vous êtes un peintre et un coloriste. Quelle est votre motivation derrière ce travail sur les photographies ?

J’utilise la glace comme une toile, en soulignant les motifs avec des couleurs, et en m’abandonnant à sa texture, ses rythmes, son flux. En déposant la couleur sur la glace, je peux observer les mélanges et les transformations que je photographie : les formes surgissent et disparaissent dans un flux perpétuel. Cela met en évidence la loi de l’impermanence et celles de la nature qui régissent le monde.

Qu’est-ce qui vous a inspiré pour cette série ?

Dans cette série, je souhaite poser la question sur notre propre nature, qui sommes-nous, de quoi sommes-nous fondamentalement faits ? Pour aller plus loin dans cette réflexion, j’ai pris des photos de la glace avec une loupe, puis je les ai imprimées sur du papier photo pour voir les détails plus précisément.

« J’y vois un reflet de l’impermanence et du flux constant de la vie elle-même, vu à travers le prisme du bouddhisme. Mes photographies sont ce qui reste, comme un souvenir ».

Je suis fasciné par ce qui se passe sur la glace entre la glace et la peinture, comme un monde qui commence à bouger et nous emmène dans un voyage inconnu et captivant. Le processus peut être influencé, mais il n’y a pas de contrôle possible sur ce qui va se passer.

Parfois, des images d’une beauté saisissante et d’une harmonie totale émergent, au-delà de toute imagination humaine. Ce travail est une observation de la nature à l’œuvre, au sens de la réalité et des lois naturelles.

Combien de temps dure le processus ?

Le processus sur la glace peut durer 6 à 8 heures à l’air libre. La peinture entre en contact avec la glace à différents degrés et profondeurs, mais en soi le processus ne s’arrête jamais.

Avez-vous commencé à travailler sur un autre projet ?

Oui, je travaille sur des séries mix-média. Au départ, je ne suis pas un photographe, mais peintre. Je souhaite lier mon travail sur la glace avec ma peinture pour exprimer ma propre expérience vécue de la loi de la nature, ce qui m’éloigne de la religion bouddhiste, mais me rapproche de la compréhension de la réalité à travers l’expérience et la méditation.

Propos recueillis par Benedict Ravel

 

Vernissage le mardi 24 mai à partir de 18 heures.

Adresse : #15/17 rue 240 (angle rue 19)

thegallerist.cambodia@gmail.com

https://www.facebook.com/Thegallerist.cambodia

Galerie d’art TEP KAO SOL

Route 2, Battambang, Cambodge

tepkaosol@gmail.com

https://www.facebook.com/tepkaosol.art.gallery/


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône