Initiative : Le village d’enfants de Seametrey

Situé sur les rives paisibles du lac Tonle Bati, le village d’enfants de Seametrey déborde d’activité à l’approche du weekend, alors que des dizaines de petits Cambodgiens assistent à des cours ou jouent aux abords de la piscine et du terrain de sports.

Muoy You, fondatrice du village d’enfants Seametrey

Dans une maison en bois à proximité, à portée de voix des cris excités des enfants qui jouent, la fondatrice de l’organisation, Muoy You , 72 ans, est assise dans un fauteuil. Elle raconte comment elle est parvenue à construire ce village d’enfants. Elle confie comment elle et son défunt mari You Khin ont été frappés par la dévastation totale laissée par la guerre et le règne des Khmers rouges lorsqu’ils sont retournés dans leur Cambodge natal dans les années 1990.

Au cours de sa visite, le couple a été particulièrement ému par la détresse des enfants, le manque d’éducation pour les enfants de la rue et les salles de classe surpeuplées.

« Il n’y a pas beaucoup de choix d’éducation de qualité pour les enfants cambodgiens pauvres et j’ai voulu monter un projet susceptible de fournir une éducation de grande qualité », déclare Muoy, ajoutant : « Je crois que tous les enfants ont besoin d’un environnement libre et plein de ressources pour éveiller leur curiosité. »

Une galerie présentant le travail du défunt mari de Muoy You, You Khin

« L’éducation m’a sauvée »

Le couple a évité la guerre, car il avait reçu des bourses universitaires pour étudier en France au début des années 1970 ; elle pour étudier le français, lui pour étudier les arts. Elle a ensuite enseigné le français, tandis que son mari a travaillé comme architecte. Beaucoup de membres de leur famille ont perdu la vie sous le régime des Khmers rouges.

« L’éducation m’a sauvée, donc je veux offrir une éducation aux enfants pauvres », déclare Muoy.

En 2003, rassuré par la stabilité politique dans le royaume, le couple achète une maison dans le centre de Phnom Penh pour créer une école primaire Montessori gratuite. Le projet s’adresse aux enfants défavorisés. Il comprend des activités en anglais, français, musique et sports. Muoy You loue ensuite un bâtiment voisin pour agrandir l’école.

Après la mort de son mari en 2009, Muoy transforme l’immeuble qu’elle possède en une maison d’hôtes portant son nom afin de couvrir les frais de fonctionnement de son école. En 2013, elle décide de déménager et fonde le complexe Seametrey Children’s Village sur un terrain qu’elle possède sur le lac Tonle Bati, situé dans la commune de Prek Rokhar, à environ 30 kilomètres au sud de Phnom Penh.

Les enfants attendent avec impatience leur tour pour lire à haute voix l’alphabet anglais lors d’un cours

Actuellement, 188 enfants défavorisés de la région fréquentent l’école primaire et environ la moitié, ceux dont les parents ont un peu de moyens, paient volontairement 30 $ par mois pour assister aux cours, explique Muoy.

De jeunes élèves jouent de la guitare

Succès du financement participatif

Le complexe s’est progressivement agrandi au fil des années, alors que Muoy bénéficie des revenus de sa maison d’hôtes, des dons des sympathisants et des visiteurs, ainsi que d’un financement participatif via la plate-forme Indiegogo. « Je n’étais pas familière avec ce type de financement, mais j’ai quand même essayé. Nous avons reçu plus de 20 000 $ lors de la première phase ; J’ai été étonnée et surtout ravie », déclare-t-elle, précisant qu’elle a collecté plus de 60 000 $ au total.

Le complexe emploie désormais 19 enseignants, dont certains volontaires étrangers. Il comprend 14 salles de classe, une bibliothèque, un laboratoire informatique et un espace d’exposition d’art, ainsi que des piscines, un terrain de football et diverses installations de jeux. Le complexe est également ouvert aux visiteurs, principalement des citadins qui souhaitent échapper au chaos et à l’agitation de Phnom Penh. Ils peuvent se détendre au bord du lac et profiter du village pour une somme modique.

Une meilleure méthode d’enseignement pour les enfants

Reatrey, l’un des enseignants, a également été formé à l’école de Muoy alors qu’elle était encore située à Phnom Penh. « Cela a changé ma vie », dit-il. Selon Reatrey, l’éducation Montessori, les activités parascolaires et l’accès à l’environnement dans le complexe sont très positifs pour le développement des enfants. « Je pense que c’est mieux ainsi, car les enfants peuvent étudier dans de meilleures conditions. Nous avons du temps de jeu, du temps de sport et du temps d’étude ; ainsi les écoliers ne ressentent pas de stress. À l’école publique, nous n’avons que 15 minutes de pause », a-t-il dit, ajoutant que les élèves de Seametrey sont encouragés à apprendre à la fois en classe et à l’extérieur.

« Ici, nous apprenons les différences culturelles et la discipline ; nous apprenons côte à côte avec la nature et favorisons le respect de l’environnement. »

Chhem Morn, 64 ans, chef de la commune de Prek Rokhar, avance que les habitants de sa commune sont très heureux d’avoir accès à l’établissement, précisant que ses trois petits-enfants fréquentent également l’école de Seametrey. « L’école crée un environnement très attractif pour les enfants et ils embauchent des enseignants confirmés », conclut-il.

Le terrain de football accueille jusqu’à trois séances quotidiennes au village d’enfants Seametrey
Dans l’une des piscines à l’ombre du soleil brûlant de l’après-midi

« Les Cambodgiens peuvent aussi le faire »

Muoy, quant à elle, se montre ambitieuse et prévoit d’attirer davantage de visiteurs payants afin de s’étendre au-delà de la 6e année et de créer une école secondaire. « Une fois que nous aurons entièrement rénové notre centre de loisirs, nous commencerons à promouvoir le centre auprès du public et utiliserons les revenus pour étendre nos classes à la 12e année », confie-t-elle.

Bien que beaucoup de choses se soient améliorées au Cambodge ces dernières années, il reste, dit-elle, un énorme besoin d’une éducation de qualité organisée par les Cambodgiens eux-mêmes.

« Mon grand objectif est de montrer aux gens, en particulier aux étrangers, que les Cambodgiens peuvent aussi le faire. Quand ils viennent au Cambodge, ils peuvent voir une belle école comme celles qu’ils ont dans leur pays d’origine ; pas seulement des salles de classe et rien d’autre », conclut-elle.

Avec Rithy Odom/VOA Khmer


APAC_FR_807X123_SERIES.gif

S'abonner à Cambodgemag

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône