France & Cambodge : Dara Huot, PDG de Phare Circus, « Résilience et optimisme indéfectible»

Dara Huot, PDG de Phare Circus est venu raconter le parcours de l’entreprise sociale PHARE Performance Social Enterprise lors du Forum d'Affaires France - Cambodge. Durant une dizaine de minutes, le souriant dirigeant a expliqué comment fonctionnait cette entreprise sociale, les difficultés rencontrées lors de la crise sanitaire et pourquoi il se sentait d'un optimisme à toute épreuve.

Dara Huot, PDG de Phare Circus
Dara Huot, PDG de Phare Circus

À propos

« Je m’appelle Dara, je suis avec PHARE depuis presque 10 ans. Il y a vingt ans, j’étais un élève de l’école PHARE phare Ponleu Selpak. Je suis à l’origine de la création de l’entreprise sociale PHARE Performance Social Enterprise, également connue sous l’appellation de PHARE Circus, et de PHARE Studio Creative qui travaille dans l’animation et le graphisme.

« Le nom ' PHARE ', qui vient de notre association mère, est un acronyme d’origine française qui signifie ' Patrimoine Humain des Arts pour les Réfugiés et leurs Enfants '.

Les mots Arts, Enfants et Réfugiés nous tiennent à cœur. L’association qui existe depuis 27 ans déjà se trouve à Battambang. Et nous, entreprise sociale, existons depuis presque dix ans ».

Notoriété

« À présent, PHARE est très connu, car nous avons un réseau international et un impact local fort tant au niveau des Cambodgiens que des expatriés. Avant le Covid, nous proposions des spectacles tous les jours à Siem Reap et aussi à Battambang quand c’était possible. Nous effectuions des tournées en France, en Europe, aux États-Unis, en Asie et en Australie. C’est pour cette raison que nous sommes très connus et identifiés comme un label cambodgien authentique, ce qui est peu fréquent ».

Je remercie les organisateurs de ce forum de me permettre de parler de l’histoire de PHARE Performance Social Enterprise et de nous considérer comme une « success story – histoire à succès », et j’espère que nous sommes vraiment une belle histoire à succès.

Après deux ans de Covid, nous poursuivons nos spectacles trois fois par semaine à Siem Reap. Et j’invite le public à se rendre à ces spectacles.

Concept

« La création de PHARE Performance Social Enterprise s’inspire du concept d’économie circulaire. C’est-à-dire que nous donnons du travail aux artistes pour « briser le cercle de la pauvreté ». Nous souhaitons que nos artistes deviennent des membres productifs de la société cambodgienne. Et je pense que les artistes ont un rôle déterminant dans la société. D’ailleurs, vous savez que la France accorde un statut privilégié aux artistes qui sont des gens compris et respectés. Ici au Cambodge, nous n’avons pas un statut aussi favorable qu’en France, mais nous espérons qu’un mouvement de reconnaissance des artistes voie le jour ».

Dara Huot, PDG de Phare Circus, « Résilience et optimisme indéfectible»
Dara Huot, PDG de Phare Circus, « Résilience et optimisme indéfectible»

« L’idée avec PHARE Performance Social Enterprise est aussi de gagner de l’argent et rémunérer nos artistes qui sont en majorité des jeunes défavorisés. À travers notre initiative, nous espérons aussi faire connaître le Cambodge autour du monde. Donc, notre entreprise gère le cirque, la boutique, le restaurant et le studio de création. Nous espérons aussi créer très prochainement un label musical et aussi installer une antenne du cirque à Phnom Penh avec un concept sensiblement différent, car le public de Phnom Penh est différent de celui de Siem Reap. Au total, nous donnons du travail à 47 artistes et 70 employés ».

« Mais, nous payons beaucoup de taxes. Nous sommes soumis aux taxes courantes d’entreprise, mais sommes aussi assujettis à la taxe spéciale sur le divertissement. Ensuite, à l’image d’une entreprise normale, nous payons nos artistes et aussi les dividendes aux actionnaires pour financer l'école quand cela est possible ».

« Avec le Covid, nous avons pu recevoir de l’aide supplémentaire de nos investisseurs, mais cela a été très dur. Il est impératif que nos activités redémarrent à un bon rythme sinon nous risquons d'avoir de très sérieuses difficultés ».

« Nous avions été en mesure de convaincre nos actionnaires que notre modèle d’entreprise était fiable et avions pu contracter un emprunt pour acheter un terrain appelé à devenir une aire de spectacle à Siem Reap. En 2019, nous avons remboursé tous nos emprunts et nous sentions forts pour nous développer ».

« Avant le Covid, notre chiffre d’affaires annuel avait été de 2,5 millions de dollars et cela avait généré environ 600 000 dollars de bénéfice. Bénéfice devant être reversé ensuite à PHARE phare Ponleu Selpak ».

« Mais, avec le Covid en 2020, nous avons demandé à conserver ces fonds, cela a été accepté et nous a permis de conserver les emplois. Aujourd’hui, nous sommes déficitaires, mais nous sommes toujours optimistes, car nous sommes la seule option de spectacle divertissant disponible à Siem Reap. Notre modèle d’économie circulaire nous permet de faire des bénéfices, de proposer des rémunérations correctes et de reverser à PHARE phare Ponleu Selpak.

Après deux ans de Covid, nous demeurons résilients et avons pu tenir grâce à nos réserves de cash de 2019 et quelques emprunts. Nous sommes malgré tout très optimistes et persuadés que nous allons rebondir et retrouver une activité bénéficiaire d'ici deux ans ».

Voir l'interview de Dara Huot



Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône