Financement de la Banque mondiale pour renforcer l’accès à l’éducation au Cambodge

La Banque mondiale a approuvé hier un financement qui, avec une subvention du Partenariat mondial pour l’éducation, affectera 69,25 millions de dollars US pour aider le Cambodge à « améliorer l’accès équitable à l’éducation de base et à répondre rapidement aux crises affectant le système éducatif ».

La Banque mondiale fournira un crédit de 60 millions de dollars US par l’intermédiaire de son Association internationale de développement, tandis que le Partenariat mondial pour l’éducation accordera une subvention de 9,25 millions de dollars US.
La Banque mondiale fournira un crédit de 60 millions de dollars US par l’intermédiaire de son Association internationale de développement, tandis que le Partenariat mondial pour l’éducation accordera une subvention de 9,25 millions de dollars US.

Ce financement soutiendra le Projet d’amélioration de l’enseignement général (GEIP), d’une durée de cinq ans, qui vise à aider le Cambodge à concrétiser les objectifs énoncés dans son Plan stratégique pour l’éducation (2019-2023 ESP), qui vise à « établir et développer des ressources humaines de très haute qualité et respectueuses de l’éthique afin de développer une société fondée sur la connaissance. »

Pour atteindre cet objectif, le gouvernement cambodgien s’est engagé à relever deux grands défis : les faibles résultats d’apprentissage des élèves et l’accès inéquitable à une éducation de base de qualité, qui comprend la petite enfance, l’enseignement primaire et secondaire.

Le Cambodge a certes réalisé de grandes avancées dans l’élargissement de l’accès à l’éducation, mais l’accès équitable à l’éducation pour certains groupes d’enfants, tels que ceux vivant dans des zones reculées, issus de familles pauvres ou de communautés ethniques minoritaires, et ceux vivant avec un handicap, reste un problème, a déclaré Maryam Salim, directrice nationale de la Banque mondiale pour le Cambodge.

Maryam Salim, directrice nationale de la Banque mondiale pour le Cambodge
Maryam Salim, directrice nationale de la Banque mondiale pour le Cambodge

De plus, les résultats de l’apprentissage des élèves ont été fortement affectés par les fermetures prolongées des écoles causées par la pandémie de COVID-19, a-t-elle déclaré dans son communiqué du 19 janvier.

« Nous espérons vivement que le projet permettra de relever ces défis et de mieux reconstruire », a-t-elle ajouté.

Ce financement intervient à un moment crucial, la nouvelle variante du COVID-19 aggravant l’impact de la pandémie sur les systèmes éducatifs du monde entier, a déclaré Alice P. Albright, PDG du Partenariat mondial pour l’éducation.

« Nous espérons que ces fonds permettront au Cambodge de continuer à accroître l’accès à une éducation de qualité et de veiller à ce que les enfants les plus vulnérables soient scolarisés », a déclaré Mme Albright.

Les principales activités du projet comprendront la mise en œuvre d’un programme de gestion scolaire, le développement des capacités des enseignants, des chefs d’établissement, des formateurs d’enseignants et du personnel éducatif, ainsi que l’amélioration des environnements d’apprentissage.

Il prévoit également la construction et la réhabilitation de bâtiments scolaires, de laboratoires scientifiques, d’instituts de formation des enseignants, de dortoirs pour les enseignants et d’écoles d’éducation spécialisée ; l’achat d’équipements de technologie éducative ; et le soutien aux étudiants handicapés, y compris le dépistage des handicaps. Le projet comprendra également un programme pilote de technologie éducative (EdTech) pour les mathématiques.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône