Exposition : L'art khmer prend son envol pour Hong Kong

Vingt œuvres d’art créées par le Cambodgien Leang Seckon, sous le thème unificateur « Growing Wings », seront exposées à la galerie Rossi & Rossi de Hong Kong le 21 mai.

Vingt peintures de Seckon seront exposées à la galerie Rossi & Rossi de Hong Kong à partir du 21 mai. Photo fournie
Vingt peintures de Seckon seront exposées à la galerie Rossi & Rossi de Hong Kong à partir du 21 mai. Photo fournie

L’une de ses œuvres — intitulée Reborn Sunflowers — sera vendue et les recettes serviront à soutenir les sites du patrimoine mondial en Ukraine par l’intermédiaire du World Monuments Fund (WMF).

Fondé en 1965, le WMF est la première organisation indépendante au monde à se consacrer à la sauvegarde des lieux les plus précieux de la planète afin d’enrichir la vie des gens et de favoriser la compréhension mutuelle entre les cultures et les communautés. Cette organisation à but non lucratif a son siège à New York et des bureaux affiliés au Cambodge, en Inde, au Pérou, au Portugal, en Espagne et au Royaume-Uni.

Encouragé par le ministère cambodgien de la Culture, le WMF a élaboré une série de recommandations visant à résoudre les problèmes fondamentaux de préservation d’Angkor Vat et a depuis entrepris une grande variété d’initiatives de conservation et de renforcement des capacités sur le site.

« Seckon a décidé de faire don du produit de la vente d’un tableau aux réfugiés ukrainiens et au WMF. Le WMF a beaucoup apprécié qu’un artiste cambodgien montre autant de compassion pour l’Ukraine. Pour l’instant, nous essayons de promouvoir la vente de la peinture. Elle est actuellement stockée au bureau du WMF à Siem Reap », explique Pok Marina, conservatrice et à l’origine de ce partenariat caritatif.

Seckon

Seckon est un artiste cambodgien chevronné connu pour ses œuvres qui combinent des histoires anciennes et modernes du Cambodge en utilisant des éléments des traditions culturelles et religieuses khmères. Il dit avoir décidé de faire don d’une peinture afin de collecter des fonds pour aider les réfugiés en Ukraine, après avoir vu des reportages sur la terrible situation qui y règne.

Tout le monde est invité à effectuer une offre pour le tableau, qu’il s’agisse d’organisations ou de collectionneurs individuels, mais Seckon déclare qu’au fond de lui, il préférerait qu’une association ou un musée public l’achète et l’expose dans un endroit où tout le monde pourrait l’admirer.

Leang Seckon avec sa peinture intitulée Star Catcher en arrière-plan. Photo Heng Chivoan
Leang Seckon avec sa peinture intitulée Star Catcher en arrière-plan. Photo Heng Chivoan

« Je me demande souvent pourquoi, lorsque la plupart des gens aiment une œuvre, ils essaient de la garder pour eux ou de la cacher pour qu’elle ne puisse être appréciée que par eux-mêmes. Pour moi, je pourrais presque dire que tout ce que j’aime, je veux le partager avec le monde entier. Je la donnerais à un musée si elle ne se vend pas, parce que beaucoup de gens la verront et j’en serai fier.

« Mais cela n’a pas d’importance de toute façon - tant que l’œuvre est vendue, nous aurons les fonds nécessaires pour aider le peuple ukrainien », explique l’artiste de 52 ans.

Les 20 peintures qui composent l’exposition Growing Wings représentent trois années de la production de Seckon, qui a commencé à les réaliser en 2019. Il en a déjà exposé quelques-unes auparavant, mais cette exposition est un événement beaucoup plus important puisqu’il présente pour la première fois l’ensemble de la série de peintures réunies.

Elles seront visibles à la galerie Rossi & Rossi de Hong Kong à partir du 21 mai 2022 et l’exposition durera ensuite deux mois. En raison de complications liées aux politiques strictes de Covid-19, Seckon n’a pu qu’envoyer ses peintures à Hong Kong et ne pourra pas visiter la galerie lui-même.

Avant d’envoyer ses œuvres dans un autre pays, Seckon voulait montrer certaines de ses peintures ici, au Cambodge, et Marina l'a aidé à organiser une exposition comprenant 12 œuvres de la série, qui a été inaugurée à l’ambassade britannique au début du mois d’avril.

« Il y a quelques mois, j’ai rencontré Seckon par hasard dans une ruelle près du Backyard Cafe. Il m’a invitée dans son studio et m’a montré ses dernières œuvres d’art et m’a demandé de l’aider à montrer au public de Phnom Penh les pièces commandées par Hong Kong avant de les expédier à l’étranger, car nous ne savons jamais si l’une d’entre elles va être vendue ou revenir », explique Marina.

Seckon confie que s’il avait eu assez d’espace, il aurait aimé exposer les 20 peintures, mais qu’en raison du manque de place, il n’a pu en sélectionner que 12 pour les accrocher à l’ambassade britannique.

« Depuis notre première rencontre, Seckon et moi avons parlé de la paix et de la guerre, de l’harmonie, de la signification de l’art, de toutes sortes de choses - et nous échangeons des messages quotidiennement depuis lors. C’est un grand honneur pour moi de pouvoir contribuer à son exposition », déclare Marina.

Star Catcher

Le titre de l’exposition des douze tableaux de l’ambassade est « Star Catcher » qui est aussi celui de l’une des douze œuvres exposées. Ce titre a été choisi en particulier parce que Marina l’adore, explique M. Seckon, et il est également lié au voyage personnel qu’il a entrepris et qu’il souhaite partager avec les visiteurs de l’exposition.

Seckon affirme que Star Catcher et le reste de ses œuvres n’ont pas de signification précise, car si vous regardez la peinture, vous verrez un lac, une rivière, une jungle et un temple, tous liés à sa « triste histoire », qui l’a motivé à essayer d’attraper l’étoile filante du succès.

Seckon a traversé plusieurs époques du Cambodge en quelques décennies seulement. Lorsqu’il était petit garçon, il fuyait les soldats de Pol Pot et vivait dans une peur constante de la mort. Ensuite, il devint gardien de buffles qui travaillait sous le soleil brûlant ou sous la pluie battante avec un seul vêtement.

Leang Seckon discute avec Pok Marina dans son studio. Photo Heng Chivoan
Leang Seckon discute avec Pok Marina dans son studio. Photo Heng Chivoan

« Mes débuts dans la vie ont été un peu difficiles », dit Seckon avec un sous-entendu ironique. « Mais au bout du compte, toutes nos expériences ont une signification. Les difficultés, les fardeaux, la peur, les blessures — ce sont toutes des leçons importantes et elles ont constitué de bons enseignements dans ma vie. »

Seckon affirme qu’aujourd’hui, il est plutôt le genre de personne qui affronte les problèmes lorsqu’il y est confronté et qui, au contraire, prend position afin de trouver une solution avant d’envisager de s’éloigner.

« On peut voir dans Star Catcher qu’il y a beaucoup de beaux paysages. La cabane dans laquelle je vivais s’est transformée en temple. Et toute la terre, l’eau et la nature sont d’apparence très glamour. »

« Je les dépeins de cette façon maintenant parce que toutes ces épreuves auxquelles j’ai survécu étaient pour moi comme attraper des étoiles. J’ai tendu la main et je les ai saisies », dit-il.

Il confie aussi qu’en tant qu’artiste, il doit être un défenseur de la paix. Par exemple, il utilise son art pour commenter la politique, mais sa démarche demeure axée sur l’unité et l’harmonie plutôt que sur des sujets destinés à provoquer des conflits.

« La vie est une route cahoteuse et je crois que chaque personne traverse différentes épreuves dans la vie, qui sont à la fois uniques et communes à l’humanité, mais c’est votre perspective individuelle qui peut vraiment vous motiver à vous élever au-dessus de ces choses et à faire mieux - bien que la plupart des gens ne le fassent pas », dit Seckon.

L'artiste note que, comme il ne parle pas très bien anglais, il n’a jamais vraiment étudié de près les œuvres des artistes du passé, mais il a transformé ce handicap en bénédiction, car il peut être fier du fait que ses œuvres d’art soient des idées originales plutôt que fortement influencées par d’autres.

Il dit puiser son inspiration et son influence dans son environnement immédiat, mais ces derniers temps, il est ravi que de jeunes artistes viennent lui demander des conseils et s’inspirer de son travail.

« Cela montre clairement que mon travail les a amenés à penser à quelque chose de nouveau — et non à copier ce que j’ai déjà produit — et c’est pour moi la définition du succès. C’est la raison pour laquelle toutes ces peintures existent, outre le fait que j’ai pris du plaisir à les créer toutes.

« Elles existent parce que j’aime partager avec le monde ma lutte intérieure pour créer et le triomphe de la création qui en résulte », conclut Seckon.

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône