Entretien & Leader : Oeur Sothearoath, PDG de l’entreprise de scoring « Credit Bureau Cambodia »

Le secteur des prêts à la consommation dans le Royaume a connu une croissance régulière depuis les années 1990, mais la mise en place d’une base de données formelle de déclaration de crédit permettant aux institutions financières locales de rendre compte de la solvabilité des clients a été relativement tardive.

Oeur Sothearoath, PDG de l’entreprise de scoring « Credit Bureau Cambodia »
Oeur Sothearoath, PDG de l’entreprise de scoring « Credit Bureau Cambodia »

Ce n’est qu’en 2011 que la Banque Nationale du Cambodge a publié son Prakas sur la déclaration de crédit, exigeant des institutions financières qu’elles déclarent, mettent à jour et stockent l’historique de paiement des prêts de leurs clients.

En réponse, le Credit Bureau Cambodia (CBC) a été officiellement lancé le 19 mars 2012.

En seulement 10 ans, le bureau compte désormais 170 membres, dont des banques, des sociétés de microfinance, des sociétés de crédit-bail et des institutions de crédit rural qui s’appuient sur sa base de données pour déterminer si les clients sont éligibles à des prêts et quels taux ils peuvent avoir à payer.

Pour refléter le succès de l’entreprise, CBC a remporté l’année dernière le prix « Excellence in Consumer Credit Reporting » décerné par le Global Business Outlook.

Ce prix reconnaît la contribution de CBC à la gestion du risque de crédit à l’échelle du secteur en favorisant la transparence et l’efficacité du marché du crédit, ce qui contribue à la stabilité globale du secteur financier dans le pays.

Le Président directeur général de Credit Bureau Cambodia, Oeur Sothearoath, a rencontré l’équipe de Cambodia Investment Review — Leader Talks pour une interview exclusive.

Oeur explique comment le bureau aide le Cambodge à accroître la culture financière, à améliorer les notes des consommateurs et à adopter la rapide mutation des technologies financières.

« Tout d’abord, je tiens à souligner qu’il est vital pour tous les Cambodgiens de vérifier régulièrement leur cote de crédit. Cela leur permet de comprendre leur santé financière, de suivre l’évolution de leur notation tout au long de leur cycle de vie économique et de développer la culture financière du pays », explique M. Oeur.

« Deuxièmement, l’information est un pouvoir et le même score de crédit auquel on peut accéder à partir de notre base de données sera le même que celui que reçoivent toutes nos institutions financières membres. Par conséquent, pour certains, cela peut être l’occasion de se mettre dans une meilleure position pour négocier avec tout prêteur potentiel », ajoute M. Oeur.

Une plus grande inclusion financière grâce à la numérisation

Afin d’accroître l’inclusion financière, CBC a récemment établi un partenariat avec deux des plus grandes institutions financières — la Sathapana Bank et la WING Bank, pour permettre aux utilisateurs de leurs services bancaires mobiles de demander par voie électronique leurs rapports de crédit et de vérifier leur historique de crédit nécessaire pour les demandes de prêt auprès de n’importe quelle institution financière.

Ces collaborations complètent le service offert aux consommateurs individuels en plus des visites physiques aux bureaux du CBC et de ses mandataires agréés.

« Le partenariat avec la Sathapana Bank et la Wing Bank nous permettra de servir une communauté plus large à travers le Cambodge. Il reflète notre engagement à fournir des rapports de crédit précis et en temps réel aux emprunteurs, les aidant à prendre de meilleures décisions financières et à promouvoir l’inclusion financière », déclare Oeur.

« Ce n’est qu’une des nombreuses initiatives de numérisation que nous entreprenons actuellement. Celle-ci est au cœur de toutes les sociétés financières, non seulement au Cambodge, mais partout dans le monde on s’oriente vers un mélange entre la technologie et la finance », ajoute-t-il.

Les scores de crédit allant de 100 à 1700 sont dérivés des rapports de crédit individuels basés sur les données de 170 institutions financières membres de CBC. Ces scores sont une combinaison de l’historique de crédit, de l’engagement de crédit, des paiement, des informations défavorables et des nouvelles demandes de crédit. Les particuliers peuvent demander leur score de crédit exclusivement par l’intermédiaire de l’application CBC Mobile, en plus des alertes de surveillance du crédit qui informent les consommateurs des changements apportés aux informations essentielles de leur historique de crédit, comme un versement manqué, un paiement dans les délais, une nouvelle demande de prêt, entre autres.

Garantir que la sécurité des données des consommateurs

Pour l’avenir, Oeur précise que les trois principaux domaines de croissance sont la diversification des sources de données, la création de plus de partenariats stratégiques et la garantie du stockage et de la sécurité des données de ses membres.

« La diversification des sources de données est un domaine clé pour aider à faire évoluer le score de crédit global des consommateurs et permettre à davantage de Cambodgiens qui n’ont pas contracté de prêt formel d’avoir un profil de crédit évalué. Leur score peut être encore amélioré en incluant les contrats de téléphone, d’électricité et éventuellement de location par exemple », a déclaré M. Oeur.

« Les partenariats stratégiques permettent à un plus grand nombre de consommateurs d’avoir une accessibilité financière plus facile et d’élargir l’accès au service de bilan de santé financière par le biais de nos programmes partenaires, poursuit M. Oeur.

Cependant, l’un des principaux domaines dans lesquels CBC a identifié l’utilisation des dernières technologies est de s’assurer que les données des consommateurs sont stockées en toute sécurité et de mettre l’accent sur l’interface électronique « Know Your Customer » (e-KYC).

« Alors que nous nous engageons dans une utilisation et une dépendance accrues à l’égard de la technologie, nous devons également veiller à protéger correctement les informations vitales des consommateurs contre les menaces internes et externes susceptibles de provoquer des failles de sécurité », précise M. Oeur.

« À l’avenir, le CBC espère collaborer avec les institutions financières et la banque centrale pour établir l’utilisation croissante de l’e-KYC qui est déjà en passe de devenir la prochaine étape pour l’identification des clients. Nous espérons également utiliser cette technologie pour faciliter la vérification instantanée à la fois pour nos membres et pour la population cambodgienne », conclut-il.

Avec notre partenaire Cambodia Investment Review

La série” Entretien & leader économique » interroge les décideurs économiques les plus influents du Cambodge afin que nos lecteurs puissent mieux comprendre les opportunités d’investissement.