Dossier : Challenges, espoirs et contradictions de l’énergie solaire dans le Royaume

Lorn Chanlita, 23 ans, souhaitait depuis longtemps gérer sa propre entreprise de vente de jus de canne à sucre de Kampong Chhnang pour subvenir aux besoins de sa famille. Mais son rêve n’est devenu réalité que lorsque son village a été raccordé à l’électricité solaire au début de cette année.

Les panneaux solaires peuvent fournir une alimentation fiable aux fermes rurales isolées
Les panneaux solaires peuvent fournir une alimentation fiable aux fermes rurales isolées

Avant l’arrivée du solaire, Chanlita utilisait un générateur pour alimenter des ampoules, des ventilateurs, une télévision et — de temps en temps — une pompe à eau pour irriguer sa rizière. Grâce à l’énergie solaire, Chanlita peut non seulement alimenter un extracteur et une machine à couper la glace, mais elle peut également connecter davantage d’appareils et garder son entreprise ouverte plus tard dans la soirée.

« Cela me permet de gagner du temps et c’est plus pratique », dit-elle. « Le générateur était bruyant et c’était difficile de le démarrer »

Le village de Chanlita, Steung Chrov, se trouve dans la province de Kampong Chhnang, sur une île du Tonlé Sap.

L’énergie solaire transforme les communautés isolées comme Steung Chrov en leur offrant une énergie renouvelable abordable et la possibilité de mener une vie plus productive. Mais des centaines d’autres villages restent hors réseau, et les experts en énergie affirment que le Cambodge devrait travailler davantage pour exploiter l’immense quantité de lumière solaire inexploitée du pays.

Le magazine en ligne VOA Khmer a utilisé des données de l’Autorité de l’électricité du Cambodge 2021, de l’Agence internationale des énergies renouvelables, de l’Agence internationale de l’énergie, de Our World et du Mekong Infrastructure Tracker, de l’enquête socio-économique du Cambodge 2019/20 pour approfondir ces questions.

Les maisons d’un village isolé, Stung Chrov, dans le district de Baribo, province de Kampong Chhnang, sont équipées de panneaux solaires pour générer de l’énergie solaire en électricité, le 12 octobre 2021. (Hean Socheata/VOA Khmer)
Les maisons d’un village isolé, Stung Chrov, dans le district de Baribo, province de Kampong Chhnang, sont équipées de panneaux solaires pour générer de l’énergie solaire en électricité, le 12 octobre 2021. (Hean Socheata/VOA Khmer)

L’essor du solaire est d’abord le fait d’acteurs privés

Selon l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IREA), l’accès à l’énergie solaire au Cambodge est 11 fois plus élevé qu’il y a quelques années. 8,4 % de l’ensemble des ménages cambodgiens, bénéficient du solaire hors réseau ou en micro-réseau (enquête socio-économique du Cambodge).

En 2016, il n’y avait pas une seule centrale solaire dans le pays. Aujourd’hui, sept centrales sont connectées au réseau national et capables de produire jusqu’à 305 mégawatts (MW), selon le Mekong Infrastructure Tracker du Stimson Center.

La première centrale solaire de 10 mégawatts (MW) du pays a été mise en service en 2017 avec le soutien de la Banque asiatique de développement (BAD). Parallèlement, le Fonds d’électrification rurale du pays, soutenu par la Banque mondiale, a fourni des systèmes solaires domestiques à plus de 60 000 ménages ruraux entre 2013 et 2017.

« Le Cambodge possède certaines des ressources solaires les plus riches de la région, qui pourraient être exploitées de manière complémentaire à l’hydroélectricité », affirme Anthony Gill, directeur pays par intérim de la mission résidente de la BAD au Cambodge, qui aide le gouvernement à préparer un plan de développement de l’électricité pour les 20 prochaines années.

L’élan initial en faveur du solaire n’est toutefois pas venu du gouvernement. Il a été impulsé par des investisseurs et des bailleurs de fonds qui souhaitent « aider le Cambodge à passer de la production d’hydroélectricité et de ressources non renouvelables telles que le pétrole, le gaz naturel et le charbon à l’énergie verte », explique Han Phoumin, économiste de l’énergie à l’Institut de recherche économique pour les pays de la zone ASEAN et l’Asie de l’Est.

Les fréquentes coupures de courant et les coûts élevés de l’électricité — en particulier dans les zones commerciales — constituent des facteurs supplémentaires, tout comme le prix. Le coût des modules solaires photovoltaïques a chuté de façon spectaculaire, de près de 80 % par rapport à 2010.

« Les investisseurs privés y voient une opportunité », ajoute M. Phoumin.

L’adoption du solaire est une combinaison d’arguments économiques, selon Courtney Weatherby, directeur adjoint et analyste de recherche du programme Asie du sud-est du Stimson Center, basé aux États-Unis. Il s’agit d’une combinaison d’électricité à faible coût, d’un vaste potentiel solaire au Cambodge et de préoccupations de durabilité concernant la réduction des investissements dans les combustibles fossiles émetteurs de carbone ou dans les grandes centrales hydroélectriques controversées.

Une infrastructure de télécommunications alimentée par l'énergie solaire et transmission par satellite combinées pour permettre à Star-Cell Cambodge d'étendre la couverture de son réseau.
Une infrastructure de télécommunications alimentée par l'énergie solaire et transmission par satellite combinées pour permettre à Star-Cell Cambodge d'étendre la couverture de son réseau.

Elle cite également des investisseurs internationaux dans le secteur manufacturier « qui cherchent à rendre leur propre chaîne d’approvisionnement plus écologique et ont exprimé leur inquiétude quant aux projets d’expansion du charbon au Cambodge ».

Un engagement en faveur d’une énergie plus renouvelable

À l’heure actuelle, l’approvisionnement en électricité du Cambodge est dominé par les centrales au charbon et l’hydroélectricité, avec respectivement 41 % et 44 %, tandis que l’énergie solaire représente 6 % et se trouve en progression.

Selon le ministère des Mines et de l’Énergie, le Cambodge vise à disposer de 495 MW supplémentaires provenant de sept centrales solaires qui devraient être mises en service. Elles représentent 20 % de l’approvisionnement énergétique total d’ici 2023.

Fin octobre, le ministre des Mines et de l’Énergie, Suy Sem, a promis de mettre fin aux nouvelles autorisations pour les centrales électriques au charbon. Il a pris cet engagement lors d’une réunion avec l’ambassadrice du Royaume-Uni au Cambodge, Tina Redshaw, avant la COP26. Cette décision a été prise après que le président chinois Xi Jinping eut déclaré aux dirigeants réunis à New York que la Chine éliminerait progressivement les nouveaux projets de centrales électriques au charbon.

« À la lumière des récentes indications de la Chine, il pourrait y avoir un changement plus rapide vers le solaire au Cambodge à moyen terme », prédit Weatherby :

« Comme le marché continue d’évoluer et que les prix devraient baisser à la fois pour les technologies solaires et de stockage de l’énergie, la justification économique du passage au solaire et à d’autres technologies d’énergie renouvelable est susceptible de se renforcer. »

En mars 2020, le gouvernement a annoncé qu’il mettrait un terme à deux barrages hydroélectriques prévus — à Sambor et à Stung Treng — et qu’il ne construirait aucun nouveau barrage de ce type sur le cours principal du Mékong au cours de la prochaine décennie, après que des inquiétudes aient été soulevées quant à l’impact de ces barrages sur les agriculteurs, les poissons et la biodiversité du fleuve.

« Le solaire est un combustible propre et gratuit, c’est un investissement et le moyen le moins cher pour EDC d’acheter de l’électricité », affirme Bridget McIntosh, de l’ONG EnergyLab Cambodia.

Selon les experts, il est difficile de calculer le montant des investissements nécessaires pour que l’énergie solaire dépasse le charbon et l’hydroélectricité. Mais le développement de l’énergie solaire — et de l’énergie éolienne — constituerait une étape importante vers un réseau électrique à plus faible teneur en carbone, qui permettrait de réduire la pollution atmosphérique et les émissions de carbone, et de moins nuire à l’écosystème du Mékong.

Installation solaire à Siem Reap
Installation solaire à Siem Reap

« À l’avenir, le Cambodge pourrait développer l’énergie solaire pour en constituer la principale source d’approvisionnement en énergie si le gouvernement l’envisage sérieusement », déclare M. Phoumin.

« Avec notre potentiel solaire, nous pouvons construire des batteries de stockage pour les fermes solaires ou même nous lancer dans le développement de l’hydrogène. En fait, nous n’avons plus besoin de projets de charbon ou d’hydroélectricité. »

Le nombre de ménages hors réseau reste élevé

Malgré la croissance et le développement récents du Cambodge, un ménage sur cinq dans les zones rurales reste hors réseau, ce qui signifie qu’il n’a pas accès à l’électricité fournie par les services publics, et qu’il ne peut pas accéder à une électricité fiable et abordable. Le taux d’électrification du Cambodge reste le deuxième plus faible d’Asie du Sud-Est, après celui du Myanmar.

Si le gouvernement a étendu son réseau national, il a été lent à construire des lignes de transmission et de distribution. « C’est là que se situent les problèmes », déclare M. Phoumin. « Le gouvernement doit investir davantage. Ce n’est pas encore suffisant. »

La demande d’énergie continue de croître rapidement, avec une augmentation annuelle moyenne d’environ 20 % depuis 2010, sauf en 2020 et 2021 en raison de la pandémie COVID-19, qui a réduit la demande accrue à seulement environ 6 % et 2 % respectivement, indiquent les données de l’EAC.

Bien que le gouvernement ait développé l’énergie solaire, des milliers de mégawatts de solaire restent inexploités.

Les principales préoccupations concernant le développement de l’énergie solaire ont toujours été liées au coût et à la fiabilité, explique M. Weatherby.

« La question du coût a été largement résolue », dit-elle.

« La préoccupation restante est la stabilité du réseau : de nombreux services publics s’inquiètent du fait que l’énergie solaire et éolienne variable perturbe la stabilité de l’approvisionnement en électricité. »

« Il y a de réels changements à apporter pour accueillir des quantités plus importantes d’énergie solaire, étant donné sa variabilité — et bien qu’ils puissent être gérés initialement grâce aux prévisions météorologiques et aux prévisions de la demande de charge, cela nécessite des réponses rapides de la part des services publics d’une manière que l’énergie traditionnelle provenant du charbon ou de l’hydroélectricité n’a pas », explique Weatherby.

Le Cambodge possède l’un des plus grands potentiels d’énergie solaire de la région, avec une moyenne de six à huit heures d’ensoleillement par jour et une production moyenne de 5 kWh/m2 par jour. Ce chiffre est nettement supérieur à celui de ses voisins directs, la Thaïlande et le Vietnam, et presque le double de celui de pays européens tels que l’Allemagne, selon le rapport du PNUD intitulé « Harnessing the Solar Energy Potential in Cambodia ».

« 5 kWh/m2 est le reflet de la quantité moyenne de lumière solaire disponible au Cambodge par unité de terrain pour produire de l’électricité », explique M. Weatherby, « une indication claire que la production d’énergie solaire au Cambodge est un bon investissement. »

Naviguer vers l’énergie solaire

Malgré l’énorme potentiel de l’énergie solaire, les experts affirment que le sous-investissement, l’absence de politique et l’insuffisance des infrastructures énergétiques ralentissent la voie. La BAsD estime qu’EDC aurait dû investir 600 millions de dollars pour moderniser l’infrastructure au cours des cinq dernières années.

Les experts en énergie estiment que le gouvernement doit conclure des accords d’achat avec les investisseurs en énergie solaire, lancer des appels d’offres transparents pour attirer les investisseurs et s’atteler à la modernisation des infrastructures énergétiques et au stockage des batteries. Ces défis ont également été soulignés dans un récent rapport de la BAD.

« Vous ne pouvez pas construire un projet solaire ou un projet de charbon à moins qu’EDC ne signe un accord d’achat », souligne M. McIntosh d’EnergyLab.

« Ce dont elle a besoin, c’est que le gouvernement s’engage à acheter plus d’électricité d’origine solaire. »

Par exemple, dit-elle, le gouvernement a besoin d’une politique qui appelle à 300 MV de solaire pour les prochaines années, suivie d’un appel d’offres concurrentiel et d’une réponse des investisseurs qui expliquent combien ils peuvent vendre au gouvernement. « Ensuite, EDC peut choisir le prix le plus bas », dit M. McIntosh. « Mais sans barre, nous ne pouvons pas construire le projet ».

940 panneaux solaires sur le toit de l'ambassade des États-Unis à Phnom Penh
940 panneaux solaires sur le toit de l'ambassade des États-Unis à Phnom Penh

M. Phoumin estime que davantage d’investissements sont nécessaires pour améliorer l’infrastructure, notamment l’installation et l’intégration du stockage des batteries, qui est nécessaire pour stocker l’énergie solaire durant la nuit.

Le solaire présente des limites, car il s’agit d’une ressource intermittente, selon les experts. Mais elle pourrait être davantage exploitée pour rediriger l’énergie là où elle est nécessaire.

« L’énergie solaire flottante pourrait intervenir et assurer la production d’électricité pendant la saison sèche lorsque la production hydroélectrique est réduite en raison du faible niveau des eaux », ajoute M. Phoumin.

M. Gill de la BAsD ajoute que « l’énergie solaire doit être déployée avec des quantités suffisantes de stockage d’énergie, et le fonctionnement des centrales solaires peut être coordonné avec d’autres sources d’énergie telles que l’hydroélectricité et les moteurs à gaz à réponse rapide afin de garantir la fiabilité et la stabilité du réseau ».

Certains de ces défis sont en train d’être relevés par le gouvernement, affirme M. Gill. La première phase du projet national d’énergie solaire du Cambodge, d’une capacité de 60 MW, a été ouverte aux appels d’offres du secteur privé et a abouti au prix d’achat le plus bas pour une énergie solaire connectée au réseau dans toute l’ASEAN, à 3,89 cents USD/kWh, indique M. Gill.

« La phase 2 du projet a été achevée en octobre 2021 et a donné lieu à un prix encore plus bas, bien qu’il n’ait pas encore été rendu public par la compagnie nationale d’électricité EDC, car le processus n’est pas terminé », précise M. Gill.

« Le projet de parc solaire national montre que la concurrence ouverte permet la découverte des prix (et donc la transparence dans le secteur), et entraîne une baisse des tarifs de l’électricité. »

Gill note également que le gouvernement cambodgien a annoncé que les sources d’énergie renouvelables pourraient à terme représenter environ 59 % de la capacité électrique totale installée.

« Une consommation insuffisante d’électricité »

L’électricité est traditionnellement chère au Cambodge par rapport aux pays voisins, et les prix sont historiquement plus élevés dans les zones rurales que dans les villes, car Électricité du Cambodge (EDC) accorde des licences aux investisseurs pour construire des lignes de transmission et de distribution dans les zones rurales. Environ 10 % des ménages raccordés au réseau n’ont pas les moyens de payer le tarif de l’électricité, selon le rapport de la Banque mondiale en 2018 sur le CAMBODGE : Rapport de diagnostic sur l’accès à l’énergie.

Phoumin indique que le coût de l’éclairage de base et de l’électricité peut peser lourdement sur les revenus des familles. Pour économiser de l’argent pour l’éclairage de base et l’électricité, certaines familles rurales choisiraient de réduire d’autres dépenses. C’est ce qu’on appelle une « consommation insuffisante d’électricité », ajoute M. Phoumin,

« Ce qui signifie que les habitants des zones rurales ont moins de possibilités d’exploiter leurs avantages économiques. »

Les ménages qui se connectent à l’électricité, en revanche, ont un taux de rendement plus élevé, car ils ont plus de possibilités de générer des revenus. « Il y a un écart d’inégalité — les gens dans les zones rurales paient plus que les gens dans la ville », dit-il.

Village pilote alimenté par des énergies renouvelables à Thkov, Seam Reap

M. Phoumin confirme qu’il n’existe pas de données spécifiques sur cette question. La corrélation entre la pauvreté et l’électricité provient de « groupes échantillons » dans des zo