top of page
Ancre 1

Diaspora & Cinéma : Ousa Khun, premiers visuels de « The God King - Tale of the Serpent Sister »

Ousa Khun finalise actuellement le script de son prochain film, qui sera finalement une trilogie : « The God King - Tale of the Serpent Sister ». Le réalisateur cambodgien propose de découvrir non pas une bande-annonce, mais quelques extraits visuels de ce projet, photo et vidéo.

« Le film lui-même sera encore plus beau et les détails de l'histoire, certains personnages, sont encore gardés secrets, restez à l'écoute », annonce-t-il.

Rappelons que Chantha, notre correspondante pour la diaspora, a interviewé récemment Ousa dans le cadre de sa série de portraits de Khmers atypiques à travers le monde. L'occasion de (re)faire connaissance avec cet auteur ambitieux.

L’homme qui déclare « Il est temps pour nous Khmers de raconter nos histoires épiques et de démontrer au monde que nous possédons également une imagination incroyable » est un fils de militaire originaire de Battambang, arrivé très jeune aux USA, suite à la sombre époque des Khmers rouges.

Bénéficiant d’une jeunesse peu exposée au racisme, il dévoile en exclusivité quelques moments forts de son parcours de vie.

 

Entretien :

Quelles étaient vos passions étant jeune ?

« Dès mon plus jeune âge, je me suis plongé dans le dessin, la peinture et la sculpture, jusqu’à ce que je me concentre sur la musique lorsque je suis entré au lycée. Apprendre à jouer du piano m’a fasciné. Malheureusement, au début, je n’avais personne pour m’enseigner et je n’avais pas non plus les moyens de m’acheter un piano. C’est devenu ma principale passion.

Ensuite, j’ai réussi à convaincre mon grand-père de me fournir un peu d’argent pour un professeur particulier. Bien qu’il n’ait duré que deux sessions en raison de contraintes financières, cela m’a motivé et m’a appris les bases de la lecture et de l’écriture musicale.

« Tout au long de mes années de lycée et de mes premières années à l’université, la musique a occupé la majorité de ma vie. Je composais et écrivais plusieurs chansons chaque jour, les enregistrant sur des cassettes pour les partager avec mes amis et ma famille. »

Parallèlement, je faisais également partie d’une équipe de breakdance appelée Triangle des Bermudes. À son apogée, nous comptions de 80 membres et avons transformé notre nom en une société de production cinématographique : Bermuda Triangle Entertainment

À cette époque, vous ne vouliez également pas particulièrement être assimilé à un Cambodgien. Pourquoi ?

J’ai fini par croire aux stéréotypes sur les Cambodgiens et les Asiatiques en général. Sans aucun modèle cambodgien dans ma vie, je n’avais personne à admirer. Pendant ces années, j’étais entouré de gangs, de pauvreté et de jeux d’argent. Malheureusement, certaines des personnes âgées cambodgiennes que j’ai rencontrées n’étaient pas les meilleurs exemples. Même si je savais qu’il existait des modèles positifs, je ne trouvais personne d’inspirant dans l’environnement dans lequel je me trouvais. Je n’avais pas non plus une communication très ouverte avec mes parents.

À quel moment découvrez -vous l’histoire du Srok khmer et celle de votre famille ?

Au cours de ma dernière année de lycée, j’ai atteint un point où je me suis senti obligé de me plonger dans la vie de ma mère et de mieux comprendre ses expériences en grandissant au Cambodge. Cette conversation s’est avérée une véritable révélation pour moi. J’avais été inconscient des immenses souffrances que mes parents avaient endurées juste pour nous amener en Amérique et subvenir à nos besoins. De plus, c’est au cours de cette conversation que j’ai découvert l’existence de mes deux sœurs aînées, qui n’ont tragiquement pas survécu.

Les parents d'Ousa Khun et son frère
Les parents d'Ousa Khun et son frère

Au fur et à mesure que je continuais à me renseigner, ma mère s’est progressivement ouverte à moi, et ce processus m’a amené à développer une profonde appréciation de notre identité commune et de notre parcours en tant qu’individu.

Quels sont les faits les plus marquants de ce récit (notamment sur vos parents) ?

Ma mère me racontait toujours l’histoire de notre naissance. Pour faire court, mon frère jumeau et moi sommes nés dans un hôpital sans électricité. Il n’y avait qu’une seule bougie, et les médecins et les infirmières ne savaient pas qu’elle allait donner naissance à des jumeaux. Je suis sorti jambe la première et je ne peux même pas commencer à imaginer l’immense douleur que ma mère a dû endurer. Il y a plus dans l’histoire, mais c’était l’essentiel du jour où nous sommes nés.

« Honnêtement, j’aurais aimé connaître un peu plus mon père, mais il est malheureusement décédé quand j’avais environ 10 ans. Donc je ne l’ai jamais vraiment connu. »

Une histoire qui s’est toujours démarquée, c’est quand ma mère et mon père ont été envoyés plusieurs fois dans la « fosse de la mort » pendant le génocide cambodgien…et ma mère a réussi à convaincre les gardes d’épargner leur vie, pas une, mais trois fois.

Je voulais également mentionner que mon père et ses amis ont été les premiers Cambodgiens à produire, écrire et réaliser un long métrage aux États-Unis en 1982-83.

Quels furent les effets de ces révélations sur vous ?

Mon point de vue en tant qu’Américain Cambodgien a évolué, menant à une appréciation plus profonde de ma culture, de mes traditions et de mes croyances.

Vous avez un frère jumeau, qui évolue dans l’industrie cinématographique comme vous. Vos compétences sont complémentaires, mais différentes. Quels sont vos points forts respectifs ?

En grandissant, mon jumeau et moi étions remarquablement similaires, voire ressemblants. Nous étions toujours synchronisés en tant qu’enfants. Cependant, en vieillissant, nos intérêts ont commencé à diverger. J’ai développé des préférences différentes de mon jumeau, en partie parce que nous étions dans des classes séparées. Bien que ce soit une longue histoire, nous avons fini par avoir des groupes d’amis différents, mais nous nous entendions toujours bien.

Ousa Khun
Ousa Khun

Mon frère s’est davantage concentré sur la cinématographie et la photographie. À l’époque, nous tournions sur de vrais films 35 mm, et il a même appris à développer le film lui-même dans une pièce sombre. Chaque fois que nous collaborions sur des projets, il assumait généralement le rôle de directeur de la photographie et je m’occupais du montage. Je dirige maintenant un petit studio de postproduction où nous nous entraidons dans nos projets.

Quel a été votre parcours scolaire ?

Je n’ai pas terminé mon bachelor en graphisme. Cependant, dans mon travail, avoir un diplôme n’a pas beaucoup d’importance. Ce sont mes expériences et mes compétences qui m’ont toujours aidé à obtenir des emplois. Les histoires de réussite des milliardaires qui ont abandonné l’université me donnent une lueur d’espoir et d’inspiration.

Parlez-moi de votre passion pour le dessin ?

Bien que je n’aie pas dessiné pendant plus de deux décennies, je griffonne et dessine occasionnellement à des fins thérapeutiques. Cependant, j’ai été occupé ces derniers temps et je n’ai pas eu le temps de m’asseoir et de dessiner ou d’écrire de la musique comme avant.

J’espère qu’une fois que ma vie se sera un peu calmée, je pourrai trouver du temps de qualité pour poursuivre mes passions à nouveau. Les progrès de l’IA sont impressionnants, mais ils ne peuvent toujours pas être comparés à la satisfaction de créer votre propre art et votre propre musique.

À l’âge de 24 quand vous réalisez votre premier film. Pourriez-vous nous décrire cette expérience ?

Je vais être bref, car c’était une première expérience. Je ne peux pas entrer dans les détails, mais ceux qui m’ont accompagné depuis le début savent exactement ce que j’ai dû traverser. Je vais peut-être inclure les détails dans mes mémoires, mais ce fut une course folle, semblable à une expérience de vie ou de mort. Je dirai juste que malgré les obstacles fous que j’ai dû surmonter, nous avons quand même réussi à atteindre la ligne d’arrivée et à terminer notre premier long métrage. C’est peut-être l’un des pires films que j’aie faits, mais la précieuse expérience que j’ai acquise est ce qui compte vraiment.

Comment percevez-vous les asiatiques en général dans l’industrie hollywoodienne ?

Elle s’est nettement améliorée, mais nous n’en sommes pas encore là. Tous les dirigeants d’Hollywood semblent se soucier des chiffres ; ils négligent d’autres facteurs. C’est comme s’ils pensaient :

« Si les films asiatiques peuvent rapporter des milliards, produisons-en davantage. »

Cependant, en même temps, il y a des films à Hollywood et dans le monde indépendant qui continuent de stéréotyper les Asiatiques. Il est encore extrêmement rare de trouver, par exemple, un Cambodgien à la peau foncée dans un film hollywoodien.

Je ne sais pas si une telle représentation existe, mais nous espérons que cela va bientôt changer. Malgré les défis, des progrès sont réalisés, en particulier lorsque les producteurs indépendants continuent de raconter des histoires captivantes et de montrer plus de représentation, en particulier pour les Asiatiques du Sud-Est.

Quelle est, selon vous, la place des Khmers dans les professions cinématographiques ?

L’industrie cinématographique cambodgienne connaît progressivement un retour en force, en particulier parmi la nouvelle génération de cinéastes.

« Bien que les progrès aient été lents, je suis heureux d’assister à une augmentation du nombre de films de haute qualité produits et réalisés par des Cambodgiens. »

Bien que nous soyons actuellement mal classés sur la scène mondiale, je crois fermement que l’avenir est très prometteur.

En fait, c’est un Cambodgien, Haing S. Ngor, qui est entré dans l’histoire en tant que premier Asiatique du Sud-Est à remporter un Oscar pour son rôle dans « The Killing Fields ».

Vous créez également une chaîne YouTube, qui connaîtra un succès notoire. Racontez-nous !

Beaucoup de gens ignorent encore mon passé de YouTuber assez réussi lors de mon court passage en 2012. À cette époque, j’avais déjà produit trois longs métrages. Alors que tout le monde sur YouTube aspirait à être ou à créer des films, j’ai pris un chemin différent et j’ai décidé de m’essayer à YouTube.

Pour me mettre au défi et éviter de rouler sur les queues de cheval de mon ami, j’ai imaginé un sketch idiot, j’ai rassemblé mes amis et je l’ai tourné dans mon jardin.

« À mon grand étonnement, en seulement quatre jours, il a atteint un million de vues. »

Il a été présenté sur le réseau G4 et divers sites de médias sociaux populaires. J’ai même entendu des rumeurs selon lesquelles Snoop Dogg, 50 Cent et le rappeur T-Pain avaient bien ri en regardant ma vidéo. T-Pain était tellement inspiré qu’il a essayé de reproduire le sketch.

Cependant, mon voyage sur YouTube a pris fin après quelques mois en raison d’un traitement injuste de la part de la plateforme.

Malgré les défis, j’ai accompli ce que je voulais faire : créer des vidéos virales. En fait, j’ai réalisé cet exploit non seulement une fois, mais huit fois de suite. En 2012, je me suis même classé au 40e rang des meilleurs réalisateurs de YouTube alors que la plateforme avait encore un système de classement en place.

Dans votre carrière, vous avez réalisé plusieurs films, quels sont-ils ?

J’ai travaillé sur un total de neuf longs métrages, où je les ai tous montés et réalisés. Seuls quelques-uns de ces films sont répertoriés sur IMDB, car j’ai choisi de retirer mon nom du générique pour le reste. Ces films impliquaient un contenu mature qui ne correspondait pas à mes goûts personnels.

Les nouveaux films sur lesquels je travaille actuellement seront écrits et réalisés par moi. J’ai toujours ces projets passionnels que je développe depuis quelques années. Je suis sur le point de filmer l’un d’eux d’ici la fin de cette année.

Mes quatre prochains longs métrages : « My Darling Frankie » (Thriller), « WTH Popcorn », (comédie d’action et de super-héros) « Kungfu Earl » (Dramedy) et « Iron Fist Flying Squirrel ». (Comédie d’aventure et d’action).

Quels ont été vos plus grands succès ?

Mon seul succès notable a été sur YouTube, mes sketchs YouTube ont collectivement accumulé plus de 200 millions de vues, ce qui est assez impressionnant étant donné que je n’ai suivi la plate-forme que pendant quelques mois et que je n’ai créé aucun contenu depuis 2012.

De plus, il y a un projet top secret dans lequel je suis impliqué, mais malheureusement, je ne peux divulguer aucun détail à ce sujet. Cependant, d’ici la fin de 2023, le public en saura plus à ce sujet.

Vous vous consacrez désormais à l’écriture et la réalisation d’un film unique en son genre : The God King. Pourriez-vous nous en dire d’où vous est venue l’idée de traiter d’un film angkorien ?

L’idée d’un film sur l’histoire ancienne de la période angkorienne est née en 1998, alors que j’étais à l’université. Après avoir regardé le premier film du Seigneur des Anneaux en 2001, j’ai été inspiré pour créer un film khmer à ce niveau de narration visuelle.

En tant que fan et joueur passionné de Final Fantasy, les mondes imaginatifs, les personnages, les costumes et les paysages ont encore alimenté ma créativité.

En 2016, lorsque j’ai visité le Cambodge pour la première fois depuis mon départ en 1981, j’ai été émerveillé par Siem Reap et les magnifiques temples, en particulier Angkor Wat.

Cette expérience a approfondi mon amour pour mon pays et son peuple. À ce moment-là, j’avais déjà écrit un traitement de 14 pages pour une représentation historique et précise de l’ascension et de la chute du roi Jayavarman VII dans l’empire khmer.

Pendant la pandémie de Covid-19, j’ai commencé à expérimenter Unreal Engine, un outil de création 3D en temps réel principalement utilisé pour le développement de jeux, ainsi que la production de vidéos et de films. Cela a déclenché une percée créative. Je suis retourné à la planche à dessin et j’ai commencé à écrire un nouveau traitement, abandonnant la recherche d’une stricte exactitude historique au profit d'une histoire épique.

J’ai finalement solidifié toute l’intrigue et ai renommé le film « The God King : Tale of the Serpent Sister », tout en rendant un peu hommage au film cambodgien classique « Pous Keng Kang » (The Snake King’s Wife). Bien que les deux histoires soient distinctes, j’ai voulu incorporer des éléments familiers pour l’ancienne génération de Cambodgiens, évoquant ainsi la nostalgie.

Comment créez-vous vos personnages ?

Le plus souvent, les personnages que je crée sont influencés par de vraies personnes que j’ai rencontrées. Par exemple, l’un des personnages principaux de « The God King, Tale of the Serpent Sister » possède de nombreux traits de personnalité de ma mère. Il est beaucoup plus facile de développer des personnages lorsque vous connaissez déjà leur essence.

www.thegodkingmovie.com
www.thegodkingmovie.com

En parlant de cela, l’acteur principal de « WTH Popcorn », un autre long métrage que j’écris a été spécialement conçu pour lui, compte tenu de sa personnalité unique. Pour améliorer son portrait, j’ai incorporé un peu « l’arôme MSG » qui a donné naissance aux traits de ce personnage.

Depuis combien de temps travaillez-vous sur ce fantastique projet ?

Depuis 1998, traversant diverses itérations de l’histoire et du titre, en l’affinant et en le façonnant dans sa forme actuelle. Après mûre réflexion, j’ai finalement opté pour le titre « The God King: Tale of the Serpent Sister », car il résume parfaitement l’essence de l’histoire que j’ai l’intention de transmettre. Il y a même plusieurs publications sur Facebook datant d’environ 2009 où je mentionne ce film.

Comment envisagez-vous les réactions du public face à ce sujet encore jamais exploré ?

Je ne me suis jamais senti aussi enthousiaste et inspiré. Il n’y a pas un soupçon de nervosité en moi, et c’est exactement ainsi que ça devrait l'être.

www.thegodkingmovie.com
www.thegodkingmovie.com

Alors que je commençais à partager des fragments et des aperçus de la conception visuelle du film, je pouvais voir mon enthousiasme se propager. Cela me sert de source supplémentaire de carburant créatif.

Enfin quels seraient vos souhaits pour l’avenir, à titre professionnel ?

J’avais l’habitude de plaider pour s’inspirer les uns les autres au lieu de favoriser la jalousie. Je croyais que c’était la clé pour maintenir un empire fort. Cependant, mon point de vue a changé et je souligne maintenant l’importance de donner la priorité à la santé. Cela signifie nourrir l’esprit, le corps et l’esprit. Alors, mange sainement, sois toi-même et pratique le yoga.

Propos recueillis par Chantha R - Françoise Framboise

 
 

Commenti

Valutazione 0 stelle su 5.
Non ci sono ancora valutazioni

Aggiungi una valutazione

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page