Culture & Tradition : Hang Yan, une pièce maîtresse dans les échecs cambodgiens

Par une chaude après-midi, plus de 20 Cambodgiens sont assis dans un café du quartier Boeung Keng Kang III. Entassés autour de cinq échiquiers, ces hommes jouent à l'ouk chaktrang, la version cambodgienne des échecs, se déplaçant pour laisser la place à un autre joueur chaque fois que le roi tombe.

Des Cambodgiens jouent au ouk chaktrang dans un café de Phnom Penh. Photo Heng Chivoan
Des Cambodgiens jouent au ouk chaktrang dans un café de Phnom Penh. Photo Heng Chivoan

Dans toute la capitale et dans les campagnes, on joue à ce jeu dans des cafés, mais la majorité des plateaux de ce jeu proviennent d’un endroit particulier : le village de Songvor, dans la province de Kandal, à environ 35 kilomètres au nord de Phnom Penh.

Assise devant un tour à son domicile de Songvor, Hang Yan, 68 ans, façonne un morceau de bois dur pour en faire une pièce d’ouk. Elle utilise des ciseaux et un couteau pour mouler les rainures. Il y a d’autres menuisiers dans le village, mais Yan est la référence incontestée de cet art. Elle est née dans une famille qui fabrique des pièces d’échecs depuis plusieurs générations.

« J’ai appris à les fabriquer avec ma mère quand j’avais 14 ans, et j’ai commencé à les vendre moi-même après mon mariage dans les années 1970 », raconte Yan.

« Sauf pendant les presque quatre années que les Khmers rouges m’ont enlevées, j’ai toujours fabriqué des pièces d’ouk ».

Elle a des concurrents dans le village, mais les acheteurs affirment que la qualité n’est pas la même parmi la jeune génération.

Hang Yan dans sa maison de la province de Kandal, où elle fabrique des pièces d'échecs. Photo Heng Chivoan
Hang Yan dans sa maison de la province de Kandal, où elle fabrique des pièces d'échecs. Photo Heng Chivoan

Hang Yan consacre la moitié d’une journée de travail normale à la fabrication de pièces d’échecs à l’aide d’un tour, et l’autre moitié à la sculpture de kbach — les ornements décoratifs que l’on retrouve dans la plupart des motifs khmers.

Une grande partie du processus consiste à examiner chaque pièce à la recherche de défauts et à s’assurer que chaque pièce correspondante est identique. Elle sait qu’une pièce de qualité est reconnaissable au bruit sec qu’elle produit lorsqu’on la frappe sur la planche.

Alors que les jeunes artisans de la communauté peuvent fabriquer jusqu’à cinq ou six jeux par jour, elle n’en fabrique que deux. Les siens sont cependant deux fois plus chers.

« Les jeunes fabricants de jeux d’échecs d’aujourd’hui se concentrent principalement sur la quantité, plutôt que sur la qualité », explique Yan.

« Quelqu’un leur commande des pièces d’échecs, et ils ne les fabriquent que pour pouvoir jouer avec, en ignorant les détails et l’originalité. »

Elle affirme que ses jeux sont si populaires qu’elle ne peut pas répondre à la demande, dont une grande partie provient de riches ou de hauts fonctionnaires. El Eun, le mari de Yan, affirme même avoir vu le Premier ministre Hun Sen, un joueur invétéré, utiliser des pièces fabriquées par son épouse.

Au Marché russe

De retour à Phnom Penh, la plupart des pièces d’échecs en vente au Marché russe proviennent de l’atelier de Yan. Les prix vont de 20 dollars pour un jeu à plusieurs centaines, selon le type de bois.

Souk Bouy, 76 ans, propriétaire d’une boutique de souvenirs à l’ouest du marché et acheteur régulier de Yan, affirme que les siennes sont les seules « dignes d’être vendues ».

« Ses produits sont populaires parmi les joueurs de haut niveau, et de nombreux étrangers les achètent comme souvenirs, principalement parce qu’ils sont beaux et faciles à manipuler », dit Bouy. « Mais parfois, je suis en colère contre elle parce qu’elle n’a pas pu les fabriquer assez vite pour moi », ajoute-t-il.

Pen Perun, un vétéran et maître d’oukest le fondateur du club d’échecs « Kru Barang Ouk Club ». Il soutient qu’une partie du plaisir du jeu réside dans l’utilisation de pièces de grande qualité.

« Le ouk est non seulement une partie de la culture cambodgienne, mais aussi une identité artistique. Tout est art : les pièces, le son qu’elles produisent, les taquineries et les moqueries », dit-il en faisant référence aux échanges entre les joueurs.

Pour Perun, cependant, la forme traditionnelle des pièces de ouk n’est pas essentielle. Il encourage plutôt la créativité et les améliorations.

« La forme originale laissée par nos ancêtres est formidable, mais il est également très important de se montrer créatif et de l’améliorer », dit-il.

Mais Yan s’inquiète de voir les formes originales se perdre lorsqu’elle mourra ou prendra sa retraite, d’autant plus qu’aucun de ses enfants ne prendra la suite.

« Cette carrière ne m’a pas rendue riche, mais je l’aime et j’aime mes produits », dit-elle. « Tout ce que je peux faire, c’est espérer que la jeune génération apprendra de mon travail et continuera à les fabriquer quand je disparaîtrai », conclut-elle.

Rinith Taing avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône