Création & Diaspora : Deux artistes cambodgiennes de New York inspirées par l'héritage khmer

Ayant grandi à Brooklyn, les sœurs Edo et Eyen Chorm ont toujours ressenti une profonde affinité pour leur héritage et leurs racines cambodgiennes. Lorsqu'elles ont lancé leur marque de bijoux éponyme EdoEyen, elles se sont fortement inspirées de modèles inspirés de l'art et de la culture khmers.

Les New-Yorkaises Eyen (à gauche) et Edo Chorm ont lancé EdoEyen en juin 2020, souhaitant ainsi rendre hommage à leurs racines en concevant des bijoux inspirés de l'art et de la culture khmers anciens. Photographie fournie.
Les New-Yorkaises Eyen (à gauche) et Edo Chorm ont lancé EdoEyen en juin 2020, souhaitant ainsi rendre hommage à leurs racines en concevant des bijoux inspirés de l'art et de la culture khmers anciens. Photographie fournie.

EdoEyen s’est associé au Cleveland Museum of Art pour vendre certaines de ses pièces au musée jusqu’au 30 janvier 2022, à l’occasion de l’exposition inédite sur l’art khmer intitulée Revealing Krishna : Journey to Cambodia’s Sacred Mountain, une présentation immersive de l’histoire, du contexte et de la restauration de la statue de Krishna de Cleveland, qui provient à l’origine du Phnom Da au Cambodge.

L’exposition est organisée en coopération avec le ministère de la Culture et des beaux-arts et le musée national du Cambodge. La statue de Krishna autour de laquelle s’articule l’exposition a été retirée du Cambodge en 1912 et réassemblée par le musée en 1978.

« Nous sommes très heureuses de ce partenariat ! Nous sommes ravis que notre boucle d’oreille Neang Neak ait attiré l’attention de Sonya Rhie Mace, la conservatrice de l’exposition Revealing Krishna »

Cette dernière l’a qualifiée d’ » indéniablement surprenante » lorsqu’elle l’a vue sur Loung Ung — auteure de First They Killed My Father, le livre dont s’inspire le film d’Angélina Jolie.

« Loung Ung est une fan de nos bijoux — et heureusement pour nous, elle est aussi l’une des collaboratrices de l’exposition Revealing Krishna », explique Edo, la sœur aînée.

Les deux sœurs se disent honorées d’être impliquées dans l’exposition en tant que Khmères et que des opportunités comme celle-ci font partie des raisons pour lesquelles elles ont uni leurs efforts et créé leur marque de bijoux.

Boucles d’oreilles Phkachhouck 2.0 inspirées des motifs traditionnels du lotus. Photographie fournie.
Boucles d’oreilles Phkachhouck 2.0 inspirées des motifs traditionnels du lotus. Photographie fournie.

« Notre ambition consiste à contribuer à la préservation de l’art khmer ancien, et le fait de jouer un petit rôle dans l’exposition Revealing Krishna nous donne l’impression d’avoir fait les premiers pas sur cette voie. Bien que nous ayons encore un long chemin à parcourir, nous avons le sentiment d’avoir accompli une partie de notre mission et c’est très encourageant », déclare Eyen.

La marque est la seule basée aux États-Unis qui s’inspire de l’art khmer ancien. Elle propose des pièces qui évoquent les bas-reliefs d’Angkor et des bijoux typiquement khmères dont l’esthétique fait écho au style et à l’ADN du glorieux empire khmer.

Leurs pièces ont un aspect et un toucher différents des autres marques et, en tant que marque basée aux États-Unis, elles espèrent capter l’attention des Américains qui ne seraient habituellement pas sensibilisés à ce type d’art.

« Il est trop tôt pour savoir quel accueil les Américains nous réserveront, mais nous allons travailler avec la boutique du musée pour suivre de près les ventes », explique Edo.

Les sœurs ont eu l’idée d’EdoEyen pour la première fois en 2017. Elles travaillaient alors à temps plein et la marque de bijoux ne constituait qu’un hobby au début, jusqu’à ce que la pandémie frappe et qu’elles disposent d'assez de temps pour développer pleinement l’idée et la transformer en une véritable entreprise.

Inspiration

Les sœurs racontent que leurs sources d’inspiration sont les temples angkoriens, les costumes et les insignes du Ballet royal du Cambodge, les bijoux représentant les princesses du passé, les Apsaras et toute la mythologie et les légendes khmères dont leur mère leur parlait.

Couronne Kbang, un accessoire inspiré des coiffes traditionnelles khmères. Photographie fournie.
Couronne Kbang, un accessoire inspiré des coiffes traditionnelles khmères. Photographie fournie.

« Je pense que cela fait partie de notre nature d’être fascinées par tout ce qui concerne nos racines khmères. Nous avons grandi en regardant les vieux films du Royaume et, en tant que jeunes filles, nous avons toujours admiré les dames et les princesses ou reines portant de belles couronnes. Nous voulions créer la possibilité de porter ce genre de vêtements et bijoux dans la vie réelle, mais d’une manière adaptée au monde moderne », explique Edo.

« C’est donc de là que nous est venue l’idée. Nous avons en quelque sorte incorporé certains aspects de ces pièces en les rendant un peu moins marquantes que l’original, et en les incorporant dans quelque chose qui correspondrait un peu plus à notre vie quotidienne », ajoute Eyen.

Elles affirment qu’elles n’ont pas vu le style khmer transformé en bijoux de haute couture à porter en dehors des cérémonies de mariage ou sur scène, mais elles entendent porter cette conception à un autre niveau et espèrent que ceux qui aiment la mode l’adopteront dans leurs ensembles quotidiens, mais élégants.

Sans contrainte

En tant que New-Yorkaises vivant dans l’un des plus célèbres « creusets » de cultures d’immigrants des États-Unis et dans une capitale culturelle mondiale, elles ne ressentent aucune contrainte quant à la façon dont elles utilisent les vêtements et les bijoux pour s’exprimer.

Elles estiment que chacun reste libre de porter n’importe lequel de leurs bijoux, que ce soit pour une rencontre, pour dîner, faire du shopping ou aller travailler, si elles veulent vraiment se distinguer et s’exprimer à l’aide de bijoux qui attirent l’attention. Elles peuvent aussi réserver le port de ces pièces à des occasions spéciales.

« Nous voulons que les gens se sentent beaux, séduisants, éthérés, à la mode, stylés, audacieux et, surtout, que nos compatriotes khmers se sentent fiers lorsqu’ils portent nos bijoux », explique Eyen.

Les réactions positives et encourageantes de leurs fans font écho à leurs propres impressions. Les clients et amis cambodgiens déclarent qu’ils ont toujours rêvé de porter ce style de bijoux depuis leur enfance et soutiennent leur travail visant à mettre en avant la culture cambodgienne aux États-Unis.

« Ceux qui ne sont pas khmers ont exprimé leur admiration pour les jolis modèles et d’autres sont très touchés par notre passion pour le travail que nous effectuons en faveur de notre héritage culturel — qui, comme vous pouvez l’imaginer, est sous-représenté en Amérique », explique Edo.

Boucle d’oreille Neang Neak inspirée des motifs traditionnels. Photographie fournie.
Boucle d’oreille Neang Neak inspirée des motifs traditionnels. Photographie fournie.

Les sœurs travaillent avec des fondeurs de bijoux dans le quartier financier de New York, qui s’approvisionnent principalement en métaux auprès de United Precious Metal Refining, une organisation qui ne travaille qu’avec des métaux recyclés et d’origine éthique.

Elles commencent tout juste à intégrer des pierres précieuses dans leur travail, et collaborent avec un créateur de bijoux et un négociant en pierres précieuses de New York qui s’approvisionnent en rubis et en émeraudes de manière éthique en Inde et en Afrique.

Eyen précise que jusqu’à présent, elles vendent leurs bijoux à un rythme qu’elles peuvent toutes deux gérer et qu’elles considèrent tout cela comme une occasion d’apprendre afin de pouvoir s’impliquer à 100 % dans les phases d’idéation du produit, de vente et de marketing, même si leur entreprise prend de l’ampleur

« Regarder notre liste de clients s’allonger au fur et à mesure qu’elle couvre un territoire de plus en plus vaste à travers les 50 États d’Amérique s’avère très excitant », déclare Eyen.

Leurs pièces vont de 140 dollars à plus de 40 000 dollars, selon le style et le choix des métaux précieux. L’entreprise propose également des versions de bijoux de mode en plus des pièces de haute joaillerie, et la manchette d’oreille Neang Neak demeure leur meilleure vente à ce jour.

Leur première collection — appelée « Face Collection » — se compose de trois bijoux : le bracelet d’oreille Neang Neak, les boucles d’oreille Phkachhouck 1.0 et 2.0 et la couronne Kbang. La seconde est la Hand Collection, qui se compose de cinq pièces : Aroubei, Tbaung Morokot (émeraude), Tbaung Gottum (rubis) bague, Roum Dai palm cuff et le Khong Dai bangle.

Elles ont également conçu un collier qui fera partie de leur prochaine collection Body.

« Nous sommes très impatients de commencer à fabriquer nos colliers. Nous avons déjà quelques idées de design », dit Edo.
La New-Yorkaise Eyen Chorm (ci-dessus) et sa sœur Edo ont lancé EdoEyen en juin 2020, un hommage à leurs racines avec des bijoux inspirés par l’art et la culture khmers anciens. Photographie fournie.
La New-Yorkaise Eyen Chorm (ci-dessus) et sa sœur Edo ont lancé EdoEyen en juin 2020, un hommage à leurs racines avec des bijoux inspirés par l’art et la culture khmers anciens. Photographie fournie.

Cependant, les sœurs doivent encore relever un bon nombre de défis.

« Par exemple, le design de notre collier sera très différent des bijoux conventionnels que l’on trouve à New York. Étonnamment, de nombreux concepteurs assistés par ordinateur et fondeurs de métaux ne veulent pas travailler avec nous sur ce projet, car ils pensent que c’est trop compliqué. Ils rechignent à passer du temps pour nous aider dans le processus de recherche et de conception.

« Lorsque nous avons commencé avec la boucle d’oreille Neang Neak et la couronne Kbang, nous avons dû surmonter des obstacles pour trouver un concepteur informatique qui nous aiderait à transformer nos idées en fichiers numériques à partir de croquis. Nos difficultés ont surtout consisté à trouver des collaborateurs capables de nous aider à donner vie à nos idées de conception authentiques et complexes d’inspiration khmère », explique Edo.

Ainsi, elles souhaitent pouvoir trouver et travailler avec des concepteurs CAO et des sculpteurs d’art plus talentueux et qualifiés. Un professionnel qui peut les aider à donner vie à leurs idées de bijoux rapidement, mais aussi quelqu’un qui comprend l’esthétique de leur marque et qui est passionné par son travail.

« Notre mission est de contribuer à la préservation de l’art de notre culture, et nous avons trouvé un moyen de le faire là où cela n’a jamais été fait à grande échelle »

« Les œuvres d’art sont principalement enfermées dans les vitrines des musées ou dans les maisons des élites du monde entier, ou encore les vêtements et les bijoux ne sont portés qu’au théâtre ou à l’occasion de mariages, mais ce type d’art ne vit pas et ne respire pas, et nous voulons qu’il vive et respire à nouveau, car il est trop beau pour être caché et réservé à un petit nombre de personnes, et l’un des moyens de le faire vivre et respirer à nouveau est de le rendre disponible pour être porté dans la vie quotidienne par le biais de la mode », explique Edo.

Pour plus d’informations, EdoEyen peut être contacté via son Instagram : www.instagram.com/edoeyen ou via son site web : www.edoeyen.com.

Roth Sochieata avec notre partenaire The Phnom Penh Post