Commerce : L'Union européenne, une niche pour les exportations cambodgiennes de fruits secs

Les fruits secs cambodgiens seront peut-être plus chers lorsqu’ils arriveront sur les étals européens, mais la demande croissante d’en-cas de qualité en Europe pourrait permettre à certaines entreprises axées sur l’exportation de pénétrer un nouveau marché.

Illustration : Cambodia Harvest Dried Fruits
Illustration : Cambodia Harvest Dried Fruits

Les mangues, les bananes, les ananas et les papayes ont le plus grand potentiel, car les préférences des consommateurs européens évoluent des snacks sucrés et salés vers des fruits secs plus sains et plus durables. Selon les observateurs, le marché des fruits tropicaux séchés dans le pays devrait croître de cinq à six % par an sur le moyen et long terme.

S’exprimant lors d’une session de formation pour les exportateurs potentiels organisée par la Chambre de commerce européenne, l’expert européen en importation Ferry Böhnke a déclaré que les exportateurs cambodgiens devraient chercher à établir des partenariats directs avec les importateurs européens afin d’accroître leur rentabilité.

Actuellement, 98 % des fruits secs cambodgiens sont envoyés en Chine et 90 % de la production de fruits tropicaux exportés en Thaïlande et au Vietnam, où ils sont généralement transformés et réexportés.

Maria Kapil, directrice de projet au sein de la société de développement international Sequa, basée en Allemagne, a déclaré qu’en supprimant les intermédiaires et en s’adressant directement aux importateurs, le Cambodge pourrait réduire ses coûts et établir des partenariats durables.

Si le Cambodge ne peut pas rivaliser avec les coûts d’expédition ou la productivité offerts par des concurrents comme le Vietnam et la Thaïlande, il existe un marché de niche à occuper, a déclaré M. Böhnke, ajoutant que les produits vietnamiens et thaïlandais n'étaient pas nécessairement reconnus pour leur qualité.

Les chaînes d’approvisionnement durables, les certifications de commerce équitable et les produits biologiques deviennent rapidement des priorités pour les consommateurs et si le Cambodge peut produire des rendements élevés de produits de qualité, les exportateurs, les agriculteurs et les transformateurs en profiteront.

Le Cambodge peut également bénéficier de tarifs avantageux dans le cadre du système de préférences généralisées de l’UE. Tous les produits importés directement du Cambodge sont exempts de droits de douane, mais une taxe de 5,8 % s’applique si un pays tiers est impliqué. Pour pouvoir être exporté en franchise de droits, le produit doit être originaire du Cambodge et son poids en sucre ne doit pas dépasser 40 % du poids du produit final.

Un long chemin vers l’UE

Le plan est là, et EuroCham a présenté son guide Exporting Dried Tropical Fruits from Cambodia to Europe lors de la session de formation de vendredi, afin de fournir des liens avec le marché et des recommandations aux exportateurs désireux de pénétrer le marché de l’UE.

Les certifications, l’assurance qualité, les frais d’expédition et la productivité posent les plus gros problèmes.

Il a fallu deux ans à Rattana Phal, directeur commercial de Misota Food, pour obtenir sa certification ISO, la certification internationale standard pour les entreprises du monde entier.

Le marché européen a également des exigences strictes pour tous les aliments et emballages entrant sur le marché et il a déclaré que l’adhésion à chaque ensemble d’exigences différentes rendait l’exportation irréalisable pour le moment.

EuroCham accueille un atelier sur l’exportation de fruits secs
EuroCham accueille un atelier sur l’exportation de fruits secs

Les propriétaires d’entreprises s’accordent également à dire que la logistique et les coûts d’expédition posent des problèmes évidents, le prix élevé de l’expédition à lui seul décourageant fortement l’exportation.

Actuellement, ces obstacles ne sont pas faciles à surmonter au niveau national, les services d’emballage et de traitement adéquats n’étant pas encore largement disponibles. L’externalisation de ces services dans les pays voisins prend du temps et de l’argent, ce qui réduit la rentabilité des exportations potentielles vers l’UE.

Renforcer la chaîne d’approvisionnement

Sothearina Uy, vice-présidente de Navita Healthy Foods & Beverages, a déclaré qu’elle rencontrait des problèmes pour garantir la qualité et la quantité des produits avec les agriculteurs, le manque de connaissance du marché pesant sur ce qui pourrait être une industrie plus efficace et rentable.

Produits de Navita Healthy Foods & Beverages
Produits de Navita Healthy Foods & Beverages

Comme l’ont mentionné les panélistes présents, l’exportateur est responsable de l’ensemble du processus avant que les marchandises ne soient expédiées, et si les agriculteurs ne sont pas correctement formés ou ne disposent pas de l’équipement nécessaire pour réussir, les exportations vers l’UE risquent de ne pas se produire.

« L’un des points critiques est de contrôler avec succès la chaîne d’approvisionnement et de s’engager réellement à former les agriculteurs et à leur offrir des conseils techniques », a déclaré M. Böhnke.

S’assurer que le consommateur final reste toujours présent à l’esprit est une autre priorité qui est parfois négligée. De nombreux exportateurs pensent à la production, mais oublient les études de marché. C’est tout aussi essentiel que la production », a-t-il ajouté.

Misota est l’une des grandes entreprises qui pourrait faire parler d’elle et M. Phal a indiqué que des représentants de l’entreprise se rendront en Allemagne en juillet pour rechercher des partenaires commerciaux.

Les produits Misota
Les produits Misota

Malgré les obstacles, le secteur agricole évolue dans la bonne direction. Les exportations ont augmenté de 64 % en 2021 par rapport à 2020 et étaient en hausse de 11 % en glissement annuel au cours du premier trimestre de 2022.

Christoph Janensch, représentant de Business Scouts for Development à l’agence de développement allemande GIZ — qui a co-parrainé le guide des exportations — a déclaré que la GIZ travaillait à la modernisation de l’industrie agricole. Actuellement, elle n’arrive pas à égaler la production de rivaux comme la Thaïlande.

« Cela nécessite une modernisation, une consolidation des petits exploitants agricoles et une amélioration des taux d’adoption des technologies agricoles », a-t-il expliqué.

Song Kheng Leang, directeur général de CSL Enterprises, était l’un des plus optimistes parmi les chefs d’entreprise réunis, selon lui, il est inévitable que, tôt ou tard, les fruits secs cambodgiens atteignent l’UE.

« Donnez-nous cinq ans et nous exporterons vers l’UE », a-t-il conclu.

Brian Badzmierowski avec notre partenaire Cambodia Investment Review

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône