top of page
Ancre 1

Chronique & Opinion : Le droit à la vie en temps de paix au Cambodge

Alors que nous tournons la page du 32e anniversaire des Accords de Paix de Paris, je me souviens de l'un des principes universels les plus importants qui a présidé à la conclusion de l'un des conflits les plus meurtriers de l'Asie du Sud-Est et qui continue d'inspirer notre quête de la paix dans le monde entier.

Enfants devant Angkor Wat. Photo fournie
De 1975 à 1979, les Khmers rouges ont mené le Cambodge à la tragédie... causant la mort de plus de 2 millions de personnes. Bien que deux millions de personnes aient été tuées, cinq millions ont survécu pour raconter leur histoire. Après la chute du régime des Khmers rouges le 7 janvier 1979, des centaines de milliers d'enfants sont restés orphelins

Le droit à la vie est le droit suprême des droits de l’homme ; il est la condition préalable à la jouissance de tous les autres droits de l’homme. Tout être humain a un droit inhérent à la vie. Il doit être protégé par la loi et nul ne peut être arbitrairement privé de la vie. Le droit à la vie est si fondamental pour la résolution des conflits, mais il est malheureusement souvent négligé.

Protéger la vie

Les attaques atroces contre le peuple israélien prouvent l’importance de la défense de ce droit, mais pas seulement pour les innocents assassinés en Israël. Les États doivent également s’assurer que, lorsqu’ils répondent à des attaques aussi flagrantes, ils fassent preuve de la diligence nécessaire pour protéger la vie des personnes dont le comportement n’est pas attribué à ce type d’agression.

« Le conflit est peut-être un trait de la nature humaine, mais cela ne signifie pas que nous ne pouvons pas avoir la paix. »

En fait, dans certains cas, la seule voie vers la paix est la guerre. En outre, les États doivent prendre des mesures pour s’attaquer aux causes profondes de la violence, non seulement en détruisant les acteurs violents qui menacent ce droit, mais aussi en (re) créant des conditions propices à une culture qui valorise ce droit universel à la vie pour tous les êtres humains.

Se tourner vers l’avenir

Si nous reconnaissons que l’humanité tout entière a un intérêt direct dans la résolution des conflits dans le monde, quelle que soit la distance qui nous sépare, alors nous pouvons voir comment le monde entier a un rôle à jouer dans la violence au Moyen-Orient, dans la guerre en Ukraine et dans tous les autres lieux de conflit et d’instabilité. Reconnaissant l’intérêt direct de l’homme dans la résolution des conflits dans le monde, nous devons être plus proactifs, tournés vers l’avenir et, en fin de compte, attentifs aux conditions et aux moteurs des conflits.

À cette fin, le droit à la vie n’est pas seulement un droit fondamental qui éclaire la résolution des conflits, il est aussi un moteur de la prévention des conflits ; et, en termes de prévention, il n’y a pas de meilleur moyen que l’éducation pour créer, renforcer et soutenir une culture qui respecte le droit à la vie.

« C’est par l’éducation que l’humanité mûrit des erreurs du passé et ouvre de nouvelles perspectives pour l’avenir. »

Bien sûr, l’éducation n’est pas une panacée pour tous les conflits passés, présents et futurs, et elle ne devrait pas non plus être la réponse universelle à toutes les conditions qui précipitent les conflits. Mais l’éducation est un outil sous-estimé et insuffisamment soutenu dans les stratégies de prévention des conflits, et il ne fait aucun doute qu’elle nécessite davantage de ressources et d’engagement. En effet, sans un engagement en faveur de la recherche, de l’éducation et du débat historique, l’histoire peut devenir la proie de la propagande. Et lorsque la paix ou l’histoire deviennent un sujet de propagande, nous sommes confrontés à un avenir inquiétant, incertain et, en fin de compte, dangereux.

L’éducation exige la vérité

Le Centre de documentation du Cambodge (DC-Cam) travaille depuis plus de vingt ans à l’éducation au génocide et à la paix, mais le DC-Cam n’a pas commencé par être un institut éducatif. L’éducation exige la vérité, et la vérité exige un engagement sans relâche dans l’établissement des faits, la documentation et l’enquête. L’expertise du DC-Cam en matière de documentation a finalement servi de tremplin au développement de ses capacités dans le domaine de l’éducation.

Disposant des archives les plus importantes au monde sur le régime des Khmers rouges, le DC-Cam a pu développer un programme éducatif qui s’appuyait non seulement sur des documents et des objets du régime, mais aussi sur les récits des survivants, qui sont devenus l’élément moteur du travail sans cesse croissant de DC-Cam dans d’autres domaines essentiels de la justice transitionnelle.

Quatre décennies de guerre

Les survivants du régime des Khmers rouges sont plus que des survivants d’un génocide ; en effet, ils sont des survivants de quatre décennies ou plus de guerre, d’instabilité et d’épreuves indescriptibles. Avant que les Khmers rouges ne prennent le contrôle du Cambodge en 1975, le pays était dévasté par la guerre au Vietnam et la lutte des Vietnamiens contre les Français.

« En outre, après la destruction du régime génocidaire en 1979, le Cambodge a souffert de près de deux décennies supplémentaires d’instabilité, de famine et de conflits internes. »

Les survivants des Khmers rouges souffrent d’un large éventail de troubles physiques et mentaux qui ont été peu étudiés et pour lesquels les ressources sont extrêmement limitées. Grâce à une généreuse subvention de l’Agence des États-Unis pour le développement international en 2021, DC-Cam a été en mesure d’étendre considérablement ses efforts dans ce domaine, en particulier en ce qui concerne le développement d’une meilleure compréhension des conditions de santé et de bien-être des survivants.

Porte-parole

Les survivants des conflits sont les porte-parole les plus importants dans la construction d’une culture qui respecte le droit à la vie. Les survivants peuvent donner à la génération actuelle l’occasion d’apprendre l’histoire d’un point de vue personnel et ils peuvent parler de la manière dont l’histoire est liée à la société contemporaine et l’informe.

« Mais au-delà de leur rôle de conteurs de l’histoire, les survivants sont la preuve vivante et quotidienne de notre engagement en faveur du droit à la vie. »

De nombreux survivants du régime des Khmers rouges décéderont dans les cinq à dix prochaines années, lorsqu’ils atteindront l’âge de 70 ans ou plus.

Ainsi, alors que nous célébrons l’anniversaire des accords qui ont lancé le processus de paix au Cambodge, il serait bon de réfléchir au droit universel à la vie et à ce que nous pouvons faire pour les personnes qui se trouvent innocemment dans des zones de conflit aujourd’hui, tout autant que pour les survivants des conflits du passé. Le droit à la vie est plus qu’un droit à la survie, il signifie une vie dans la dignité. Au Cambodge et dans d’autres pays sortant d’un conflit, nous démontrons notre engagement en faveur du droit à la vie en commençant par les petites étapes qui consistent à s’assurer que les survivants sont soutenus, soignés et respectés. C’est le moins que nous puissions faire pour cette génération de héros.

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page