Cambodge & Tradition : Tout savoir à propos de l’Ambok

Outre le fait qu'il constitue un aliment de base dans le Royaume, le riz joue également un rôle important dans la fête de l'eau, avec les snacks de riz à la noix de coco et à la banane d'Ambok vendus tout au long de la période festive.

Des villageois préparent de l'Ambok dans le district de Kampong Svay, dans la province de Kampong Thom. Photo Hong Menea
Des villageois préparent de l'Ambok dans le district de Kampong Svay, dans la province de Kampong Thom. Photo Hong Menea

À l’approche de la fête de l’eau (Bon Om Touk en khmer), les automobilistes qui traversent un tronçon de la route nationale 6 dans le district de Kampong Svay, dans la province de Kampong Thom, remarqueront des villageois affairés à préparer de l’Ambok et à le vendre le long de la route.

Selon le gouverneur de la province de Kampong Thom, Sok Lou : « Outre Kampong Svay, d’autres endroits comme le district de Baray produisent également de l’Ambok, mais aucun n’est aussi connu que Kampong Svay pour ce snack ».

En 2019, l’Ambok avait été placé sous les feux de la rampe par le Premier ministre Hun Sen, qui avait appelé le public à déguster ensemble cet en-cas traditionnel « pour la protection de la nation, de la religion et du roi ».

En plus d'être un aliment de base dans le Royaume, le riz joue également un rôle important dans la Fête de l'eau, avec des Ambok à base de noix de coco et de banane vendus tout au long de la période festive. Photo Hong Menea
En plus d'être un aliment de base dans le Royaume, le riz joue également un rôle important dans la Fête de l'eau, avec des Ambok à base de noix de coco et de banane vendus tout au long de la période festive. Photo Hong Menea

Conte populaire

Outre la coutume de consommer de l’Ambok pendant la Fête de l’eau, les Cambodgiens observent également les traditions de Ork Ambok et de Sampeah Preah Khe. Ork Ambok est l’offrande d’Ambok à la lune, tandis que Sampeah Preah Khe fait référence à la salutation de la lune. Ces deux coutumes sont une commémoration de Pouthesat.

La légende raconte qu’un jour, il y a longtemps, un Bouddha s’est réincarné en un lapin appelé Pouthesat.

Chaque pleine lune, ce lapin sacré consacrait sa vie à quelqu’un qui voulait devenir un bouddha. Une fois par une nuit de pleine lune, le dieu Preah Ean l’apprit, prit la forme d’un vieil homme et demanda à Pouthesat s’il pouvait le manger. Le lapin accepta de donner sa vie, mais le vieil homme dit :

« Ce lapin a observé les préceptes moraux depuis longtemps, il ne peut donc pas être tué ».

Alors le lapin sauta dans un feu pour se tuer afin que le vieil homme puisse le manger. Cependant, avant de se jeter dans le feu, Pouthesat souhaitait tranquillement rester dans la lune pour toujours après sa mort.

Selon la légende, il est encore possible de voir le lapin au milieu de la lune aujourd’hui.

Fête de l’eau

La Fête de l’eau s’aligne sur la date de la pleine lune du mois de Kadeuk (ou Kartika en sanskrit) du calendrier lunaire khmer, lorsque les cultures de riz dans les rizières sont prêtes à être récoltées.

Outre le conte de Pouthesat, un phénomène géographique intéressant se produit pendant la fête de l’eau, à savoir l’inversion du flux entre le Mékong et le Tonlé Sap.

Célébrée depuis des siècles

La fête de l’eau est célébrée dans le royaume depuis des siècles, comme en témoignent les gravures sur les murs des temples du Bayon et de Banteay Chhmar.

Ses origines remontent à l’empire khmer de l’époque angkorienne, les rois de l’Antiquité envoyaient de nombreuses forces navales dans d’innombrables batailles pour défendre l’empire. Aujourd’hui, des courses de bateaux sont organisées pendant le festival de l’eau pour représenter la force de la marine khmère et les victoires qu’elle a remportées.

S’inspirant de Pouthesat, Vay Vibol, responsable de la recherche sur l’horoscope et la tradition au ministère des Religions et des Cultes, espère que ce conte populaire sert à rappeler aux Cambodgiens qu’ils doivent se sacrifier pour le bien commun.

Il souhaite que tous les Cambodgiens qui célèbrent la Fête de l’eau respectent la tradition de manger l’Ambok ensemble, et qu’ils le prennent comme un signe d’unité.

« Je ne veux que la paix, car notre nation a connu de grandes souffrances et de grandes misères durant la période des Khmers rouges. Je veux que ce jour où l’on mange de l’Ambok serve à rappeler l’importance de l’unité pour maintenir harmonie dans notre pays et poursuivre le développement », explique Vibol.

Avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône