Cambodge & Tradition : Maintenir en vie le tissage du Khun Mear à Kulen

Les feuilles de khun mear (Ancistrocladus tectorius) sont un produit forestier non ligneux que les habitants du village de Thmey de la commune de Khnang Phnom, dans le district de Svay Leu de la province de Siem Reap, tissent pour en faire des nattes, des toits, et des éléments de décoration.

Une Cambodgienne fabrique des feuilles de chaume à partir de feuilles de khum mear dans la commune de Khnang Phnom à Siem Reap. Photographie fournie
Une Cambodgienne fabrique des feuilles de chaume à partir de feuilles de khum mear dans la commune de Khnang Phnom à Siem Reap. Photographie fournie

Cheam Ban ramasse deux sacs vides et monte sur la moto de son fils. Ils s’apprêtent à se rendre dans une forêt riche en longues feuilles vertes sur le mont Kulen. En raison des conditions difficiles d'accès, ils passeront près d’une heure à rouler sur quatre kilomètres jusqu’au pied du sentier qui les mènera à la forêt. Une fois leur randonnée terminée, ils rempliront leurs sacs de feuilles de khun mear.

Ban, 61 ans, exerce cette activité depuis 30 ans, et cela constitue un revenu essentiel pour de nombreux habitants de la montagne Kulen. La couture des feuilles de khun mear est similaire à la façon dont la plupart des feuilles de palmier sont utilisées comme panneaux.

Les feuilles sont coupées en deux, puis cousues ensemble avec de l’herbe ou des roseaux. Après avoir été cousues, les feuilles sont empilées les unes sur les autres pour obtenir une surface plane et propre.

Lorsqu’elles sont tissées en nattes, plusieurs feuilles sont alors assemblées pour former un panneau plus grand.

Khun Mear
Collecte des feuiiles de Khun Mear. Photo Chamska

Ban explique que lorsqu’elle a commencé à fabriquer les nattes, un mètre carré pouvait être vendu pour 3 000 riels. Aujourd’hui, elles se vendent jusqu’à 15 000 riels. Elle ajoute que lorsqu’elle s’est lancée dans cette activité, les feuilles étaient abondantes et pouvaient être trouvées non loin de chez elle.

Cependant, l’augmentation du nombre de villageois qui fabriquent ces panneaux a entraîné une raréfaction de la plante. Parfois, il est également difficile de trouver les roseaux utilisés pour les coudre.

« La plante Khun mear est originaire de la région. La plupart des gens les cueillent dans les profondeurs de la forêt, souvent à six ou sept kilomètres de chez eux », explique Sun Kong, directeur du département provincial de l’environnement.

M. Kong affirme qu’il ne connaît pas l’aire de répartition de la plante, mais note qu’elle est si abondante dans les monts Kulen que les gens l’utilisent pour fabriquer des produits qu’ils peuvent vendre afin d'obtenir un revenu pour subvenir aux besoins de leur famille.

« Ils savent comment utiliser les produits forestiers non ligneux. Ils ne peuvent pas couper les arbres, mais les laissent pousser naturellement et produire des feuilles. Ils comprennent également l’importance de cette plante pour leur activité. La cueillette des feuilles n’affecte pas l’environnement et procure des avantages à la communauté », dit-il.

Krouch Ly, responsable de l’Union des fédérations de jeunes du Cambodge dans le mont Kulen — qui se concentre sur l’amélioration du secteur de l’éducation — indique que 15 familles du village de Thmey s’occupaient de la couture des feuilles de khun mear à plein temps et que de nombreuses autres le faisaient de manière irrégulière.

Ly est aussi un facilitateur pour trouver de nouveaux marchés pour ce produit.

« Je ne sais pas d’où viennent les commandes de feuilles, mais depuis deux mois que je travaille avec eux, j’ai aidé à vendre leurs produits à Phnom Penh et dans les provinces de Koh Kong, Battambang, Banteay Meanchey et Siem Reap », dit-il.

Ban explique que presque tous les villageois de Thmey se sont lancés dans ce commerce parce qu’ils ne pouvaient pas cultiver du riz ou pratiquer l’agriculture dans la montagne. Ils cousaient les feuilles pour pouvoir acheter du riz.

« Habituellement, les clients appellent pour commander et nous répartissons le travail entre les familles. Parfois, de nombreux clients passent des commandes et nous n’avons pas le temps de les satisfaire tous, et parfois, pendant la saison des pluies, la production ralentit. Les feuilles de khun mear poussent cependant en toute saison et sont faciles à cueillir », explique-t-elle.

« Si nous fabriquons un toit à partir de ces feuilles, il durera environ six ou sept ans. Il est aussi naturellement résistant aux flammes. Si vous y mettez le feu, il fera un petit trou, puis s’éteindra de lui-même. Le khun mear est plus résistant que les feuilles de palmier à sucre ».

« Les clients étrangers l’achètent souvent pour fabriquer des toits de bungalow ou comme panneaux muraux décoratifs. Lorsque je les leur livre, ils disent toujours « wow, c’est très beau ! ». Les feuilles peuvent aussi être utilisées comme toits, murs, et pour fabriquer des cages à poules, ajoute-t-elle.

Après avoir passé deux ou trois jours à ramasser les feuilles, Ban peut produire environ 4 m² de tapis par jour. Elle travaille actuellement seule, car sa fille vient d’accoucher.

Ly, qui utilise son temps personnel pour faciliter les transactions entre les villageois et les nouveaux clients, explique que le principal problème demeure le coût du transport. Les nattes seraient bien moins chères si les clients venaient les chercher à Siem Reap.

Il essaie d’établir un marché unique et d’organiser les liaisons de transport, contre une petite rémunération.

« Nous envisageons de former une communauté de feuilles de khun mear afin de garantir une structure de prix claire », ajoute Ly.

« Aussi, les villageois ne coupent pas les arbres, ils prennent juste les feuilles. Cela rend l’activité très durable. Ce qui m’inquiète, c’est que si les terres sont défrichées et utilisées pour des plantations, les villageois pourraient perdre leur activité », conclut-il.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône