Cambodge & Tourisme : Les hôtels de Siem Reap ont affiché complet pour le Nouvel An khmer

Plus de 400 000 personnes se sont rendues dans la province de Siem Reap pendant la période du Nouvel An khmer en 2022.

Les hôtels de Siem Reap ont affiché un taux d’occupation de près de 100 % pendant les vacances du Nouvel An khmer, alors que plus de 400 000 touristes se sont rendus dans la province, mais la reprise complète de l’industrie semble encore longue à venir.

Affluence

Cette année a été le premier Nouvel An khmer à se produire sans presque aucune restriction de mouvement depuis 2019. L’industrie hôtelière de Siem Reap était certainement confiante, mais peu s'attendaient à l’ampleur de la situation.

Selon le ministère du Tourisme, on dénombrait un total de 400 591 personnes dans la province de Siem Reap au cours de la période de quatre jours.

Pub Street, le haut lieu touristique de la ville, a finalement ressemblé à ce qu’elle était avant le COVID, les bars et les restaurants étaient pleins et des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue, profitant pleinement des vendeurs ambulants de pistolets à eau, et de tenues à des prix excessifs.

Les hôtels de la ville ont été parmi les plus grands gagnants, avec des taux d’occupation de tous niveaux atteignant 100 % pour la première fois depuis bien avant l’épidémie.

Les taux d’occupation ont commencé à augmenter la semaine dernière lorsque, selon le principal site de réservation d’hôtels, booking.com, les hôtels étaient remplis à 72 %, taux qui est passé à 98 % jeudi, premier jour du Nouvel An khmer.

Parmi les professionnels

S’adressant à Cambodia Investment Review, Tim Scott, propriétaire du Star Bar and Hotel, a déclaré :

« Dès mardi, on pouvait voir que les choses devenaient folles et les gens commençaient à doubler, voire tripler leurs prix. Même lorsque les sites de réservation indiquaient 98 % de remplissage, les quelques hôtels disponibles se trouvaient à 5-25 km. Nous avons dû refuser de nombreux touristes à la recherche d’un hébergement ».

Un autre propriétaire d’hôtel confiait : « Après avoir vu que d’autres augmentaient leurs prix, nous avons simplement quadruplé les nôtres et nous avons tout de même rempli toutes les chambres sans difficulté ».

Des événements de grande envergure, comme le festival de la bière Hanuman, sont revenus à Siem Reap après deux années d’annulation du Nouvel An khmer.

Ewan Taylor, le nouveau directeur général du Shinta Mani Angkor and Bensley Collection Pool Villas, l’un des hôtels les plus prestigieux de la ville, a également affiché complet :

« Nous avions initialement rouvert les 10 Bensley Collection Pool Villas en novembre de l’année dernière, mais nous avons réussi à préparer nos 39 chambres Angkor pour le 1er avril, ainsi que notre restaurant Kroya, spécifiquement pour la ruée du Nouvel An, et nous étions à pleine capacité. L’hôtel n’est cependant pas encore totalement ouvert, et nous prévoyons de rouvrir les 115 chambres restantes d’ici novembre ».

Pourtant, alors que la ville se targue d’un taux d’occupation de « 100 % », à l’instar du Shinta Mani Angkor Pool Villas, non seulement beaucoup d’hôtels ne sont pas encore ouverts dans leur intégralité, mais le paysage urbain est encore marqué par des hôtels en attente ou apparemment fermés de manière permanente.

Ce manque d’infrastructure a cependant conduit à certaines innovations, des bars tels que le Charms Lounge ont converti les espaces du personnel en chambres pour créer une source de revenus supplémentaires pendant les célébrations.

Pas de grand changement

Si ce renouveau a été salué par les acteurs du secteur des services, il n’est pas non plus le signe d’un changement radical dans le paysage touristique de la ville, comme le déclare Ewan Taylor :

« Avant le Nouvel An khmer, notre taux d’occupation était d’environ 28-33 % et nous prévoyons d’atteindre 40 % en avril, la plupart étant des clients locaux, bien que nous ayons vu beaucoup plus de clients singapouriens depuis la réouverture au tourisme. Comme tout le monde, nous attendons toujours l’ouverture de la Chine ».

Ce sentiment était partagé par d’autres propriétaires d’hôtels et d’auberges qui ont déclaré que les niveaux d’occupation avaient largement oscillé autour de la barre des 30 %, encore une fois pour la plupart des clients locaux, les maisons d’hôtes bas de gamme déclarant qu’elles voyaient une augmentation des routards sur la « piste de bambou » à travers l’Asie du Sud-Est.

L’augmentation du trafic piétonnier n’entraîne pas une augmentation des dépenses

Alors que les rues de la ville étaient littéralement bondées, cela ne s’est pas nécessairement traduit par une augmentation brutale des recettes, même pour les bars qui avaient ouvert pour les fêtes.

Pas mal de visiteurs ont célébré les activités traditionnelles du Nouvel An khmer, mais n’ont apparemment pas dépensé beaucoup en nourriture et en boissons.

La célèbre chaîne de restauration Hard Rock Cafe Siem Reap, dont la dernière ouverture remonte à début 2021, a déclaré à Cambodia Investment Review :

« Nous n’'avons ouvert que pendant les quatre jours des vacances et nous ne prévoyons pas de rouvrir complètement avant novembre au plus tôt. L’affluence a été suffisante pour justifier notre ouverture, mais les gens n’ont pas beaucoup dépensé ».

Et c’était en grande partie la même chose dans Pub Street, avec le propriétaire du bar Sita déclarant : « Vous voyez des bars comme le Picasso et le Temple pleins de monde, mais personne n’achète de grandes tournées de shots, ou de l’alcool haut de gamme ».

Outre les hôteliers, les autres grands gagnants ont été ceux qui vendaient des pistolets à eau pour un prix compris entre 2 et 20 dollars : « J’ai emprunté de l’argent pour acheter mon stock, mais en vendant tout, j’aurai gagné quelques centaines de dollars en quatre jours », confiait l’un d’entre eux.

Gareth Johnson avec notre partenaire Cambodia Investment Review

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône