top of page
Ancre 1

Cambodge & Sports : Historique, le Royaume s'apprête à accueillir la prestigieuse Coupe Davis

Le Cambodge a été choisi pour accueillir le Groupe IV de la Coupe Davis 2024 pour la première fois de son histoire. Un événement que le Cambodgien Rithi Tep annonçait déjà en septembre dernier.

Après avoir accueilli les Jeux de l’Asie du Sud-Est en 2023 et les premiers Championnats d’Asie juniors de l’ITF, Tennis Cambodia cherche à poursuivre son parcours historique en amenant la Coupe du monde de tennis à Phnom Penh pour la première fois.

Le Groupe IV de la Coupe Davis Asie/Océanie 2024 sera composé de huit pays participants : Cambodge, Irak, Koweït, Kirghizistan, Myanmar, Sri Lanka, Qatar et Émirats arabes unis.

Une excellente nouvelle qui reflète le fruit des efforts de Tennis Cambodia et de son secrétaire général Rithi Tep, qui a également été élu vice-président de la Fédération asiatique de tennis (ATF) début 2024, ce qui lui permet de jouer un rôle déterminant dans la promotion des académies de tennis et des entraîneurs à travers la région et l'Asie.

En plus de ses deux nouvelles fonctions stratégiques, Rithi rappelle la contribution de Tennis Cambodia au succès des Championnats asiatiques juniors ITF 14 ans et moins 2023, qui se sont déroulés en septembre dernier au stade national Morodok Techo. L’événement a été un tel succès que la Fédération internationale de tennis (ITF) a demandé au Cambodge de l’organiser à nouveau pour les prochaines années.

L’objectif de Rithivit est d’encourager 30 des 45 pays d’Asie à participer à un nouveau programme d’académie.

Lors d’une interview avec nos partenaires du Post, Rithi précise ;

« Je suis très fier, surtout de notre fédération de tennis. J’ai demandé à l’ATF d’inclure trois membres de notre fédération en tant qu’assistants, pour m’aider à organiser des événements. Comme l’ASEAN et l’Asie nous regardent, c’est une occasion importante pour nous de démontrer notre dévouement. L’ATF considère que le Cambodge est sur la scène mondiale, il est donc crucial pour nous de briller, et je suis très confiant quant à notre capacité à remplir cette obligation. »

En ce qui concerne l’organisation de compétitions d’académie et d’autres programmes visant à promouvoir le développement du tennis dans les cinq zones d’Asie, Rithi souligne qu’il a insisté auprès du Conseil d’administration de l’ATF pour qu’il aide les pays qui n’ont pas la capacité d’organiser de tels événements par eux-mêmes. Il explique que les grands pays ont les ressources et la capacité de gérer leurs propres compétitions, même sans soutien.

« Je leur ai dit que nous devions nous fixer pour objectif d’aider les pays qui n’ont pas la capacité d’organiser de tels événements. Nous devons organiser fréquemment des compétitions dans ces pays, afin de faciliter la progression de ceux qui se trouvent à des niveaux inférieurs, et le président de l’ATF soutient cette idée. Pourquoi est-ce que je défends cette idée ? Parce que nous avons été un pays pauvre et qu’il est important que nous nous souvenions toujours d’où nous venons », explique-t-il.

Il se souvient qu’il y a 15 ans à peine, le Cambodge était perçu comme une nation de tennis en dessous de la moyenne. Lors des compétitions internationales, de nombreuses équipes ignoraient même les origines de l’équipe cambodgienne.

Dans le cadre de ses efforts pour favoriser le développement du tennis au Cambodge, Rithivit révèle qu’il a prolongé son engagement au-delà de son rôle de secrétaire général, bien que celui-ci ne soit pas rémunéré et qu’il nécessite un apport financier personnel important. Malgré ces défis, il reste engagé, d’autant plus que ses trois fils sont également des joueurs de tennis.

Il exprime également sa gratitude envers l’actuel président de la fédération, Sear Rithy, un magnat des affaires cambodgien qui soutient l’organisation depuis 2018.

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page