Cambodge & Sommet ASEAN : Hun Sen, « Nous avons gagné en prestige et maturité »

S’exprimant lors d’une conférence de presse dans l’après-midi du 13 novembre, après la clôture des quatre jours de sommets, le Premier ministre Hun Sen a déclaré que le Cambodge « s’était montré suffisamment aguerri pour faciliter les débats sur de nombreux sujets brûlants tels que le Myanmar, l’Ukraine, le différend en mer de Chine méridionale, et les tensions sur la péninsule coréenne ».

Sommet ASEAN : Hun Sen, « Nous avons gagné en prestige et maturité »
Sommet ASEAN : Hun Sen, « Nous avons gagné en prestige et maturité »

Selon le leader cambodgien, les dirigeants qui ont assisté aux réunions ont tous apprécié le leadership du Cambodge à la présidence du bloc et, particulièrement, les efforts de l’envoyé spécial pour le Myanmar dans la recherche d’une solution à la crise par la mise en œuvre du consensus en cinq points.

Myanmar

Sur cette question brûlante, le chef du gouvernement royal a confirmé que l’ASEAN souhaitait que toutes les parties concernées par le conflit travaillent ensemble à une solution. Il a fait part de son désaccord à propos des sanctions à l’égard du pays et expliqué qu’écarter le Myanmar du bloc, voire de le mettre totalement à l’écart, était une perspective peu envisageable. Pour de simples raisons techniques (il faudrait que le Myanmar vote son expulsion), mais aussi, car, selon le PM cambodgien :

« le meilleur moyen est de garder la porte ouverte, plutôt que de la claquer ».

Il a également précisé qu’il n’avait pas encore décidé si l’envoyé spécial, S.E. Prak Sokhonn, se rendrait à nouveau à Naypyidaw avant la fin du mandat de la présidence cambodgienne de la communauté.

Ukraine

« En ce qui concerne l’Ukraine, je peux dire qu’il s’agissait du point le plus sensible, car nous avons entendu des points de vue très divergents. Je suis heureux que le Cambodge ait pu accueillir ce sommet au cours duquel de nombreuses parties avaient des positions différentes et ont malgré tout échangé leurs opinions en toute franchise », a-t-il déclaré, ajoutant :

« Nous avons réitéré nos appels au respect de la souveraineté, de l’indépendance et de l’intégrité territoriale. Nous avons souligné l’importance d’une cessation des hostilités afin de créer un environnement propice à une solution pacifique et avons également demandé un soutien sous la forme d’une aide humanitaire immédiate au peuple ukrainien ».

S.E. Hun Sen a également confié aux journalistes présents qu’il avait exhorté les ministres des Affaires étrangères de l’Ukraine et de la Russie à envisager de se rencontrer à Phnom Penh, « mais malheureusement, cela n’a pas été possible ».

Le Cambodge a annoncé précédemment qu’en coopération avec le Japon, il allait envoyer des démineurs en Ukraine, le premier groupe devant partir pour l’Ukraine en décembre prochain. Hun Sen a précisé que cette aide « devait être considérée comme une aide humanitaire et non militaire ».

Mer de Chine

En ce qui concerne le différend en mer de Chine méridionale qui a suscité de nombreuses controverses lors du dernier sommet de l’ASEAN à Phnom Penh déjà en 2012, le Premier ministre a souligné l’importance de la promotion de la paix, de la sécurité, et de la liberté de navigation.

« Nous sommes optimistes et heureux des progrès des négociations en cours sur le code de conduite en mer de Chine méridionale qui ont récemment repris à Siem Reap et à Phnom Penh », a-t-il déclaré, précisant que ce code devait tenir compte des lois internationales et la Convention des Nations unies sur le droit de la mer.

La Maison Blanche a publié un communiqué de presse indiquant que « le président américain Joe Biden demandait instamment de la transparence à propos de la base navale (présumée) de Ream et que le Cambodge libère la citoyenne américaine Seng Theary, qui purge actuellement une peine de six ans dans la prison de Preah Vihear.

Interrogé sur ce point, le Premier ministre a déclaré que le président Biden n'avait pas abordé ces questions directement avec lui et que « le gouvernement royal maintiendra ses positions et ne choisira jamais un pays au détriment d'un autre et qu'il sera au contraire ouvert à la diplomatie et aux bonnes relations avec tous les pays, y compris les deux superpuissances ».

Corée du Nord

À propos des tensions sur la péninsule coréenne, le PM cambodgien et les dirigeants et les partenaires de l’ASEAN ont tous exprimé leur inquiétude face aux essais de missiles balistiques effectués par la Corée du Nord au-dessus du Japon, affirmant qu’ils considéraient ces actions comme une menace pour la sécurité de la région et appellent la Corée du Nord à respecter les décisions prises par le Conseil de sécurité des Nations unies. À savoir : s’abstenir de tester d’autres armes nucléaires.

Sens des responsabilités

« Au cours des réunions, il n’y a pas eu d’échanges désagréables bien que des sujets controversés aient été abordés. Personne n’a quitté les réunions. Cela reflète le sens des responsabilités des dirigeants présents, mais aussi le rôle de facilitateur joué par le Cambodge, qui a permis à toutes les parties de s’exprimer lors des réunions », a fait remarquer le Premier ministre Hun Sen notant que les dirigeants ou représentants des États-Unis, de la Chine et de la Russie étaient tous réunis en un même lieu sans qu’il y ait eu le moindre incident.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône