top of page
Ancre 1

Cambodge & Rubrique Éco : Renouer avec le Japon, renforcer les liens avec les US, exporter + de riz

Reprise des vols directs avec le Japon, renforcement des liens USA - Cambodge, échanges commerciaux et agriculture au menu de cette rubrique économique.

Le Cambodge et les États-Unis évoquent un renforcement de leurs relations

S.E. Sok Chenda Sophea, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, et S.E. Patrick Murphy, ambassadeur des Etats-Unis au Cambodge, ont discuté du renforcement des relations entre les deux pays.

Le vice-premier ministre cambodgien, S.E. Sok Chenda Sophea, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, et S.E. Patrick Murphy, ambassadeur des Etats-Unis au Cambodge
Le vice-premier ministre cambodgien, S.E. Sok Chenda Sophea, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, et S.E. Patrick Murphy, ambassadeur des Etats-Unis au Cambodge

Selon le ministère cambodgien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, les deux hommes ont fait part de leur haute appréciation et de leur profonde satisfaction à l’égard de l’échange de vues et de la discussion « productive » de deux heures lors d’une réunion qui a eu lieu le 28 août 2023 entre S.E. Samdech Sophea, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Samdech Moha Bovorthipadi Hun Manet, Premier ministre du Cambodge, et la délégation du Congrès américain conduite par M. Alex Carnes.

Le ministre et l’ambassadeur ont réaffirmé, lors d’une visite de courtoisie de ce dernier le 31 août, leur engagement à « renforcer l’amitié et la coopération entre les deux pays et ont abordé certains aspects des liens bilatéraux ».

S.E Sok Chenda Sophea a exprimé ses sincères remerciements pour l’aide apportée par le gouvernement américain au développement social et économique du Cambodge, tandis que l’ambassadeur Murphy a rappelé avec satisfaction la contribution active du Cambodge, durant sa présidence de l’ASEAN, à l’élévation du Partenariat de dialogue ASEAN-USA au rang de « Partenariat stratégique global ».

S.E. Sok Chenda Sophea a fait part à l’ambassadeur Murphy du calendrier du premier ministre cambodgien pour une réunion d’affaires avec certaines entreprises américaines organisée par le U.S. - ASEAN Business Council lors de sa participation à la prochaine Assemblée générale des Nations unies à New York afin d’explorer les opportunités d’affaires dans le Royaume.

Le ministre et l’ambassadeur ont également discuté de l’organisation d’une réunion entre le Premier ministre Hun Manet et Mme Victoria Nuland, vice-secrétaire d’État, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York.

S.E. Sok Chenda Sophea et M. Murphy ont également discuté de la coopération au sein des plateformes multilatérales, en particulier dans le cadre de l’ASEAN et des Nations Unies, et ont échangé des points de vue sur certaines questions régionales et internationales d’intérêt commun. Ils se sont également félicités de la bonne « l'excellente collaboration dans le cadre du partenariat États-Unis–Mékong ».

Au cours de la réunion, le vice-premier ministre Sok Chenda Sophea a exprimé sa gratitude pour les vœux chaleureux et félicitations adressés par l’ambassadeur Murphy à l’occasion de sa nouvelle nomination et a assuré le diplomate de la poursuite des bonnes relations de travail existantes entre le ministère et l’ambassade, soulignant leur optimisme quant à l’avenir des relations économiques entre les deux pays.

 

Le Premier ministre encourage les travailleurs informels à intégrer l’économie traditionnelle

S.E. Hun Manet, Premier ministre du Royaume, a encouragé vendredi matin tous les travailleurs et entreprises informels à participer à l’économie formelle.

S.E. Hun Manet à Takhmao. Photo AKP
S.E. Hun Manet à Takhmao. Photo AKP

Lors de sa rencontre avec un rassemblement de 18 000 travailleurs et employés dans la ville de Takhmao, province de Kandal, S.E. Kitti Tesaphibal Pundit a conseillé aux institutions gouvernementales de faciliter cette transition vers l’économie formelle des travailleurs et des entreprises.

Le Premier ministre a souligné que le gouvernement royal ne les obligeait pas, mais que cette intégration leur permettrait de s’enregistrer et de bénéficier de certains avantages.

« Pour y parvenir, a-t-il poursuivi, les institutions compétentes doivent faciliter et prendre en compte certains principes, tels que l’allègement des procédures d’enregistrement et autres. »

« Notre devoir n’est pas de faire venir les gens et de les presser, mais de les aider, et si nous les aidons, ils nous aideront également », a-t-il précisé.

L’Organisation internationale du travail (OIT) estime que 93 % des personnes travaillant au Cambodge font partie de l’économie informelle.

Heng Panha - AKP

 

Approbation de dix nouveaux projets d'investissement offrant près de 12 000 possibilités d'emploi

Le Conseil pour le développement du Cambodge (CDC) a annoncé l'approbation de dix nouveaux projets d'investissement susceptibles de générer 11 794 emplois pour les Cambodgiens.

Le Conseil pour le développement du Cambodge. Photo CG
Le Conseil pour le développement du Cambodge. Photo CG

Selon l’avis du CDC publié jeudi dernier, les projets nouvellement approuvés avec un investissement total de près de 60 millions de dollars US sont situés dans les provinces de Kampong Speu, Takeo, et Phnom Penh.

Dans le cadre de ces nouveaux projets, des usines produisant des fils électriques, des ampoules électriques, des chaussures et chaussettes, des vêtements, des gants, des chapeaux, des écharpes, des matériaux d’emballage, etc. seront créées.

Au cours des six premiers mois de cette année, le CDC a donné son feu vert à 113 projets d’investissement et d’expansion pour un total de 1 105 millions de dollars.

 

L'aviation civile cambodgienne demande à Nippon Airways de reprendre les vols directs vers le Japon

Le Secrétariat d'État à l'aviation civile du Cambodge demande à la compagnie All Nippon Airways (ANA) de reprendre ses vols vers le Cambodge après leur suspension pendant la crise sanitaire.

Un membre de l'équipe au sol dirige un avion de passagers à l'aéroport de Phnom Penh en août 2023. Photo Heng Chivoan
Un membre de l'équipe au sol dirige un avion de passagers à l'aéroport de Phnom Penh en août 2023. Photo Heng Chivoan

La semaine dernière, S.E. Mao Havannall, ministre en charge du Secrétariat d’État à l’aviation civile (SSCA), a rencontré plusieurs responsables de la compagnie japonaise, qui l’ont informé que le transport aérien avait beaucoup souffert au plus fort de la pandémie, ce qui avait incité la compagnie à suspendre temporairement ses vols.

Plus tard, Vann Chanty, directeur des programmes et réglementations du transport aérien, a fait part à la presse de la réunion entre le directeur régional de All Nippon Airways pour l’Asie et l’Océanie et M. Havannall, au cours de laquelle des efforts ont été déployés pour encourager l’ANA à rouvrir les vols Cambodge-Japon :

« Le secteur des transports du Cambodge se rétablit progressivement, c’est donc le bon moment pour proposer la reprise des vols avec le Japon. Nous voulons également savoir quels sont les facteurs qui entravent la décision de la compagnie de ne pas reprendre les vols pour l’instant ».

« Nous espérons qu’à travers les discussions et échanges de vues, nous pourrons trouver des solutions sur la possibilité de réouverture des vols, qui soient en accord avec les derniers développements dans le transport aérien », a-t-il déclaré, ajoutant :

« De plus, nous avons un nouveau dirigeant, le Premier ministre Hun Manet. Nous espérons que ces facteurs favorables inciteront l’ANA à envisager la réouverture des vols vers le Cambodge dès que possible. »

Thourn Sinan, président de la section cambodgienne de la Pacific Asia Travel Association, a déclaré que les voyages nationaux et internationaux « semblent s’améliorer progressivement » depuis le début de l’année, bien qu’ils ne soient « pas aussi bons » qu’avant la pandémie.

Le Secrétariat d'État à l'aviation civile du Cambodge demande à la compagnie All Nippon Airways (ANA) de reprendre ses vols vers le Cambodge après leur suspension pendant la crise sanitaire.

S’adressant à nos partenaires du Post, il a déclaré que c’était l’occasion pour les compagnies aériennes d’étudier la possibilité de rouvrir les vols, car cela contribuerait à attirer davantage de touristes au Cambodge.

Le ministère du Tourisme indique que, de janvier à juillet 2023, le Cambodge a reçu plus de trois millions de visiteurs étrangers, soit une augmentation de 308,5 % par rapport aux 743 459 personnes durant la même période en 2022.

 

Importations en provenance de Chine, du Vietnam et de Thaïlande en hausse cette année

Selon le Département général des douanes et des accises du Cambodge (GDCE), la Chine, le Vietnam et la Thaïlande constituent les principaux fournisseurs de marchandises du Cambodge, avec des importations de 10 milliards de dollars au cours des sept premiers mois de l'année 2023.

Chargement d'un conteneur au port autonome de Sihanoukville. Photo Hong Menea
Chargement d'un conteneur au port autonome de Sihanoukville. Photo Hong Menea
Ces échanges représentent 71,2 % des importations totales du Cambodge (14 milliards de dollars), contre 57,4 % pour la période correspondante en 2022.

Selon les douanes, les importations en provenance de Chine se sont élevées à plus de 6 milliards de dollars, soit 44,3 % des importations totales, celles du Vietnam à 2 milliards, soit 15 %, et celles de Thaïlande à 1,7 milliard (11,9 %).

En outre, le Cambodge a importé des marchandises en provenance d’Indonésie, de Singapour, Malaisie, Japon, Taipei, Corée du Sud, Danemark, Finlande et États-Unis.

Au cours des sept premiers mois de 2023, les trois pays ont importé des marchandises du Cambodge pour un montant de près de 3 milliards de dollars, ce qui représente 22,1 % des exportations totales du Cambodge, qui s’élèvent à 13,5 milliards.

En 2022, le Cambodge a importé pour plus de 18 milliards de dollars de marchandises en provenance de ces trois pays, ce qui représente 60,9 % des importations totales du Cambodge, qui s’élèvent à près de 30 milliards de dollars.

 

Une entreprise thaïlandaise explore le potentiel d'exportation pour les mangues de Kampong Speu

Un fabricant thaïlandais d’assaisonnements et d’aliments instantanés s’est récemment rendu dans la province de Kampong Speu afin d’explorer les possibilités de transformation agricole, notamment pour les mangues destinées à l’Union européenne.

Le gouverneur de la province de Kampong Speu, Vei Samnang (au centre), rencontre les dirigeants de DJ Food Public Company. Administration de Kampong Speu. Photo fournie
Le gouverneur de la province de Kampong Speu, Vei Samnang (au centre), rencontre les dirigeants de DJ Food Public Company. Administration de Kampong Speu. Photo fournie

Le gouverneur de la province, Vei Samnang, a déclaré qu’il s’agissait de la toute première visite de l’une des plus grandes entreprises thaïlandaises, DJ Food Public Company Limited. Il a précisé que l’entreprise avait pour objectif de produire divers produits agricoles, notamment du riz, de la canne à sucre, des fruits à noyaux, du poivre et des noix de cajou.

« Toutefois, l’entreprise est surtout intéressée par la transformation de petites mangues pour l’exportation vers l’UE. Mais elle n’a besoin que de 800 hectares, alors que nous possédons 90 000 hectares de terres pour la culture de ce fruit tropical », a-t-il déclaré.

Malgré la relative petite taille de l’investissement, M. Samnang a souligné que les dirigeants de l’entreprise s’étaient personnellement rendus dans la province.

Hong Vannak, chercheur en économie à l’Institut des relations internationales de l’Académie royale du Cambodge, a salué cette initiative. Il souligne que l’intérêt des Thaïlandais pour une usine de transformation de produits agricoles, compte tenu de l’excédent de produits du Cambodge, représente une belle opportunité.

M. Vannak a également mis l’accent sur les avantages de cette initiative, indiquant que si la société poursuivait son projet, la région dans son ensemble en récolterait les fruits. Cet engagement offrirait un revenu aux propriétaires de plantations, ce qui les aiderait pendant les périodes de chute des prix. Les besoins en main-d’œuvre de l’entreprise offriraient des possibilités d’emploi et des avantages supplémentaires à nos citoyens.

« Si l’on tient compte des recettes fiscales provenant des usines et des entreprises opérant au Cambodge, le gouvernement a aussi tout à gagner de cette entreprise », a-t-il précisé.

 

Le secteur des nids d’oiseaux connaît une forte hausse de la demande

L’Association khmère du martinet (KSA) a annoncé la semaine dernière une augmentation substantielle de la construction de nids de martinet ces dernières années, mais cette croissance n’a pas suivi la demande toujours plus forte de nids d’oiseaux, ce qui a entraîné une pénurie de l’offre sur le marché.

« Malgré l’expansion rapide des nichoirs et de l’élevage, nous ne sommes toujours pas en mesure de répondre aux besoins du marché. La demande a considérablement augmenté, notamment en provenance des marchés étrangers tels que Hong Kong et la Chine. »

Suy Kokthean, président de KSA, explique qu’au cours des quatre dernières années, le secteur a connu un essor considérable, même pendant la crise du Covid-19 :

« Malgré l’expansion rapide des nichoirs et de l’élevage, nous ne sommes toujours pas en mesure de répondre aux besoins du marché. La demande a considérablement augmenté, notamment en provenance des marchés étrangers tels que Hong Kong et la Chine. »

Il souligne que l’attrait du Cambodge pour les nids d’oiseaux est dû à sa qualité supérieure à celle des autres pays de la région. Les oiseaux prospèrent dans le pays, grâce à une plage de température favorable et à l’abondance de rivières et de forêts qui constituent de vastes sources de nourriture.

« Le Cambodge se distingue également des autres pays par ses faibles niveaux de pollution. L’abondance des sources de nourriture favorise le succès des installations de nidification, quelle que soit la province, à condition qu’elles respectent les normes techniques », dit-il.

Tre Nemol, fondateur de Swiftlet Cultivation Co. Ltd et spécialiste de la fabrication de nichoirs, explique que l’appétit pour ce produit ne faiblit pas, tant au niveau national qu’international, même si le prix a légèrement baissé par rapport à l’année précédente.

En ce qui concerne la construction de nids, M. Nemol souligne qu’elle a doublé par rapport à l’année précédente, en raison des revenus élevés avec une concurrence limitée sur ce marché.

« Cette année, nous avons assisté à une forte augmentation des créations d’exploitations, avec des clients venant de presque toutes les provinces. Les conditions météorologiques favorables jouent également un rôle », précise-t-il.

M. Nemol exporte ses produits vers des marchés tels que la Chine par l’intermédiaire de négociants malaisiens et vietnamiens. Tout en reconnaissant que les exportations directes vers la Chine sont complexes et prennent du temps, il affirme que les ventes directes restent plus rentables que les ventes par le biais d’intermédiaires.

« Dans un avenir proche, le Cambodge a une chance d’expédier directement ses produits en Chine, grâce à l’augmentation du nombre d’unités de production. »

Actuellement, selon le président de la KSA, les exportations sont officieusement envoyées au Vietnam, en Thaïlande et en Chine. Toutefois, l’association collabore étroitement avec le ministère de l’Agriculture, des forêts et de la Pêche et le ministère du Commerce, afin de plaider en faveur d’une politique nationale susceptible de positionner ce produit comme un produit commercial clé doté d’un potentiel non négligeable.

 

Les exportations vers le Royaume-Uni chutent de 15% de janvier à juillet en raison de la baisse des commandes

L'année dernière, les échanges commerciaux entre le Cambodge et le Royaume-Uni ont totalisé près de 977,4 millions de dollars, soit une augmentation de 24 % par rapport aux 788,7 millions de dollars en 2021.

Selon les douanes cambodgiennes, les échanges commerciaux entre le Cambodge et le Royaume-Uni au cours des sept premiers mois de 2023 ont chuté de 14,6 % en glissement annuel, passant de 581,4 millions de dollars à 496,3 millions de dollars, près de 90 % de la valeur étant constituée d'exportations du Cambodge.

De janvier à juillet 2023, les exportations vers le Royaume-Uni se sont élevées à 441 millions de dollars, soit une baisse de 16,4 % par rapport à la période correspondante en 2022, tandis que le Cambodge a importé pour 55,3 millions de dollars de marchandises, soit une hausse de 3,1 %.

Le Royaume-Uni reste le 10e partenaire commercial du Cambodge, devant la Chine, les États-Unis, le Vietnam, la Thaïlande, le Japon, Singapour, l'Indonésie, l'Allemagne et le Canada.

En juillet 2023, les échanges commerciaux ont chuté de 29,3 % en glissement annuel pour atteindre 88,3 millions de dollars. Les exportations vers le Royaume-Uni ont diminué de 30,2 % pour atteindre 80,01 millions, tandis que les importations en provenance du Royaume-Uni ont diminué de 13,4 % pour atteindre 8,3 millions de dollars.

L'année dernière, le commerce bilatéral entre le Cambodge et le Royaume-Uni s'est élevé à près de 977,4 millions de dollars, soit une augmentation de 24 % par rapport aux 788,7 millions de dollars de 2021.

 

Les enregistrements d'entreprises en ligne se multiplient au Cambodge

Le capital total des 28 618 entreprises inscrites dans le système d’enregistrement des entreprises en ligne a grimpé à 8,4 milliards de dollars au 27 août, contre 20 693 entreprises avec un capital total de 5,8 milliards de dollars au début de l’année 2023.

Les entreprises impliquées dans les affaires et la construction représentent le segment le plus important avec 12,8 % des entités enregistrées avec un capital total de 1,08 milliard de dollars, suivies par les hôtels et les restaurants avec 942 millions (11,2 %), l’immobilier avec 924 millions (11 %), le conseil en gestion (482 millions de dollars ; 5,7 %) et la fabrication de vêtements avec 436 millions (5,2 %). 38 % de ces entreprises appartiennent à des femmes.

Les entreprises impliquées dans les affaires et la construction représentent le segment le plus important avec 12,8 % des entités enregistrées avec un capital total de 1,08 milliard de dollars, suivies par les hôtels et les restaurants avec 942 millions (11,2 %), l’immobilier avec 924 millions (11 %), le conseil en gestion (482 millions de dollars ; 5,7 %) et la fabrication de vêtements avec 436 millions (5,2 %). 38 % de ces entreprises appartiennent à des femmes.

Entre-temps, 16 298 entreprises ont demandé à être enregistrées, tandis que deux seulement ont été rejetées.

La première phase du système a été lancée en juin 2020, avec la participation de six ministères, du Département général des impôts (GDT) et du Conseil pour le développement du Cambodge (CDC). Un an plus tard, la phase 2 de la plateforme a intégré l’Autorité des services financiers non bancaires, le régulateur des affaires immobilières et des prêteurs sur gages, ainsi que trois ministères, suivie de la phase 3 en juin de cette année où d’autres ministères et institutions ont été incorporés.

Au début du mois, le président de la Cambodia Digital Tech Association, Chhin Ken, a observé que l’adoption des technologies de l’information au Cambodge avait augmenté régulièrement, grâce à l’avènement de la technologie.

« J’ai remarqué qu’après l’annonce par le gouvernement de l’introduction d’une plateforme informatique, le nombre d’entreprises qui ont demandé à être enregistrées a augmenté de manière significative. L’augmentation du nombre de sociétés enregistrées est maintenant due au fait que la plupart des entrepreneurs sont conscients de leurs obligations et savent comment utiliser la technologie pour solliciter l’enregistrement ».

 

Agriculture : Les limites d'exportation indiennes ouvrent des portes aux agriculteurs du Royaume

La Fédération cambodgienne du riz (CRF) annonce que les restrictions sur les exportations de divers types de riz en provenance d'Inde, l'un des principaux exportateurs mondiaux de riz, offrent une opportunité pour le Cambodge.

Rizière de Kampong Thom. Photo CG
Rizière de Kampong Thom. Photo CG

Le gouvernement indien vient d’établir un prix minimum à l’exportation de 1 200 dollars par tonne pour les expéditions de riz basmati. Cette mesure vise à garantir que seul le riz basmati authentique est exporté, empêchant ainsi la vente d’autres variétés de riz sous le label premium pour contourner les restrictions à l’exportation.

Chan Sokheang, président de la CRF, a déclaré à nos partenaires du Post le 29 août que la suspension de certaines exportations de riz par l’Inde représentait une opportunité pour le pays d’accroître sa part de marché.

« C’est une excellente opportunité pour le Cambodge en tant qu’exportateur. Lorsque la demande est forte et que les fournisseurs sont peu nombreux, nous pouvons accroître notre part de marché », a-t-il déclaré.

« Il est important que nous nous concentrions sur le maintien de la qualité de notre riz usiné et que nous préservions notre réputation de fournisseur des meilleurs produits », a-t-il ajouté.

M. Sokheang a également fait remarquer que l’intérêt du Vietnam pour l’achat de riz cambodgien s’inscrivait dans le cadre des relations commerciales de longue date entre les deux pays. Il a toutefois souligné que, cette année, le pays voisin avait payé des prix plus élevés pour le riz du Royaume.

« Comme le Vietnam dispose d’importantes réserves financières, il a acheté une grande quantité de riz pour le stocker. Le riz peut être utilisé pour la consommation intérieure ainsi que pour les exportations. Même si le Vietnam est le plus grand exportateur de riz après l’Inde et la Thaïlande, il continue d’importer du riz pour son propre usage », explique-t-il.

En dépit de la hausse des prix, le marché international n’a pas encore connu d’augmentation. De nombreux pays ont stocké des centaines de millions de tonnes de riz depuis le début de la pandémie de Covid-19 et n’ont pas encore épuisé ces réserves, ce qui explique pourquoi les prix à l’international n’ont pas connu de hausse notable.

Au cours des sept premiers mois de 2023, le Cambodge a exporté 362 798 tonnes de riz vers 52 pays cibles, réalisant ainsi environ 52 % des 700 000 tonnes qu’il prévoit d’exporter en 2023.

 

Sources : Cambodge Mag - AKP - The Post

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône
bottom of page