Cambodge & Parcours : Chim Poly et Eng Pao, abandonner la zone de confort pour l'entrepreneuriat

Bien qu’il soit encore relativement jeune, Chim Poly est déjà titulaire d’une licence en banque, finance et anglais d’une université cambodgienne, d’un master en administration des affaires d’une université australienne et a travaillé comme manager dans plusieurs grandes entreprises.

Deux jeunes entrepreneurs se sont associés pour ouvrir neuf salons de coiffure. Photo fournie
Deux jeunes entrepreneurs se sont associés pour ouvrir neuf salons de coiffure. Photo fournie

Poly, 33 ans, est l’ancien directeur général de TADA et chef de division chez Wing, Uber, Cellcard et Ezecom. Aussi incroyable que cela puisse paraître, toutes ces positions font partie du passé, car Poly a renoncé à plusieurs milliers de dollars de salaire par mois pour gérer un salon de coiffure, un secteur d’activité dans lequel il n’avait pourtant aucune expertise.

« Ma motivation pour lancer ce salon de coiffure était due à l’absence de normes dans le secteur ici et aux possibilités d’expansion par rapport à d’autres pays en développement, et je voulais contribuer à la formation des Cambodgiens à ces compétences afin de créer des emplois pour ces jeunes Cambodgiens », déclare Poly.

À l’encontre de l’idée selon laquelle le métier de coiffeur n’est pas une vraie profession ou qu’il s’agit d’un emploi pour ceux qui n’ont rien d’autre à faire, Poly répond que dans les pays développés, cela est considéré comme une profession qualifiée, difficile à exercer et exigeant beaucoup de talent.

Par exemple, aux États-Unis, le coût moyen d’une coupe de cheveux pour les hommes est actuellement de 53 dollars dans tout le pays, et dans certains états plus riches, la moyenne est beaucoup plus élevée — à New York, le coût moyen est de 140 dollars et en Californie, il est de 84 dollars.

« Nous considérons donc qu’il s’agit d’une occasion de développer l’industrie de la coiffure et du stylisme ici », confie, qui possède maintenant neuf salons de coiffure répartis dans trois franchises — Kambuja, Simple et 5 Barber.

Lorsque Poly a ouvert son premier salon de coiffure à la mi-2019, il n’avait aucune compétence dans ce métier, mais il savait comment gérer une entreprise et avait confiance en sa capacité à identifier des recrues ayant du talent.

Poly ajoute que s’il avait ouvert la boutique juste pour gagner un revenu sur le court terme, il n’aurait pas pris le risque, mais il a une vision à long terme et s’attend à ce que l’industrie et son entreprise se développent :

« Si nous parvenons à faire de ce secteur un domaine en expansion, les propriétaires ne seront pas les seuls à en tirer un bon revenu, nous créerons également des emplois et nos clients bénéficieront d’un service de meilleure qualité. »

Poly se dit conscient qu’il existe de nombreux salons de coiffure au Cambodge qui ne peuvent pas pratiquer les prix élevés que l’on trouve dans les pays développés. « Tout d’abord, nous n’avons pas de normes claires, et ensuite, la plupart des gens ne pourront pas payer ces prix-là », dit-il.

Cependant, l’entrepreneur pense que la situation va changer, car l’économie cambodgienne est en développement constant et beaucoup de gens cherchent à établir des normes plus élevées et à améliorer la formation professionnelle dans les industries établies telles que la coiffure.

« Nos boutiques ont toutes des noms différents, mais chacune d’entre elles a des normes élevées. La décoration, l’hygiène et les compétences en matière de coiffure font l’objet d’une attention particulière afin de garantir la qualité d’un magasin à l’autre. Les clients ne sont pas obligés de se rendre dans le même magasin, ils peuvent aller dans n’importe lequel d’entre eux pour obtenir un service de qualité », explique-t-il.

Association

Poly s’est associé à un barbier local, Eng Pao, qui a commencé à apprendre le métier en 2009. Pao a un style résolument moderne, avec des boucles d’oreilles et des tatouages sur les mains. Poly confie qu’il l’a choisi pour travailler avec lui parce que Pao est une personne compétente et honnête qui a la même vision du développement du secteur que lui.

Eng Pao et Chim Poly
Eng Pao et Chim Poly

« J’ai pu voir ses qualités dans la direction d’entreprises et j’ai décidé que Poly était la meilleure option comme partenaire. Il a beaucoup d’expérience et nous avons tous deux des qualités différentes qui se complètent », déclare M. Pao, qui avait auparavant suivi deux années d’études d’économie à l’université polytechnique de Chamroeun.

Leurs trois franchises de salon de coiffure sont Kambuja, un salon haut de gamme qui facture 15 dollars par coupe de cheveux ; Simple, un salon à coût moyen qui compte six succursales et facture 7 dollars ; et 5 Barber, un salon à bas prix comptant deux succursales et facturant 2,5 dollars par coupe de cheveux.

Pao, qui a suivi une formation locale et internationale, explique qu’il est actuellement le directeur de toutes les succursales et qu’il prend encore quelques rendez-vous avec des clients au Kambuja Barber Shop dans le quartier de Toul Tompong, où il facture 32 dollars.

Kambuja Barber shop. Photo fournie
Kambuja Barber shop. Photo fournie

Leurs salons de coiffure pratiquent une large gamme de prix, allant de 2,5 à 15 dollars, parce qu’ils souhaitent que tous les types de clients puissent se permettre d’obtenir une bonne coupe de cheveux, en fonction de leur budget et de leurs besoins, et parce qu’ils veulent donner à leurs employés la possibilité de progresser dans l’échelle des salaires.

Selon eux, la différence entre la coupe de cheveux à 2,5 dollars et celle à 15 dollars repose principalement sur les compétences et l’expérience des employés, ainsi que sur des avantages supplémentaires tels que le café et un décor plus haut de gamme.

Avec l’ambition de s’étendre à 100 succursales, l’expert en gestion d’entreprise et le coiffeur s’attendent à être très occupés au cours des prochaines années, mais ils se sont rendu compte que le plus important est de se développer sur un schéma qui leur permette de maintenir durablement la qualité du service.

« D’un autre côté, nous ne serons pas nécessairement propriétaires de tous les magasins à l’avenir. Il se peut que nous nous contentions de créer des succursales et de mettre en place un système de franchise », indique Poly.

« Ce n’est pas un domaine nouveau, mais les opportunités dans ce domaine sont encore énormes au Cambodge », indique le jeune homme. « C’est pourquoi je pense que les investisseurs, les barbiers et les hommes d’affaires de tout le pays devraient s’engager et contribuer au développement de ce secteur », conclut-il.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post



Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône