Cambodge & Nature : Sauvegarder les belles orchidées rares du royaume

Le gouvernement royal du Cambodge envisage d’agrandir le parc Kesor Kol Sok An Phnom Kulen, un espace essentiellement consacré aux orchidées rares et menacées, sur une surface de 2 020 hectares dans la province de Siem Reap.

Il existe actuellement entre 500 et 700 espèces à travers le Cambodge
Il existe actuellement entre 500 et 700 espèces à travers le Cambodge

Extension

Le projet d'extension a été annoncé par Mme Chan Somaly, sous-secrétaire d’État à l’Environnement, lors d’une visite au Centre de recherche et de préservation Kesor Kol Sok An Phnom Kulen. Mme Chan Somaly a expliqué que l’actuel parc Kesor Kol sera agrandi pour accueillir d’autres jardins d’orchidées sauvages, des papillons, des cultures biologiques et des plantes destinées à la médecine traditionnelle. Le site sera enrichi d’autres installations « pour en faire un site de loisirs attractif pour la recherche et la visite ». Le gouvernement royal projette également de créer un pont pour permettre une visite plus panoramique.

Mme Chan Somaly, sous-secrétaire d’État à l’Environnement,
Mme Chan Somaly, sous-secrétaire d’État à l’Environnement,

Selon Mme Chan Somaly, les experts du Centre de recherche et de conservation Kesor Kol Sok An Phnom Kulen ont collecté 170 espèces d’orchidées sauvages, et il en existe actuellement entre 500 et 700 espèces à travers le Cambodge. La création du parc Kesor Kol dans le Centre de recherche et de conservation de Kesor Kol Sok An Phnom Kulen dans le village de Srah Khvav, commune de Thbeng, district de Banteay Srei vise à préserver les semences d’orchidées sauvages tout en créant une attraction supplémentaire dans la province.

Visite du centre
Visite du centre

Actuellement, le centre conserve environ 150 types de Kesor Kol sauvages, ainsi que 15 types de fougères et quatre espèces d’hoya. Mme Chan Somaly a déclaré :

« Ce centre est essentiel pour l’intérêt de notre peuple, c’est le premier de ce type au Cambodge. Il a été créé pour la protection et la conservation du Kesor Kol sauvage et d’autres plantes précieuses de notre pays. »

« Nous collecterons plus de spécimens de Kesor Kol sauvages et d’autres fleurs en danger pour les conserver dans ce centre afin de faciliter leur réintroduction dans la forêt. La jeune génération devrait venir découvrir les plantes et les fleurs sauvages du Cambodge, en particulier le Kesor Kol sauvage », a-t-elle conclu.

Protection accrue

Le ministère de l’Environnement envisage de déclarer les orchidées de Kesor Kol comme espèce végétale en voie de disparition et souhaite mettre en œuvre des protections accrues. Lors de cette même visite, le secrétaire d’État du ministère de l’Environnement, Neth Pheaktra a menacé de poursuites judiciaires ceux qui collectent, vendent ou exportent ce type d’orchidée. Il a ajouté qu’en raison de la destruction de l’environnement de Kesor Kol et l’exploitation des plantes par le biais de la collecte et du commerce illégal, de nombreux types de Kesor Kol sauvages sont aujourd’hui gravement menacés.

Selon le ministère, environ 40 % des Kesor Kol sauvages se trouvent dans les montagnes des Cardamomes, 35 % dans les zones côtières, 13 % dans les zones de forêt sèche et 10 % aux confluences du Tonlé Sap et du Mékong. Les 2 % restants se trouvent principalement dans la chaîne de montagnes des Dangrêk et à l’est du Tonlé Sap.

Sources: Lim Nary — AKP & ministère de l'Information