Cambodge & Khmers rouges : Phin Ratha, vivre, fuir et survivre

En collaboration avec le magazine « Searching for the Truth », initié par DCCAM, Cambodge Mag vous propose une série de témoignages bruts de celles et ceux qui ont vécu le régime des Khmers rouges. Aujourd’hui, l’histoire de Buoy Sreng, Phin Ratha, étudiant.

Phin Ratha, vivre, fuir et survivre
Phin Ratha (à droite) , vivre, fuir et survivre

Je suis né dans la province de Takeo, mais pendant le régime de Lon Nol, ma famille a fui au Vietnam parce que mon village n’était pas sûr. Cependant, les autorités vietnamiennes nous ont renvoyés au Cambodge. Nous avons vécu sur le fleuve à Phnom Penh avec beaucoup d’autres réfugiés, et nous dépendions de la Croix-Rouge pour vivre.

Ils nous donnaient du riz, du poisson sec, du savon, du sucre, du lait, des lits, des moustiquaires, des couvertures et des nattes. Ma mère était une femme très intelligente. Chaque fois que l’équipe de la Croix-Rouge venait, elle parlait français avec eux.

Mon père a rejoint la police militaire. En 1974, il a senti que les choses empiraient dans le pays, alors il a prétendu être épileptique pour pouvoir démissionner. Finalement, son patron lui a donné la permission de démissionner.

Le 17 avril 1975, j’ai entendu le bruit des coups de feu et des bombes. Les soldats khmers rouges criaient :

« La population doit quitter la ville dans les trois jours car l’Angkar veut réorganiser la ville. Que les gens ne s’inquiètent pas »

En marchant, ma sœur et moi avions attaché nos mains ensemble car nous craignions d’être séparés. Après trois jours, il y a eu d’autres tirs, alors ma famille a décidé que nous ne pouvions pas retourner à Phnom Penh. Finalement, nous sommes allés dans la province de Takeo.

Notre famille a trouvé refuge dans une maison construite en chaume et en argile. Nous avons réussi à survivre avec le riz que nous avions apporté de chez nous ainsi qu’avec les crabes et les escargots que nous trouvions dans les rizières.

Mais, quand les coopératives ont commencé, toute la nourriture appartenait à l’Angkar et nous ne pouvions manger à notre faim qu’au moment de la récolte. L’Angkar organisait souvent des réunions pour critiquer les habitants sur leur façon de manger. Ils nous avertissaient que toute personne surprise à chercher des escargots ou des légumes serait torturée. Mais j’étais affamé, alors j’ai volé des légumes à plusieurs reprises.

Mes parents travaillaient dans le secteur des fours. J’étais dans une unité mobile pour enfants loin du village et je n’avais le droit de rendre visite à mes parents que tous les trois ou quatre mois. Mon travail consistait à porter des balles de riz jusqu’au champ.

Les enfants plus âgés m’intimidaient et je me battais souvent avec Keh, le chef de l’unité, qui me punissait terriblement, alors je me suis enfui dans la jungle pendant six mois et j’ai mangé des feuilles pour survivre. La nuit, je venais au village et je volais du bois pour pouvoir allumer un feu dans la jungle et cuire des petits poissons. J’étais seul et malheureux dans la jungle, et quand je n’ai plus pu le supporter, je suis rentré au village. Mes parents m’ont renvoyé à l’unité mobile ; s’ils ne l’avaient pas fait, ma famille aurait couru un grand danger. Quand je suis arrivée, Keh m’a puni et m’a prévenu de ne plus jamais m’enfuir.

Un jour, alors que je prenais un peu de repos, j’ai vu un citron dans l’arbre au-dessus de ma tête. Un enfant du quartier m’a dit de cueillir ce citron pour le manger, ce que j’ai fait, puis je me suis essuyé la bouche pour que personne ne le remarque.

Keh m’a ensuite accusé d’avoir volé ses œufs de poule pour les manger la nuit précédente. Il a ordonné à un cadre de me mettre un krama autour du cou et de le tirer jusqu’à ce que je ne puisse plus respirer. Heureusement, les enfants du quartier l’ont supplié de me pardonner, et j’ai été relâché.

Une fois, alors que je transportais du fumier de porc, je suis tombé et tout s’est renversé. Keh a sorti son fouet pour me frapper, et m’a accidentellement touché aux yeux. Je ne pouvais plus voir correctement après cela.

Les cadres ont souvent interrogé notre famille sur notre passé, mais je ne leur ai jamais dit la vérité. Je disais que mon grand-père était fermier, mon père conducteur de taxi et ma mère vendeuse de nénuphars.

L’Angkar demandait souvent :

« Quelqu’un veut-il retourner dans son village natal ? »

Une famille qui avait été notre voisine à Phnom Penh a dit oui, elle voulait absolument rentrer chez elle. Cette famille a disparu ; les villageois ont chuchoté que l’Angkar les avait fait assassiner.

Juste avant 1979, j’ai entendu des bombes et des coups de feu venant de la ville de Takeo. Les cadres khmers rouges chuchotaient qu’une autre guerre allait peut-être commencer.

À 11 heures du matin, j’ai vu de nombreuses voitures blindées le long de la route. Les membres de notre famille ont commencé à fuir les soldats khmers rouges. Par chance, nous avons rencontré des troupes vietnamiennes qui nous ont permis de rentrer chez nous.

Remerciements : Bunthorn Sorn