Cambodge & Jeunes leaders : Pich Caradine, « Servir avec intégrité est ancré dans mon ADN »

En partenariat avec Konrad-Adenauer-Stiftung Cambodia, Cambodge Mag vous propose une série de portraits intitulée « Jeunes leaders et influencers », qui donne la parole à différents jeunes Cambodgiens ambitieux, fiers de leurs pays et prometteurs. Aujourd'hui : Pich Caradine, conseillère du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale.

Pich Caradine, conseillère du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale
Pich Caradine, conseillère du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots et nous parler des réalisations dont vous êtes la plus fière ?

Je suis la fille aînée d’une famille de quatre frères et sœurs. Mon père est un entrepreneur et ma mère est une femme au foyer. J’ai grandi en regardant mon père travailler tête baissée avec ses responsabilités, ses engagements et son dévouement dans ses activités professionnelles ; ces traits de caractère m’ont été transmis et m’ont inspirée à faire de même. Le dévouement de ma mère n’a pas de prix ; elle aussi m’a enseigné la compassion et le sens du devoir envers son entourage, ses obligations et la société au sens large.

Mes parents mettent fortement l’accent sur la valeur de l’éducation et du savoir. J’ai la chance d’avoir reçu une bonne éducation. J’ai obtenu mon diplôme de fin d’études secondaires à la Western International School en 2011, puis j’ai poursuivi mes études de premier cycle et obtenu une licence en sciences politiques et relations internationales à l’université Zaman (actuellement connue sous le nom de Paragon International University) en 2015.

J’ai ensuite reçu une bourse pour poursuivre mon diplôme de troisième cycle (Master) au Royaume-Uni à l’Université de Keele, avec une spécialisation en politique internationale et une autre en dialogue politique, et je suis retournée au Cambodge en 2016.

« Depuis l’université, je me suis rendu compte que le monde extérieur se trouvait immense et je savais que je devais l’explorer davantage, alors je me suis beaucoup impliquée dans diverses activités extrascolaires et œuvres sociales. »

Au début des années 2010, je faisais partie d’un réseau mondial de jeunes appelé AIESEC lorsqu’il a été introduit pour la première fois au Cambodge ; ces projets concernaient principalement l’engagement dans le secteur privé et le développement de compétences non techniques.

Ces projets concernaient aussi l’engagement du secteur privé et le développement de compétences non techniques. Je dirais que cela a été le point de départ de la libération de mon potentiel à bien des égards, notamment en ce qui concerne les compétences en communication, qui m’ont toujours posé un problème en tant que personne introvertie de nature.

Mon parcours professionnel s’est progressivement orienté vers le travail sur les questions sociales lorsque j’ai commencé mon stage de courte durée au Cambodia Center for Human Rights (CCHR) en 2013, pendant la cinquième élection nationale législative.

En plus de cela, j’ai initié et géré différents projets de relations internationales, à la fois au sein de l’université et au-delà, dont certains sont toujours en cours aujourd’hui. L’une des expériences qui m’a ouvert les yeux est celle où j’ai été accepté pour présenter mon article à la 5e Conférence internationale sur l’Asie du Sud-Est (ICONSEA) en 2013 à Kuala Lumpur, en Malaisie. Après cela, j’ai eu l’impression que l’analyse critique et l’expression d’arguments constructifs à l’aide de données concises et d’une pratique de recherche exhaustive allaient être « mon truc » pour les années à venir, c’est-à-dire dans le monde universitaire !

Cette impression s’est ensuite transformée en réalité lorsque j’ai rejoint l’Institut cambodgien pour la coopération et la paix (CICP), un groupe de réflexion réputé en matière de politique étrangère basé à Phnom Penh et disposant d’un vaste réseau dans la région et au-delà. Je l’ai rejoint début 2017 en tant que directrice adjointe et j’ai géré divers portefeuilles et la coordination de projets. Ce rôle m’a exposé au monde réel de la recherche et de l’innovation dans le cadre de la diplomatie de la catégorie II (c’est-à-dire le canal ou les activités non gouvernementales, informelles et non officielles qui mettent l’accent sur les questions secondaires ou qui donnent un élan supplémentaire aux questions thématiques de la catégorie I, la ligne diplomatique officielle). Le rôle de la catégorie II est de fournir une évaluation, des contributions clés, des recommandations et des solutions innovantes qui peuvent donner un nouvel éclairage aux défis auxquels nous sommes confrontés. J’ai pu m’impliquer davantage dans la recherche et les publications lorsque j’ai été promue au poste de chargée de recherche principale de l’Institut en 2018.

Mon travail s’est approfondi lorsque j’ai été nommée coordinatrice du Centre mondial d’études du Mékong (GCMS-Cambodge Center) et mandatée pour mener des recherches universitaires et fournir des recommandations politiques. J’ai également représenté le CICP dans divers réseaux régionaux et plateformes de dialogue. Fin 2019, j’ai ensuite été promue directrice exécutive adjointe du CICP, en charge de la recherche, des publications et de la formation.

L’année 2020 m’a pris par surprise à bien des égards. J’ai reçu la confiance du gouvernement royal du Cambodge et j’ai été nommée conseillère du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MFAIC) en mars 2020, tout au long d’années d’engagement et de reconnaissance du travail. Je suis profondément honorée et je me sens obligée de servir notre nation avec fierté et dévouement dans ce rôle.

Au début de votre carrière, quels ont été vos défis les plus importants ?

Mon expérience professionnelle a commencé lorsque j’étais à l’université avec divers projets et œuvres sociales. Mais le premier emploi à temps plein a débuté après mon retour de l’IJK dans un secteur de l’éducation où j’étais chargée de la coordination des étudiants et de l’engagement du secteur privé. Le défi était d’être perçue comme jeune et considérée comme n’ayant pas l’expérience nécessaire pour occuper un tel poste de direction. J’ai eu du mal à déléguer des tâches et à désigner la bonne personne pour s’occuper du travail.

J’ai toujours essayé de proposer de nouvelles initiatives et idées pour relever les défis actuels, mais ces initiatives n’étaient acceptées qu’à contrecœur, et encore moins poursuivies. Et en raison des efforts peu coopératifs de mes subordonnés et de mon équipe de soutien, j’ai dû faire presque chaque chose de A à Z par moi-même. C’était un énorme défi, mais d’un autre côté, j’ai appris à maîtriser certaines compétences essentielles, même la conception graphique, et à voir comment tout s’intègre pièce par pièce dans l’ensemble du système.

Avec mon passage progressif dans le domaine des relations internationales, je me suis trouvée vulnérable au début. Être une femme et être relativement jeune n’était pas (ou, je devrais dire, n’est pas) une « coexistence » facile. En fait, je dois effectuer beaucoup de travail supplémentaire pour prouver ma capacité à gérer les tâches efficacement, j’ai l’impression de devoir travailler deux fois plus que mes homologues masculins, tant en termes de charge de travail que pour gagner la confiance que je mérite.

« Il y a encore beaucoup de ressentiments à ces moments-là où, pour dire les choses simplement, votre voix n’est pas toujours entendue et prise en compte, mais lorsque vos pairs masculins disent exactement la même chose que vous venez de dire, ils obtiennent la reconnaissance et les idées/propositions sont prises en compte pour un examen plus approfondi, je devrais également mentionner spécifiquement que nous étions à la même table, à la même réunion, au même moment ! »

Le bon leader sait comment diriger par l’exemple, en apportant la stratégie de base et en la reliant à l’équipe.

Au fil des années, quelles leçons précieuses avez-vous apprises de votre expérience ?

La confiance. Ayez confiance et croyez en vous, car si vous ne le faites pas, personne ne le fera. Je me souviens encore de moments où je me sentais si déprimée que mes efforts n’étaient pas reconnus ou appréciés, mais je me suis dit qu’il fallait aller de l’avant quoiqu’il arrive.

La persévérance. Soyez toujours cohérent dans vos objectifs de carrière et vos aspirations. J’ai la chance de savoir assez bien ce que je souhaite le plus dans la vie, quelles sont mes priorités, mes faiblesses, mes projets et mes objectifs, ce que je veux réaliser et ainsi de suite.

Il est en effet important d’établir un plan et d’être logique ! Certaines personnes passent d’une carrière à l’autre et c’est normal si elles ne se sont pas encore trouvées. Mais la persévérance est la clé, car rien ne peut se faire du jour au lendemain et vous devez vous entraîner à garder espoir et à travailler plus dur pour réaliser le rêve auquel vous avez toujours aspiré.

Quelles sont vos valeurs fondamentales et comment vous assurez-vous que votre équipe est en phase avec vos valeurs ?

Effort et professionnalisme. Assurez-vous de toujours donner le meilleur de vous-même, quelles que soient les circonstances. Quelles que soient les contraintes de temps, la pression des pairs ou les ressources limitées, je n’ai jamais donné que la moitié de mes efforts. Je donnais TOUT ou RIEN. J’incite mon équipe à prêter attention aux détails et à viser la perfection.

Pour moi, tout est structurel et systématique — d’une manière ou d’une autre même le fondement de la constitution d’une équipe et de la coordination des personnes et cela nous amène au deuxième point.

Harmonisation. Mettre la bonne personne à la bonne place est tellement important et je ne saurais trop insister sur ce point. Je crois en l’avantage concurrentiel des personnes, en leur spécialisation unique ou en leur expertise distincte. C’est pourquoi il est tout aussi important d’apprendre à connaître les caractéristiques de votre équipe que la nature de l’organisation elle-même. En plaçant votre équipe au bon endroit, vous améliorez sa productivité et stimulez la croissance globale.

Confiance et intégrité. Servir avec intégrité est profondément ancré dans mon ADN. Je crois fermement que sans elle, l’équipe ne serait pas bien alignée, et encore moins en mesure de progresser efficacement. Si vous avez l’intention de jouer le jeu de la politique de bureau, la confiance et la reconnaissance ne vous seront pas accordées.

Quels sont les comportements ou les traits de caractère qui, selon vous, ont un impact négatif sur le leadership ?

La mentalité figée. Lorsque les dirigeants ne sont pas ouverts à de nouvelles perspectives pour résoudre les problèmes persistants, c’est là que les choses risquent de s’effondrer. Les bons dirigeants savent quand entreprendre des réformes et des ajustements. Ils savent quand et comment écouter correctement. Ils savent comment mettre en place une structure bureaucratique claire afin que les tâches soient efficacement assignées et exécutées.

Structure non constructive/bureaucratie. On ne peut pas vraiment éviter la bureaucratie sur un lieu de travail, mais le bon leader sait comment évoluer et se conformer à l’équipe en conséquence. Des affectations désordonnées peuvent également conduire à un désastre et à l’inefficacité du travail.

Manque d’engagement de l’équipe. De même, lorsque la structure n’est pas constructive, la productivité de l’équipe chute également en raison du manque d’engagement et de coordination du travail.

Quelles sont vos stratégies pour inspirer/motiver les autres à devenir des leaders et des influenceurs comme vous ?

Responsabilité, engagement et dévouement. Le bon leader sait comment diriger par l’exemple, en apportant la stratégie de base et en la connectant bien avec l’équipe. Mon approche de la motivation consiste à donner le bon exemple — par une responsabilité structurelle, un engagement profond et un dévouement sincère. Le succès ne se produit pas du jour au lendemain, et votre sincérité est essentielle lorsqu’il s’agit de présenter vos aspirations et vos objectifs à long terme.

Quels sont les plus grands risques que vous avez pris au cours de votre carrière et comment se sont déroulées les choses ?

On m’a offert quelques bourses spéciales pour poursuivre un doctorat, mais je les ai refusées à plusieurs reprises. J’ai toujours eu du mal à choisir entre poursuivre mes études et poursuivre ma carrière. Il s’agit en effet d’un calcul difficile : d’un côté, votre entourage académique vous conseille de poursuivre vos études, de l’autre, votre instinct vous dit que ce n’est peut-être pas nécessaire !

Un autre risque, je pense, a été de refuser quelques offres, simplement parce qu’elles ne correspondaient pas à ma formation, à savoir les relations internationales. C’est à ce moment-là que j’ai rejoint le CICP et j’étais tellement passionnée par ce domaine que je ne voulais pas encore abandonner. Je n’étais pas sûre d’avoir pris la bonne décision à l’époque, mais je ne voulais pas non plus risquer de la perdre ; risque contre risque. Plus de trois ans plus tard, je pense que cette stratégie de couverture s’est avérée payante. J’ai pu m’aligner sur ma passion professionnelle sans avoir à griller les étapes !

Qu’est-ce qui rend la culture cambodgienne unique et comment pensez-vous que le leadership des jeunes Cambodgiens puisse s’épanouir ?

Je pense que la société cambodgienne contemporaine est unique à bien des égards, mais le plus important est le nombre important de jeunes (plus de 65 % de la population), leur dynamisme et leur esprit novateur. La culture cambodgienne de l’intégrité, de la gentillesse et du patriotisme est un atout supplémentaire pour cette population. Diverses initiatives de jeunes témoignent de leur potentiel de leadership, de leur volonté énergique de progresser et, surtout, de l’espoir qu’ils ont toujours eu pour ce pays.

Quel conseil avez-vous pour la jeune génération de Cambodgiens ?

Créez un rêve, ayez un objectif, établissez une stratégie.

Je ne saurais trop insister sur le fait qu’il faut envisager un rêve auquel on pense toujours, quelque chose qui est toujours dans son esprit.

« Il n’y a rien de trop grand ou de trop ambitieux. À partir de là, ayez un objectif clair sur la meilleure façon de réaliser votre rêve en établissant une feuille de route constructive avec des plans précis. »

Je dois également mentionner que l’échec, la déception et le ressentiment ne peuvent être évités en cours de route, mais vous devez vous y préparer. Il peut y avoir beaucoup d’autres choses qui pourraient potentiellement vous tirer vers le bas, mais tant que vous êtes suffisamment déterminé et que vous vous battez pour cela, rien ne pourra abattre la volonté que vous avez.

Le voyage ne sera pas facile, mais tout vaudra la peine à la fin. La vue au sommet est incroyable et vaut tous les efforts !

 

Avec Konrad-Adenauer-Stiftung Cambodia : https://www.kas.de/en/web/kambodscha

Remerciements à Long Chanbormey, Chargée de Programme et Dr Daniel Schmuecking, Directeur pays de Konrad-Adenauer-Stiftung Cambodia.

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône