Cambodge & Jeunes leaders : Neak Sophal, photographe de talent, reconnue et passionnée

En partenariat avec Konrad-Adenauer-Stiftung Cambodia, Cambodge Mag vous propose une série de portraits intitulée « Jeunes leaders et influencers », qui donne la parole à différents jeunes Cambodgiens ambitieux, fiers de leurs pays et prometteurs. Aujourd'hui : Neak Sophal, photographe et directrice artistique

Neak Sophal, photographe de talent, reconnue et passionnée
Neak Sophal, photographe de talent, reconnue et passionnée

Pouvez-vous nous faire brève présentation de votre vie et nous indiquer quelles réalisations vous ont rendue fière ?

Je suis la plus jeune de sept frères et sœurs d’une famille originaire du district de Kirivong, dans la province de Takeo. J’ai passé mon baccalauréat en 2007 et j’ai ensuite obtenu une licence à l’Université royale des beaux-arts en design et communication visuelle. En raison de ma passion pour la photographie, j’ai étudié ce domaine à temps partiel à l’Institut français.

Mes parents et mes frères et sœurs m’ont soutenu pour terminer mes études universitaires, ce qui m’a rendue fière. Plus tard, j’ai pu trouver un emploi qui me plaisait et me permettait de vivre de façon indépendante.

« Aujourd’hui, je suis photographe et graphiste professionnel freelance et j’aime ces deux métiers, car ils requièrent des approches différentes pour créer des œuvres uniques »

L’une de mes œuvres les plus reconnaissables est le portrait conceptuel qui dépeint la vie quotidienne des Cambodgiens, en particulier leur dur labeur. Ces séries de photos ont été sélectionnées et lauréates du festival de l’atelier photo d’Angkor 2013 parmi 30 candidats de pays d’Asie du Sud-Est. Par la suite, j’ai participé à des ateliers, des expositions et des festivals de photo locaux et à l’étranger, ce qui m’a donné l’occasion de voyager et d’apprendre davantage d’autres artistes.

Sophal Neak : Le renouveau de la photographie au Cambodge
Sophal Neak : Le renouveau de la photographie au Cambodge

Au début de votre carrière, quels ont été vos principaux défis ?

Comme je travaillais dans une agence internationale, la barrière de la langue était, inévitablement, quelque chose que je devais améliorer. Après tout, les compétences acquises à l’école ne suffisaient pas pour travailler, et j’ai donc dû faire un difficile travail d’auto-apprentissage et apprendre des autres afin de corriger mes faiblesses.

Dans le domaine de la photographie, où je suis souvent considérée comme une artiste, c’était très difficile, car je ne pouvais pas en retirer un revenu. J’ai essayé jusqu’à ce que je me fasse une certaine réputation, puis mes œuvres ont été exposées dans diverses galeries locales et étrangères.

« Ce que j’essaie de consolider, c’est la recherche et l’apprentissage — la poursuite d’un travail significatif en discutant et en apprenant des artistes plus expérimentés, et en m’impliquant davantage dans les ateliers et les expositions »

En tant que femme, il n’est pas toujours facile de voyager pour prendre des photos dans un endroit calme. Je dois toujours être prudente et vigilante. Je compte sur l’aide d’amis et de parents.

Au fil des ans, quelles leçons précieuses avez-vous apprises dans votre carrière ?

Depuis huit ans que je travaille, je suis passé du statut de designer à celui de directeur artistique. Pour moi, le poste n’est pas important ; ce qui compte, c’est de travailler sérieusement et avec ardeur. Si nous sommes satisfaits de notre travail, alors le client est satisfait de nos services et le patron aussi. Apprendre à travailler en équipe est essentiel pour réussir et lorsque nous travaillons en équipe, nous devons apprendre à partager nos connaissances. En agissant ainsi, l’organisation sera plus performante et les différents membres partageront des intérêts communs.

Sophal-NEAK et KIM-Hak
Sophal-NEAK et KIM-Hak

Quelles sont vos valeurs fondamentales et comment faites-vous pour que votre équipe soit en phase avec vos valeurs ?

Ma valeur fondamentale est l’honnêteté. Bien que les paroles honnêtes soient parfois difficiles à percevoir, elles en valent toujours la peine. Lorsque les personnes qui nous entourent croient en nos paroles et nos actions, elles n’hésitent pas à coopérer et à faire confiance.

Par expérience personnelle, j’ai appliqué le principe d’honnêteté dans mes interactions quotidiennes et je respecte absolument mes promesses. Pour y parvenir, nous avons besoin de temps et de relations solides pour aligner les valeurs avec les personnes qui nous entourent, mais je ne pourrais pas aligner des valeurs avec des personnes que je ne connais pas bien.

Si vous êtes jeune aujourd’hui, s’il vous plaît, utilisez votre temps de manière judicieuse et utile pour vos compatriotes en utilisant votre intelligence et vos capacités pour servir les intérêts communs.

Quels sont les comportements ou les traits de caractère qui, selon vous, ont un impact négatif sur le leadership ?

L’irresponsabilité et la malhonnêteté !

Pour moi, l’irresponsabilité consiste à éviter les responsabilités et les défis en présentant des excuses, à ne pas tirer les leçons des problèmes et à pousser quelqu’un d’autre, en particulier ses subordonnés, à y faire face.

« Ce n’est pas un bon comportement et cela ne mérite aucun respect de la part des gens qui nous entourent »

La malhonnêteté, pour moi, c’est mentir en tout et à tout le monde, y compris à soi-même, à ses amis, à sa famille et à la société.

Quelles sont vos stratégies pour inspirer/motiver les autres à devenir des leaders et des influenceurs comme vous ?

Je ne suis pas encore sûr d’être un bon leader ou une personne qui réussit. Pour moi, afin de socialiser avec des gens, nous devons essayer de comprendre les autres et leurs problèmes, les écouter et raisonner afin de trouver des solutions appropriées. Nous devrions partager nos connaissances avec les jeunes générations et, autant que possible, nous engager dans le travail social pour les intérêts communs.

Oeuvre de @sophalneak.com
Oeuvre de @sophalneak.com

Quels sont les plus grands risques que vous avez pris dans votre carrière et comment se sont-ils révélés ?

La communication est un défi pour moi, car je suis une personne calme, donc moins engagée ou sociable. J’oublie les personnes que j’ai rencontrées et je ne m’intéresse pas aux événements auxquels participent ceux qui parlent affaires. Je n’ai pas encore complètement résolu ces problèmes, mais j’essaie de participer à des événements où je me sens plus en confiance et que je trouve plus agréables, comme des expositions, des ateliers, des spectacles artistiques, etc. Grâce à ces activités, je peux rencontrer des personnes d’horizons divers avec lesquelles je peux discuter de différents sujets.

Qu’est-ce qui rend la culture cambodgienne unique et comment pensez-vous que le leadership des jeunes cambodgiens puisse s’épanouir ?

Bien sûr, aucun pays au monde n’a la même culture. Dans la région, le Cambodge est un pays de grandes civilisations, mais nous avons également été confrontés à d’innombrables problèmes, notamment la guerre civile, le colonialisme et le génocide. À cause de cela, les gens n’ont pas beaucoup d’occasions d’apprendre et d’acquérir des connaissances, car ils sont toujours occupés à rechercher la paix et à trouver de quoi manger.

Quarante ans après le régime de Pol Pot, le Cambodge a commencé à se redresser dans presque tous les secteurs. En raison de la complexité des affaires intérieures dans les années 1980, les guerres civiles en cours ont laissé de nombreuses personnes dans la pauvreté. Par conséquent, à l’époque, très peu de familles pouvaient se permettre d’envoyer leurs enfants à l’école et la qualité de l’enseignement s’avérait plutôt médiocre.

Actuellement, le pays est stable et la plupart des gens, en particulier la jeune génération, ont accès à une éducation de qualité qui leur permet de contribuer au développement social.

« Nous avons la force et l’intelligence de jouer un rôle de leader dans la famille et la société pour atteindre un objectif clair et réussi »

Pour participer pleinement au développement national, les jeunes doivent prendre part aux activités sociales, essayer de comprendre la situation économique et politique du pays, participer à la résolution des problèmes de la communauté et aider les autres membres de la société.

Comme le dit le proverbe khmer, « la pousse de bambou succède au bambou ». Ce proverbe souligne le fait que le peuple khmer valorise vraiment la jeunesse et en dépend. On peut estimer si le pays est prospère en observant la qualité des jeunes d’aujourd’hui ; s’ils sont engagés, bien informés et patriotes, ils peuvent réussir et conduire le pays à accomplir d’excellents objectifs.

Quels conseils auriez-vous pour la jeune génération de Cambodgiens ?

Si vous êtes jeune, s’il vous plaît, passez votre temps avec sagesse et de manière utile pour vos compatriotes en utilisant votre intelligence et vos capacités pour servir les intérêts communs. N’attendez jamais d’être vieux ou le bon moment, car nous ne pouvons pas prévoir le lendemain. Au contraire, nous devons commencer dès maintenant un chemin susceptible d’apporter un changement positif.

Avec Konrad-Adenauer-Stiftung Cambodia : https://www.kas.de/en/web/kambodscha

Remerciements à Long Chanbormey, Chargée de Programme et Dr Daniel Schmuecking, Directeur pays de Konrad-Adenauer-Stiftung Cambodia.