top of page
Ancre 1

Cambodge & Interview : Cyril Girot, nouveau président de la CCIFC, « promouvoir le pays et soutenir la communauté d’affaires »

À l’issue de l’Assemblée Générale Ordinaire de la Chambre de Commerce et d’Industrie France Cambodge (CCIFC) qui s’est déroulée ce mardi soir, c’est le Directeur général de Cambodia Airports (filiale de VINCI Airports au Cambodge), Cyril GIROT, qui est devenu le nouveau président de la CCIFC, succédant ainsi à Soreasmey Ke Bin qui aura effectué deux mandats.

À ses côtés, Sarah Lubeigt, la dynamique patronne de l’entreprise Mintha Care Co, ltd (Bioderma) est devenue vice-présidente tandis que Cindy Nguyen (cadre supérieur de la BRED Cambodia) assurera les fonctions de Secrétaire générale. Nous reviendrons plus en détail sur les membres de ce nouveau bureau et cette élection dans une prochaine édition.

 

Entretien

 

Tout d’abord, félicitations pour votre élection, vous y attendiez-vous, quel est votre ressenti ?

Je tiens tout d’abord à adresser mes remerciements sincères à chacun des candidats pour leur engagement personnel et pour la digne et efficace campagne qu’ils ont tous menée. J’adresse également mes félicitations chaleureuses à chacun des nouveaux administrateurs élus à l’issue de ces élections.

Je voulais remercier l’ensemble des électeurs qui ont fait le choix de voter pour moi au cours de ces élections, mettant ainsi en valeur tant le travail accompli que les perspectives dessinées pour l’action future de la CCIFC. Avec le précédent conseil d’administration, dont le bureau sortant de la CCIFC, nous avons en effet eu à cœur de nous investir, pour mettre en œuvre des actions fortes, vouées à la dynamisation de la communauté d’affaires franco-cambodgienne. Les résultats de ce jour traduisent la reconnaissance de cette action menée depuis plusieurs années. Nos réalisations ont permis de développer la CCIFC et de la conforter dans sa position de référence parmi les chambres de commerce.

« C’est pourquoi je souhaite saluer de façon particulièrement marquée le travail effectué par les précédents conseils d’administration, dont leurs bureaux, en particulier récemment sous l’impulsion du président sortant, Soreasmey Ke Bin. »

Il a été très actif et totalement investi sur ses postes de vice-président (2 mandats) et président (2 mandats) ensuite.

Durant le dernier mandat, nous nous sommes pleinement engagés au bénéfice de la chambre et au service de la communauté d’affaires. L’idée est de poursuivre sur cet élan et de continuer à faire avancer la Chambre. À ce titre, nous aurons à cœur de capitaliser sur le succès de la visite de Samdech Premier ministre en France le mois dernier. Cette dernière a eu une résonance particulière, non seulement en France, mais aussi au Cambodge. Elle a permis de poser un certain nombre de jalons pour le monde économique franco-cambodgien. Ils vont contribuer, dans les mois et années à venir, à amplifier la relation entre les deux pays, sur tous les plans – dont économique. À nous, communauté d’affaires franco-cambodgienne, avec des actions fortes et concrètes, de « surfer » collectivement là-dessus. Notamment avec le prochain Forum des Affaires France Cambodge qui, organisé par la CCIFC et les CCEF, se déroulera en juin 2024.

On dit un peu qu’il y avait une méthode Soreasmey, une méthode forte et impliquée. Y aura-t-il une méthode Cyril, allez-vous continuer dans sa lignée ?

Aux côtés de Soreasmey, j’ai été très engagé dans le précédent bureau, et ai pris pleinement part aux actions mises en œuvre. Aussi, aujourd’hui, l’idée est d’assurer la continuité par rapport à tout ce qu’on a déjà pu mettre en place. Nous avons des axes stratégiques clairs, avec une logique de promotion des échanges commerciaux entre la France et le Cambodge, d’encouragement des investissements bilatéraux sur des projets spécifiques et de soutien au développement des entreprises franco-cambodgiennes.

« En parallèle, je soulignerai aussi le rôle que peuvent avoir les grands groupes français présents au Cambodge, dans le soutien à la communauté d’affaires. Je peux évidemment, d’abord, citer VINCI. »

VINCI est une entreprise du CAC 40 qui est arrivée dans le pays en 1995 pour la gestion des aéroports. Aujourd’hui, VINCI Airports arrive au premier rang des investisseurs occidentaux au Cambodge, avec près d’un milliard de dollars investis dans les infrastructures du pays depuis son arrivée ici. Sa filiale, Cambodia Airports joue un rôle clé dans le développement du Royaume : dans les domaines social et culturel, en plus du développement économique et touristique qu’elle induit et du rôle leader en environnement qu’elle joue. Avec l’apport de nos savoir-faire, englobant nos partenaires, et en nous appuyant sur notre réseau local d’aéroports cambodgiens comme sur notre réseau international de 71 aéroports gérés par VINCI Airports dans le monde, nous contribuons largement au soutien et à la dynamisation de la communauté d’affaires franco-cambodgienne.

J’ai cité VINCI, mais il y a également d’autres grands groupes français implantés dans le Royaume depuis plusieurs années, comme, par exemple et entre autres, ACCOR, TOTAL Energies, la BRED, Bioderma, Legrand, Veritas, Décathlon, etc.

Nous inscrivant dans les actions de la CCIFC, nous tous jouons le rôle de catalyseur de l’activité française au Cambodge et de facilitateur pour les entreprises françaises qui souhaitent investir dans le pays.

Justement, vous êtes aussi conseiller du commerce extérieur de la France (CCE) depuis un certain temps, allez-vous conserver ces deux casquettes ?

Jusqu’à présent, j’avais même trois casquettes : j’étais vice-président de la CCIFC et vice-président de la Chambre européenne de Commerce (Eurocham Cambodia) ; et je suis aussi très investi dans mon rôle de conseiller du commerce extérieur. Je vais conserver ces deux derniers mandats, en complément de la présidence de la CCIFC : je garderai donc bien trois casquettes ! C’est vrai que cela représente un engagement personnel conséquent. S’agissant évidemment d’activités bénévoles, exercées sur le « temps libre », cet investissement personnel, au service de la collectivité, reste toutefois clé. Il fait partie du soutien que nous, qui dirigeons de grandes entreprises, pouvons apporter à la communauté d’affaires.

Les conseillers du commerce extérieur consacrent une partie de leur temps pour des missions qui sont essentielles pour la relation France-Cambodge. Elles bénéficient à la communauté d’affaires en général, et aux entreprises franco-cambodgiennes présentes au Cambodge ou qui ont vocation à s’y installer, en particulier.

« En outre, il est essentiel que nous poursuivions et développions l’implication de la communauté française au sein d’Eurocham. Le chapitre français est le premier en nombre d’adhérents, et fut aussi un des chapitres fondateurs d’Eurocham - aux côtés des deux autres : chapitres allemand et anglais. »

Il est ainsi important que le chapitre français poursuive ce rôle très dynamique qu’il a toujours eu avec et au sein de la Chambre de commerce européenne, depuis son origine jusqu’à aujourd’hui. J’aurai à cœur de continuer à dynamiser cette relation.

Que pensez-vous des élections de ce soir ?

D’une manière générale, je suis très satisfait de la manière avec laquelle ont pu être organisées les élections et de la participation des entreprises votantes (95 % des 118 inscrits). Je tiens à saluer la mobilisation et l’intérêt largement manifestés par les entreprises membres de la CCIFC pour ces élections, ce qui est gage de légitimité pour l’action à venir de la Chambre nouvellement établie.

« Je voulais également souligner le gros travail qui a été mené par l’équipe de la CCIFC pour que ces élections se tiennent dans d’aussi bonnes conditions, et les féliciter à ce titre. »

Je suis également très heureux du conseil d’administration qui a été formé, avec de nombreux domaines d’expertise représentés. Nous avons une bonne représentation de la partie légale avec deux avocats ; et les secteurs hôtellerie, banque, transport, santé, construction et ressources humaines font également partie du panel. Nous avons donc une diversité non seulement dans les expertises, mais également sectorielle. Nous avons également la chance d’avoir un conseil d’administration comme un bureau paritaire, que nous avons réussi à constituer de façon consensuelle et unanime.

Je tiens à ce titre à saluer le sens de l’intérêt collectif que nous avons pu constater durant ces élections.

 

À propos

Le nouveau président, Cyril GIROT, est ingénieur diplômé de l’École Polytechnique et de l’École des Ponts et Chaussées. Il est également titulaire d’un MBA du Collège des Ingénieurs de Paris-Torino-Stuttgart.

Carrière

M. GIROT a commencé sa carrière dans le secteur de l’énergie. Après avoir travaillé pour Marathon Oil à Aberdeen, il a ensuite rejoint Total en tant qu’analyste à la direction de la stratégie à Paris. Basé ensuite à Dubaï, il a officié comme directeur du marketing pour le Moyen-Orient chez Vallourec. Il deviendra ensuite consultant en stratégie industrielle chez Areva, une multinationale française spécialisée dans l’énergie nucléaire et les énergies renouvelables. M. GIROT a fait sa première incursion dans l’industrie aéroportuaire en 2016 lorsqu’il a été nommé DG de l’aéroport de Clermont-Ferrand.

Avant de rejoindre VINCI Airports, M. Girot a assuré chez VINCI la maîtrise d’ouvrage d’une section de 150 km de l’autoroute Moscou–Saint-Pétersbourg et a également participé à celle de l’extension de l’aéroport de Santiago au Chili.

Avant de rejoindre le groupe VINCI, M. Girot a occupé des postes à responsabilité au sein de deux ministères français. D’abord au ministère de l’Énergie entre 2010 et 2012, au sein de la direction générale de l’énergie et du climat, où il a piloté la stratégie de l’État en matière de déchets nucléaires et de démantèlement des sites nucléaires. Ensuite, de 2012 à 2015, au ministère des Transports, il était directeur de l’exploitation des routes nationales et des autoroutes de deux départements autour de Paris.

Depuis 2019, M. GIROT occupait le poste de directeur général d’Aéroports du Grand Ouest, une entité filiale de VINCI Airports qui exploite et gère trois aéroports dans l’ouest de la France (Nantes, Ancenis et Saint-Nazaire), où il a joué un rôle central dans la gestion de la crise COVID puis le (re) développement du trafic.

Nommé Directeur général de Cambodia Airports (filiale de VINCI Airports au Cambodge), Cyril GIROT a pris ses fonctions le 23 août 2022.

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page