top of page
Ancre 1

Cambodge & Insolite : Modèles réduits de maisons khmères par Jiang Hojilang

Une maison en bois avec un toit en tôle se dresse sur des piliers noircis par le charbon de bois, des marchandises sont en vente sur la petite terrasse et plusieurs objets du quotidien sont accrochés aux murs de cette bâtisse rudimentaire.

Une maquette d’une maison khmère rustique réalisée par Jiang Hojilang . Photographie fournie
Une maquette d’une maison khmère rustique réalisée par Jiang Hojilang . Photographie fournie

La maison comporte un étage et est en forme de L. Ce premier étage est entouré de plantes poussant dans des pots en polystyrène. Les signes d’habitation sont partout — un bac à laver, des casseroles, une jarre à eau, des seaux, des paniers pour sécher le poisson.

À première vue, cela ressemble à une maison sur pilotis que l’on trouve dans de nombreux villages du pays. Mais à y regarder de plus près, il s’agit en fait d’un modèle réduit soigneusement conçu et qui met en valeur le talent de son créateur, Jiang Hojilang.

C’est la première création de ce genre de cet architecte de 38 ans, qui construit ces modêles réduit par passion. Amoureux de la nature, Hojilang a commencé par décorer des aquariums avec des plantes.

« Après avoir vu des modèles de maisons comme celle-ci dans les pays voisins, et nourrissant une passion pour les maisons traditionnelles khmères, je me suis dit que s’ils pouvaient en faire, les Cambodgiens le pouvaient aussi. Je veux que les gens découvrent les talents de notre peuple.

« Ce n’est pas le modèle d’une maison particulière. Elle est le fruit de mon imagination après avoir vu ce type de scène à la campagne. J’ai commencé par construire cette maison. Elle fait un demi-mètre de large, plus d’un demi-mètre de haut et presque un mètre de long », explique Hojilang.

Avec son toit en zinc rouillé, ses murs inégaux, ses poissons qui sèchent dans des paniers et son emplacement près d’un ruisseau, le premier modèle qu’il a construit est en fait une « Pteah Kantaing Koun Kat », une maison traditionnelle khmère.

« Je peux construire toutes sortes de maisons modèles selon les commandes des clients, des maisons ordinaires aux maisons et villas traditionnelles, et même des condominiums », explique Hojilang.

Après avoir achevé quelques maisons modèles il y a plus d’un an, les créations de Hojilang ont reçu un bon accueil du public, avec un certain nombre de ventes. Mais bien que celles-ci aient diminué récemment, il compte poursuivre sa passion.

« Pour fabriquer ces maisons miniatures, j’utilise des méthodes de construction réelles, mais à plus petite échelle. En plus de la structure de base et de l’aménagement extérieur, il faut construire les pièces et les équipements intérieurs, notamment les tables et les armoires.

« Il m’a fallu beaucoup de temps pour fixer les panneaux de bambou sur les murs d’une maison, par exemple. Même s’il y a peu de commandes, je vais continuer à fabriquer ces modèles, car c’est une passion. Si les gens veulent les acheter, tant mieux. Mais si ce n’est pas le cas, je continuerai tout de même à les construire », dit-il.

Hojilang ajoute qu’il suit de près l’aspect des vraies maisons rurales, prenant un soin particulier à mélanger la peinture pour trouver la bonne couleur et garantir l’authenticité.

« Je fais très attention à ce que tout soit aussi réaliste que possible, y compris lors de la fabrication de la cuisine, avec le bois de chauffage, la cuisinière et les poêles à frire, jusqu’aux cendres. »

« L’épicerie a également été réalisée avec le plus grand soin et dans les moindres détails. En prenant un peu de temps sur mon travail, il m’a fallu environ deux semaines pour la terminer. J’y ai travaillé tous les jours de 18 heures à 22 heures. »

Hojilang s’est parfois demandé ce que ses amis et collègues de travail pensaient de son passe-temps inhabituel.

« Je collectais des objets utilisables sur mon lieu de travail. Je prenais un ou deux cartons pour fabriquer le toit en zinc, et je me demande si mes collègues pensaient que je les prenais pour les vendre ! Certaines personnes ne savent pas ce que je fais, alors elles se demandent peut-être pourquoi je ramène ces objets jetés à la maison. Ils pourraient me prendre pour un chiffonnier », plaisante-t-il.

Toutes les maisons qu’il fabrique sont téléchargées sur TikTok une fois terminées. Elles sont toutes entièrement meublées et équipées des pièces et des toilettes comme une vraie maison.

Les prix de ces modèles réduits varient en fonction de la taille et des détails, allant de 25 à plus de 300 dollars. La plus petite maison coûte 25 dollars, deux autres plus grandes coûtent 55 dollars chacune, tandis que l’épicerie coûte 150 dollars et la grande maison 325 dollars.

« En ce moment, je construis la structure de base d’une autre grande maison, mais je n’ai pas encore conçu l’intérieur. Quand j’aurai terminé, je la posterai sur TikTok avec les maisons d’autres constructeurs de maisons modèles à l’étranger, comme en Indonésie.»

« Ils font cela depuis longtemps et ont des millions de fans, alors que je viens juste de commencer. Pour l’instant, je n’ai que 13 000 suiveurs sur TikTok.

« Je veux que les gens sachent que nous, les Khmers, pouvons faire cela aussi bien que n’importe qui », conclut-il.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post


Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page