Cambodge & Initiative : Un monde d’apprentissage pour les enfants handicapés du Ratanakiri

Au Cambodge, de nombreux enfants handicapés ne reçoivent pas suffisamment de soutien en matière d’éducation. Une nouvelle formation permet aujourd'hui aux enseignants de fournir une assistance spécialisée et de transformer la vie de ces enfants.

Ratanakiri : « Les très jeunes enfants sont très différents les uns des autres. Ils ont leurs propres capacités et apprennent et jouent différemment les uns des autres. C’est l’une des premières choses que vous réalisez lorsque vous devenez enseignante », explique Morn Sambo, une institutrice de 27 ans travaillant à la maternelle publique de Barkeo, dans la province du Ratanakiri.

« Lorsque vous considérez chaque élève en tant qu’individu, vous pouvez enseigner correctement. Mais quand j’ai commencé, je ne savais pas comment travailler avec des enfants handicapés, ce qui signifiait que je ne pouvais pas les aider autant qu’ils en avaient besoin. Cette formation a tout changé »

La formation à laquelle Mme Morn fait référence est l’éducation inclusive pour la formation préscolaire financée par Australia Nat Com, que Mme Morn a suivi en 2018. Avant de la suivre, Mme Morn savait comment identifier les enfants ayant un handicap physique visible, mais n’avait pas les compétences requises pour détecter les handicaps moins apparents tels que les déficiences visuelles, auditives ou intellectuelles. La formation lui a permis d’acquérir ces compétences et les connaissances nécessaires pour adapter ses techniques d’enseignement et l’environnement d’apprentissage à chaque enfant. « Cela peut être si simple », dit-elle.

Mme Morn fournit un soutien individuel supplémentaire à Chhin Sievchhing
Mme Morn fournit un soutien individuel supplémentaire à Chhin Sievchhing

« Si je pense qu'un enfant a peut-être du mal à lire le tableau, je l’avance pour voir si cela améliore la situation. Cela fonctionnera également pour les enfants qui ont du mal à entendre. Pour les autres élèves ayant des besoins prioritaires, je pourrais avoir besoin de fournir plus de soutien individuel. »

L’une de ces enfants est Chhin Sievchhing, 6 ans : « Elle a toujours été une étudiante qui restait en retrait de la classe et n’aimait pas s’exprimer », se souvient Mme Morn. « Je n’ai pas vraiment cherché à en connaitre les raisons jusqu’à la formation, mais par la suite j’ai commencé à réaliser qu’elle avait des problèmes d’élocution et de mémoire. Elle ne pouvait pas réciter de longues phrases et avait du mal à chanter. Et, bien sûr, tout cela a affecté sa confiance en elle, c’est donc devenu une situation compliquée. J’ai commencé à fournir beaucoup plus de soutien individuel, j’étais plus patiente et cela a vraiment fonctionné »

Sievchhing est d’accord avec sa maîtresse. Avant de commencer à obtenir un soutien supplémentaire, elle ne participait pas à la classe et parlait rarement. « J’aime venir à l’école maintenant », dit-elle, posément et avec fierté. « J’aime beaucoup ma professeure parce qu’elle m’écoute ». Mme Morn a senti qu’elle pouvait percevoir les changements alors que Sievchhing commençait à parler et à apprendre davantage en classe, mais ce n’est que lorsque la grand-mère de la jeune fille est arrivée à l’école qu’elle a réalisé à quel point elle avait progressé. « Sa grand-mère est venue juste pour vous remercier », se souvient Mme Morn, toujours visiblement très touchée.

« Elle a dit qu’elle avait vu de si grands changements dans la personnalité et les capacités de Sievchhing.»

Sievchhing n’est pas la seule enfant vivant avec un handicap à bénéficier des compétences que Mme Morn a acquises grâce à la formation. Thea Pai Ing est une autre élève de six ans qui vit das le même village. Après avoir souffert d’une hémorragie cérébrale massive lorsqu’elle était enfant, Pai Ing a une mobilité extrêmement limitée et éprouve des difficultés à parler.

Thea Pai Ing et sa mère Lang Ing devant l'entreprise familiale
Thea Pai Ing et sa mère Lang Ing devant l'entreprise familiale

« Pendant longtemps, elle n’a pas eu de vie active du tout », se souvient sa mère, Thea Ing Lang. Avec peu d’informations pour l’aider à comprendre les handicaps complexes de Pai Ing, sa mère demeurait préoccupée par son avenir et ne savait pas qu’elle pouvait bénéficier d’un enseignement scolaire. La plupart du temps, Pai était assise sur une chaise à la maison ou dans la petite échoppe de ses parents, ne bougeant ni ne parlant de longues heures durant. « Ensuite, l’école nous a contactés. L’enseignante a dit que Pai Ing devrait y aller et qu’elle veillerait à ce qu’elle reçoive un soutien spécial.»

Heureusement, la famille vit près de l’école, l’emmener là-bas et la ramener s’avérait bien plus simple que pour les parents d’enfants handicapés qui vivent loin de l’école la plus proche. Néanmoins, Pai Ing a eu du mal à apprendre et les résultats ont été difficiles à percevoir pendant longtemps.

« La première année a été très mauvaise en fait, très difficile. Et puis, tout à coup, les choses se sont largement améliorées la deuxième année. Elle a vraiment commencé à apprendre, grâce à son professeur »

Mme Morn soutient Pai de plusieurs façons, physiquement et mentalement. « Parfois, elle tient simplement sa main pour l’aider à écrire quelque chose de simple, car les muscles de la main et des bras de Pai Ing sont faibles » , explique Mme Thea. « Et elle passe du temps à lui parler, lentement et patiemment. Pai Ing n’aimait vraiment pas parler et cela l’a beaucoup aidée. »


Voir comment ce soutien actif a transformé sa vie scolaire a motivé Mme Thea à effectuer quelques changements également la vie familiale de Pai Ing. « Maintenant, je l’encourage à m’aider dans les petites tâches ménagères. Parfois, je l’aide autant qu’elle m’aide, le fait est qu’elle soit active est très positif. » La vie de Pai Ing est aujourd’hui totalement différente par rapport à ce qu’elle était il y a à peine deux ans, et Mme Thea reconnaît le soutien de qualité offert par Mme Morn et l’école.

« Maintenant, je la vois rentrer à la maison et elle veut vraiment étudier. Les maths sont sa matière préférée, elle aime vraiment faire des calculs. Je suis tellement fier d’elle quand je la vois apprendre », conclut-elle.

Par Jaimie Gill & UNICEF. Photographies par Antoine Raab

Versions anglaises et khmères ici