top of page
Ancre 1

Cambodge & Initiative : Heng Sophaneth, « il faut développer l'enseignement pour les autistes »

En tant qu'éducatrice ayant huit ans d'expérience de travail avec des enfants ayant des besoins et des niveaux d'aptitude très différents, Heng Sophaneth travaillait auparavant avec un enfant autiste alors qu'elle était employée dans l'une des plus grandes écoles internationales du Cambodge. Elle vient d'ouvrir une école spécialisée et créé un site de ressources pour ces enfants peut-être un peu oubliés.

Heng Sophaneth, fondatrice de Special Education Cambodia (SEC). Photo fournie
Heng Sophaneth, fondatrice de Special Education Cambodia (SEC). Photo fournie

Cette enseignante de troisième année confie qu'après avoir travaillé avec cet enfant, elle a commencé à comprendre les complexités de cette maladie et a essayé de trouver des moyens d'aider les enfants ayant des besoins spéciaux similaires.

« Son état m'a fait prendre conscience de l'importance d'avoir des qualifications universitaires en matière d'éducation spécialisée. Comprendre ce sujet permettra aux professionnels d'identifier les handicaps et de développer des interventions personnelles adaptées aux besoins d'enfants spécifiques », dit-elle.

Professeur d'anglais ayant obtenu une licence en éducation à l'Institut des langues étrangères (IFL) en 2016, Sophanet a décidé de poursuivre en 2020 un master en éducation spécialisée à l'université de Flinders en Australie.

« L'éducation spécialisée est une matière rare qui n'est pas encore disponible dans les universités cambodgiennes. Le Cambodge recense pourtant de nombreux cas d'autisme en 2023. Cela montre que le secteur de l'éducation spécialisée a besoin de davantage d'enseignants professionnels pour aider ces enfants », explique-t-elle.

Pour Chan Sarin, directeur de la Takhmao Special Education High School et ancien président de la Hands of Hope Community (HHC) créée en 2014, l'éducation spécialisée est un sujet pour lequel le Cambodge a vraiment besoin de plus de ressources humaines.

Sarin, qui annonce plus de 20 000 dans tout le Cambodge, estime que l'éducation spéciale est importante et que le Cambodge ne dispose pas de suffisamment de ressources humaines pour ce travail.

Phok Many, fondatrice de Growing Special Education School, confie que lorsqu'elle a ouvert son école, elle a eu du mal à trouver des ressources professionnelles pour enseigner, mais l'un de ses formateurs a obtenu une maîtrise en Corée du Sud.

Pour Many, qui est également mère d'un enfant autiste, son école bénéficie du soutien de l'association catholique et des contributions des parents.

Elle constate que ceux qui dispensent des formations aux enseignants spécialisés au Cambodge sont encore très peu nombreux et qu'il y a encore très peu de Cambodgiens qui connaissent bien l'éducation spécialisée. Elle précise qu'en fait, la majeure partie de la formation des enseignants à l'hôpital de référence Chey Chumneas, dans la ville de Takhmao, a été dispensée par des étrangers :

« Je pense que c'est encore limité, bien que tout le monde tente d'étudier la sociologie et la psychologie pour ce type d'éducation spéciale. Si l'Université royale de Phnom Penh proposait une maîtrise en éducation spécialisée, ce serait l'occasion de donner l'opportunité à ceux qui ont l'intention d'étudier ce sujet localement.»

La fondatrice de l'école d'éducation spéciale du quartier de Boeung Tumpun continue à enseigner à des enfants autistes et pense qu'il est nécessaire d'intégrer cette matière dans le système éducatif public.

Sophanet a créé le site web Special Education Cambodia SEC pour diffuser et partager des informations avec les parents et les Cambodgiens sur les enfants souffrant de différents handicaps.

Elle se concentre sur la transmission de connaissances par le biais de la formation des enseignants et des parents qui souhaitent étudier l'éducation spéciale, ainsi que sur la fourniture de conseils en ligne et par téléphone, et ceal sans frais.

Sophanet explique qu'elle a créé ce site en raison des nombreux malentendus et du manque d'accès à des informations précises pour les personnes dont les enfants ont des besoins particuliers. Selon elle, certains pensent que les enfants autistes peuvent être traités ou aidés à revenir à la normale en recourant à la médecine traditionnelle, à des rituels, à du lait maternisé ou même à des méthodes simples telles que l'arrêt de l'utilisation d'appareils électroniques, ce qui n'est absolument pas vrai.

«Je pense qu'il est important que je puisse être une source d'information pour les parents et les tuteurs et que je sois rapide et facile à comprendre », dit-elle.

Aujourd'hui, Sophanet a ouvert le centre OrbRom, situé au Borey Peng Huoth à Boeung Snor, afin de fournir des conseils et des services pour le TDAH, la dyslexie ainsi que les troubles du développement et les retards de croissance.

« J'assure également la formation des enseignants des écoles internationales pour les enfants handicapés, je crée des plans d'éducation personnalisés et j'assure le suivi de l'apprentissage »
« J'assure également la formation des enseignants des écoles internationales pour les enfants handicapés, je crée des plans d'éducation personnalisés et j'assure le suivi de l'apprentissage »

En ce qui concerne les difficultés, Sophanet annonce que ce n'est pas si différent des autres emplois, bien que le fait d'être un éducateur spécialisé exige de prêter beaucoup d'attention à ses élèves. Le plus grand défi est de suivre leur énergie infatigable, « ce qui est vraiment épuisant », confie-t-elle.

Titulaire d'une maîtrise, Sophanet souhaite poursuivre des études doctorales afin de sensibiliser la population et d'aider à établir des liens entre la communauté et le gouvernement.

« Ma prochaine ambition est de préparer un doctorat en psychologie dans le domaine du handicap. En même temps, j'aimerais m'impliquer encore plus directement dans le domaine de l'éducation spécialisée. Je souhaite que cette discipline soit conforme aux normes internationales grâce à l'acceptation de la communauté et à une coopération étroite avec le gouvernement », conclut-elle.

Hong Raksmey avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Comments


Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône

Accueil   Économie   Tourisme     Culture     Destination     Gastronomie     Sport   Environnement 

bottom of page