Cambodge & Enseignement : Coiffure réglementaire obligatoire dans les écoles publiques

Tôt le matin, debout en rangs ordonnés, vêtus de chemises blanches impeccables et de pantalons noirs, les élèves regardent le drapeau national s'élever lentement sur le mât. C'est le moment de saluer le drapeau au lycée Hun Sen Khlaing Leu.

Deux élèves se font couper les cheveux dans un style approuvé par l'école au lycée Hun Sen Khlaing Leu dans la province de Preah Sihanouk. Photo fournie
Deux élèves se font couper les cheveux dans un style approuvé par l'école au lycée Hun Sen Khlaing Leu dans la province de Preah Sihanouk. Photo fournie

La scène est bien ordonnée et les élèves semblent disciplinés. Si l’on observe la coiffure de chacun d’entre eux, on constate que tous les garçons ont presque la même coupe de cheveux courte et soignée, et que les filles ont les cheveux attachés de la même manière ordonnée.

Un garçon de 14 ans, Ly Chung An, dont les cheveux sont coupés court et soignés, est en 9e année à l’école, située dans le village 2 de la commune I de la province de Preah Sihanouk. Le jeune garçon déclare qu’il est heureux que l’école exige de lui, ainsi que de tous les autres élèves masculins de la 7e à la 12e année, qu’ils se coupent les cheveux dans le même style.

Chung An pense que les coupes courtes ne sont pas une punition, mais une exigence du directeur « qui assure le bon ordre dans l’école ».

« Auparavant, l’école n’exigeait pas que les garçons aient la même coiffure, mais en juillet dernier, la nouvelle règle a été introduite. La coupe de cheveux aide à me motiver à aimer apprendre, mais les élèves doivent payer 8 000 riels pour la coupe. L’école paie pour ceux qui ne peuvent pas se le permettre », dit-il.

L’un de ses camarades de classe, Hak Vichet Mongkul, exprime une opinion similaire :

« Cette nouvelle exigence est une bonne chose, car nous n’avons pas besoin de penser à changer de coiffure. Mes parents soutiennent également ce règlement. »

Si Vuthy, un enseignant de 9e année, explique que le directeur de l’école a discuté de la décision avec son personnel avant d’introduire la règle. Il précise que la coupe de cheveux courte a pour but d’encourager les élèves à respecter les règles de l’école. Selon lui, la plupart des élèves sont satisfaits de cette décision, même si une petite minorité ne l’est pas.

Il a donc a expliqué à ces derniers qu’une coupe de cheveux courte était appropriée, car ils sont encore à l’école ;

Dans le passé, les enseignants conseillaient aux garçons aux cheveux longs de se faire couper les cheveux, mais ce n’était pas toujours strictement appliqué. Certains élèves avaient encore les cheveux longs, alors l’école a accepté qu’un coiffeur les coupe tous dans le même style. Si un élève a un accident, l’école obtiendra rapidement l’information, car la police le reconnaîtra instantanément comme un élève du lycée Hun Sen Khlaing Leu », dit-il.

« Après la fin des verrouillages, tous les élèves sont retournés à l’école, mais leur discipline laissait à désirer », ajoute-t-il.

Sok Linda, dont la fille est en 9e année, soutient cette mesure. Elle précise que si l’école a des exigences en matière de coupe de cheveux, sa fille doit les respecter. Elle a demandé au directeur de l’école d’exiger de toutes les élèves de sexe féminin qu’elles attachent leurs cheveux haut et portent des rubans rouges ou bleus.

« Si ma fille refuse de suivre le règlement de l’école, faites-le-moi savoir et je l’emmènerai se faire couper les cheveux. Je lui ai dit de suivre les règles, car elles sont établies pour son bien », déclare-t-elle.

Cependant, selon Linda, lorsqu’elle va chercher sa fille à l’école, elle voit souvent certaines étudiantes avec les cheveux lâchés ou portant du rouge à lèvres rouge vif, « ce qui les fait ressembler à des vampires ».

« Certaines d’entre elles ont des tatouages sur les mains ou les jambes, ce qui n’est pas approprié pour une élève. Certains étudiants masculins portent même des boucles d’oreilles. Ils conduisent souvent à contresens dans la rue lorsqu’ils quittent l’école », ajoute-t-elle.

« L’école a mis en place un groupe Telegram pour communiquer avec les parents. J’ai entendu le message vocal d’une mère disant à un enseignant de discipliner ses enfants, car elle est occupée à travailler. J’ai été déçue quand j’ai entendu cela, car si elle ne peut pas discipliner ses propres enfants, comment un enseignant avec des centaines d’élèves le pourrait-il ? Elle se consacre manifestement à gagner de l’argent pour faire vivre ses enfants, mais n’a pas le temps de s’occuper d’eux. Je ne passe pas ma vie à gagner de l’argent pour mes enfants, mais je gagne suffisamment pour les envoyer à l’école afin qu’ils acquièrent les connaissances dont ils auront besoin pour subvenir à leurs besoins dans le futur », s’exclame-t-elle.

Sieng Rim, directeur du lycée, explique que deux à trois mois avant d’appliquer la règle, il avait informé les parents et les tuteurs. Dans le même temps, il a consulté les enseignants :

« Depuis l’épidémie de Covid-19, nos élèves étudiaient en ligne depuis chez eux. Lorsque les élèves ont repris l’étude en classe, la moralité de certains d’entre eux avait diminué. J’ai décidé que nous devions renforcer leur discipline pour qu’ils se respectent et respectent les autres. Lorsque les élèves respecteront le règlement intérieur de l’école, ils s’appliqueront à étudier davantage », a-t-il déclaré.

« L’introduction des nouvelles coupes de cheveux a été un peu difficile au début, et nous avons également reçu des critiques de certains parents. Je voulais que les élèves aient une bonne discipline, alors nous avons continué. Ils s’habitueront bientôt à leurs cheveux courts. »

Le directeur précise que le nouveau système fonctionnera mieux à partir du mois d’août, lorsque l’école aura son propre coiffeur. Au début, l’école en embauchait un de l’extérieur, qui facturait 8 000 riels par coupe. Le coiffeur à plein temps de l’école ne facturera que 6 000 riels. L’école paiera pour les élèves pauvres.

Pour la directrice du département de l’éducation de la province de Preah Sihanouk, Ouch Sophea, les élèves sont tenus de respecter le règlement de l’école. Une coiffure désignée était également un bon moyen de discipliner les élèves « gangsters » qui se teignent les cheveux ou les portent longs et désordonnés.

« Les élèves qui étudient sérieusement et respectent la discipline ne se soucient pas de leurs cheveux ; l’important est de se concentrer sur les études. La discipline est nécessaire pour acquérir les connaissances et l’attitude dont ils auront besoin pour devenir de bons citoyens », déclare-t-elle.

Ros Soveacha, porte-parole du ministère de l’Éducation, de la Jeunesse et des Sports, a déclaré à nos partenaires du Post que la qualité de la gestion des établissements d’enseignement avait un effet considérable sur la qualité de l’éducation dans tout le Cambodge.

Il rappelle que la loi sur l’éducation stipule le respect de l’éthique et celui des règles internes. Les élèves doivent adhérer au règlement intérieur des établissements d’enseignement, aux valeurs d’équité entre les sexes et respecter les droits des autres.

« Les enseignants jouent un rôle important dans la promotion de la moralité et du respect du règlement intérieur. Grâce à leur enseignement, ils fournissent aux étudiants les compétences dont ils auront besoin pour participer au développement de l’économie cambodgienne », conclut-il.

Kim Sarom avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône