Cambodge & Destination : La cascade inexplorée d'Oryas

La cascade d’Oryas, dans la province du Ratanakiri, est l’un des rares endroits du royaume à être resté intact et quasiment inexploré. Pourtant, elle a le potentiel de stimuler l’écotourisme pour deux des minorités ethniques de la province.

Situées dans le village de Lam Av du district de Veun Sai, ces chutes tombent de 40 mètres dans la rivière Sesan. Photo Yousos Apdoulrashim
Situées dans le village de Lam Av du district de Veun Sai, ces chutes tombent de 40 mètres dans la rivière Sesan. Photo Yousos Apdoulrashim

Situées précisément dans le village de Lam Av de la commune de Koh Pang, dans le district de Veun Sai, ces chutes magnifiques tombent en cascade de 40 mètres dans la rivière Sesan.

Outre la visite de la cascade, les touristes peuvent profiter d’un voyage de plusieurs jours comprenant une promenade en bateau, un trek et la visite d’un village.

Spécialisé dans les treks dans la jungle et les excursions d’une demi-journée dans la province, le cofondateur de « Green Jungle Trekking Tours-Cambodia », Om Rithy, 35 ans, a créé de nombreux circuits personnalisés pour les clients prêts à l’aventure.

« Normalement, nous avons trois ou quatre guides pour les touristes - un qui parle anglais, deux guides venant des minorités et un autre qui fait office d’assistant.

« Les touristes peuvent consacrer un ou deux jours au trekking jusqu’à la cascade d’Oryas à Koh Pang », explique Rithy.

Chab Vael, 27 ans, issu de la minorité Kachak, est l’un des guides locaux du village. Vael emmène les touristes en bateau pour s’aventurer le long de la rivière Sesan, en accostant à la commune de Koh Peak. Ils s’engagent ensuite pour une randonnée de trois heures à travers la forêt de Koh Pang avant d’apercevoir la cascade d’Oryas.

Outre la visite des chutes, les touristes peuvent profiter d'un voyage de plusieurs jours comprenant une promenade en bateau, un trekking et la visite d'un village. Photo Yousos Apdoulrashim
Outre la visite des chutes, les touristes peuvent profiter d'un voyage de plusieurs jours comprenant une promenade en bateau, un trekking et la visite d'un village. Photo Yousos Apdoulrashim

« Les touristes passent une heure en voiture depuis le district de Banlung pour atteindre le quai. Je les emmène ensuite faire un tour en bateau le long de la rivière Sesan pendant environ une heure jusqu’à l’extrémité de la commune de Koh Peak. Ensuite, nous marchons pendant trois heures », explique Vael.

À terre, les touristes sont accueillis par les populations locales proches des rizières du village de Tumpoun à Koh Peak. Vael, qui s’est marié à 17 ans, raconte :

« La plupart des Kachak sont des agriculteurs et certains d’entre eux gagnent leur vie en transportant les touristes et en vendant de la nourriture. »

Sur le chemin de la forêt, les randonneurs passent une heure à marcher dans le village de Tumpoun. En passant, Vael n’oublie pas de les laisser s’imprégner du paysage et d’observer le mode de vie des minorités.

Après deux heures de marche dans la forêt, le grondement de la cascade commence à se faire entendre. On aperçoit également une énorme cabane en bois, où les visiteurs peuvent se détendre et prendre un repas avant de se rendre enfin aux cascades de Koh Pang.

Vers trois heures de l’après-midi, un couple allemand arrive avec un guide local pour se reposer après une longue randonnée. Le touriste raconte que sa femme et lui n’avaient jamais visité le pays auparavant, mais que le couple effectue actuellement un circuit de quatre semaines au Cambodge.

« Nous avons voyagé de Hô Chi Minh-Ville à Phnom Penh, et visité les provinces de Kampot, Kampong Chhnang, Battambang, Siem Reap, Kampong Thom, Kratie, Stung Treng et enfin le Ratanakiri. Puis nous continuerons vers le Laos.

« Nous aimons le trekking. Nous allons passer une nuit dans cette jungle. Nous ne sommes pas si fatigués que ça, car nous avons déjà fait du trekking en Allemagne ».

Au village de Lam Av, Sak Kar, 37 ans, gardien du village, attend les touristes. « Au départ, nous demandions 20 000 riels pour chaque personne qui souhaitait visiter la région, mais nous avons changé ce montant à 10 000 riels à la suggestion de notre agent touristique. »

Avec 270 villageois, il consacre un peu de temps à nettoyer la zone et à la surveiller pour assurer la sécurité des touristes.

« Parfois, il n’y a pas de clients du tout et certains jours, nous ne gagnons qu’entre 20 000 et 30 000 riels. Les bons jours et pendant la haute saison, nous recevons environ 20 à 30 personnes », explique Kar, qui passe surtout son temps à la cascade.

Après avoir profité de la baignade dans la rivière et pris des photos à la cascade d’Oryas, Vael, les touristes effectuent une autre randonnée de trois heures sur le chemin du retour vers le village de Tumpuon où ils ont la possibilité de visiter le village.

« La visite coûte 5 000 riels par personne. Pour mon service de guide, je demande 15 dollars ; ils me paient 25 dollars pour la location du bateau », explique Vael.

Bien que les populations des communes de Koh Pang et Koh Peak puissent bénéficier de l’afflux de touristes, l’écotourisme est en baisse ces dernières années :

« Le nombre de touristes locaux et internationaux a beaucoup diminué, surtout pendant la haute saison de janvier à février. Les touristes étrangers fréquentent davantage la région que les locaux », conclut Rithy.

Pour plus de détails, visiter la page Facebook de Green Jungle Trekking Tours ou appeler le 088 454 6466.

Raksmey Hong avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône