Cambodge & Culture : Préserver la tradition des manuscrits en feuilles de palmier

Souhaitant préserver la culture et la tradition khmères, un ancien moine qui maîtrise l'art des manuscrits en feuilles de palmier en a fait un métier à plein temps.

Lorth Loeng accepte également les demandes personnalisées pour inscrire des textes et des phrases modernes, notamment des souhaits d'anniversaire et des vœux. Photo fournie
Lorth Loeng accepte également les demandes personnalisées pour inscrire des textes et des phrases modernes, notamment des souhaits d'anniversaire et des vœux. Photo fournie

À l’âge de 15 ans, Lorth Loeng, qui en a aujourd’hui 39, est entré dans les ordres. En 2001 — un an après avoir commencé à porter la robe jaune — il a commencé à maîtriser le métier dans une pagode de la province de Siem Reap.

Après avoir quitté la vie monastique, Loeng s’est marié et a maintenant trois filles. Il vit dans le village de Samrong à Siem Reap, dans la commune de Leang Dai, district d’Angkor Thom. Sa fascination d’enfant pour l’art ancien de l’inscription des manuscrits s’est transformée en une entreprise qui assure la vie quotidienne de sa famille.

« Mon épouse vend des balais fabriqués à partir d’herbes et de fruits sauvages tandis que je travaille sur des manuscrits en feuilles de palmier. Mes trois filles, grâce à la pratique et à mes conseils, acquièrent peu à peu ce savoir-faire. L’une d’entre elles fait partie de mes dix élèves. Je peux inscrire cinq à six feuilles de palmier qui contiennent environ cinq rangées de texte. Les feuilles existent en trois tailles différentes, découpées en bandes rectangulaires. Chaque feuille est vendue 15 000 riels, mais elle est parfois vendue moins cher, car la plupart des acheteurs ne sont pas riches. Ils l’achètent en raison de leur amour pour l’art, la culture et la littérature khmers », explique Loeng.

La plupart des acheteurs de Loeng sont des moines, des personnes âgées qui pratiquent strictement le bouddhisme, ou des personnes qui ont été moines. Si certains en ont besoin pour faire une offrande aux pagodes, d’autres achètent les manuscrits par simple respect de cette tradition artisanale.

« La plupart du temps, on me demande de réaliser une série complète de manuscrits en feuilles de palmier d’une histoire spécifique choisie par le client. Cela me prend environ deux à trois mois pour terminer, avec environ 400 feuilles au total », dit-il.
Les feuilles de palmier séchées sont traitées à la fumée pendant quelques jours avant d'être suffisamment résistantes pour être utilisées dans la fabrication des manuscrits. Photo fournie
Les feuilles de palmier séchées sont traitées à la fumée pendant quelques jours avant d'être suffisamment résistantes pour être utilisées dans la fabrication des manuscrits. Photo fournie

Le métier de scribe sur feuilles de palmier comporte plusieurs difficultés. D'une part, ce n'est pas exactement une recette pour la gloire ou la fortune. D'autre part, il s'agit d'un processus compliqué qui exige beaucoup de compétences et de patience. Il faut environ un mois et quelques étapes avant que les feuilles soient suffisamment sèches et solides pour être écrites.

« Un type de feuille de palmier appelé Sloek Rith doit être fraîchement coupé. Les arbres se trouvent en abondance dans le district de Chhaeb, dans la province de Preah Vihear. Les feuilles doivent être coupées en morceaux de la même taille, puis séchées pendant un mois entier. Elles doivent également être traitées à la fumée pendant quelques jours avant de devenir suffisamment résistantes pour passer sous la lame », explique Loeng.

Lorth Loeng
Lorth Loeng

On pense que la fabrication des manuscrits en feuilles de palmier a commencé en Inde et en Asie du Sud-Est vers le Ve siècle avant J.-C. Au Cambodge, les manuscrits en feuilles de palmier étaient destinés à l’inscription du « Tripitaka » — également appelé Preah Trai Bekdok en khmer — qui sont des textes sacrés bouddhistes contenant les enseignements de Bouddha.

Lorth Loeng accepte également les demandes personnalisées d’inscription de textes et de phrases modernes, notamment des souhaits d’anniversaire et des vœux. Malgré ses efforts pour moderniser les manuscrits en feuilles de palmier et en étendre le marché, Lorth Loeng craint d’être l’un des seuls à lutter pour perpétuer cet artisanat.

« D’après ce que je sais, aujourd’hui, dans le district d’Angkor Thom, il n’y a que trois ou quatre personnes, dont moi, qui possèdent les compétences nécessaires à la fabrication de manuscrits en feuilles de palmier. Dans ma commune, Leang Dai, presque personne ne fabrique de manuscrits en feuilles de palmier. Seule ma famille perpétue encore la tradition », explique Loeng.

C’est pourquoi il avait demandé l’aide du gouvernement avant la pandémie pour préserver cette tradition khmère.

« J’ai demandé le soutien des ministères et départements concernés afin qu’ensemble, nous puissions trouver le moyen le plus encourageant de préserver notre héritage, notre culture et notre littérature. Espérons que ce patrimoine immatériel perdurera », explique-t-il.

Il existe environ 4 000 séries de manuscrits sur feuilles de palmier à la pagode Saravoan Techo, 2 000 autres au Musée national et 2 500 à la Bibliothèque nationale. De nombreux autres se trouvent à l’Université royale de Phnom Penh et dans les pagodes du pays.

Mech Khoeun, représentant d’un groupe de préservation des documents anciens dans l’une des bibliothèques locales, s’est également dit préoccupé par la perte des manuscrits khmers à feuilles de palmier, en particulier ceux contenant des documents historiques et éducatifs :

« Je pense qu’il est très important pour le développement de notre pays de ne pas oublier le passé. Les manuscrits sur feuilles de palmier contiennent beaucoup d’informations intéressantes sur nos ancêtres, comme la façon dont ils vivaient. Ils constituent une grande référence pour notre littérature. »

Connaissant l’importance de l’inscription sur feuille de palmier, Loeng tient absolument à transmettre le métier à ses enfants. En plus d’en vivre, je consacre mon temps libre à transmettre le savoir-faire à des enfants passionnés par cet art. Aujourd’hui, j’enseigne gratuitement à une dizaine d’entre eux. Parmi eux se trouve ma fille de 11 ans, la seule fille de la classe », conclut Loeng.

Pann Rethea avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Mots-clés :

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône