Cambodge & Culture : La famille Soum, orfèvres talentueux et lignée royale

Leurs sculptures en cuivre et en argent sont parmi les plus connues du pays, comme la statue du patriarche suprême Chuon Nath, les parasols royaux à étages Chatra, le stupa Sakyamuni de la colline Phnom Oudong, également connu sous le nom de Phnom Preah Reach Troap, et les logos du ministère de l’Intérieur et du Parti du peuple cambodgien.

Le regretté Soum Sinoeum dans son atelier à Phnom Penh avant sa mort en 2019. Photographie fournie
Le regretté Soum Sinoeum dans son atelier à Phnom Penh avant sa mort en 2019. Photographie fournie

Ce sont toutes des sculptures luxueuses qui présentent des détails étonnants, mais malgré la popularité de leur travail, le public ne connaît pas vraiment les visages et les noms de la famille Soum.

Le travail du cuivre, de l’argent et de l’or est une entreprise familiale depuis trois générations dans la famille de Soum Sira, qui compte aujourd’hui 12 employés, tous des artisans qualifiés qui ont appris de son père et de son grand-père.

Sira a hérité l’entreprise de son père Soum Sinoeum, un ancien professeur de sculpture qui est décédé en 2019 à l’âge de 58 ans après plus de 30 ans dans cette activité. Son grand-père Soum Samay, décédé en 2011 à l’âge de 88 ans, était un descendant de la famille royale sous le règne du roi Sisowath.

Ayant étudié auprès de son père dès son plus jeune âge, Sira, aujourd’hui âgé de 33 ans, montre autant de talent que son père et son grand-père avant lui.

Sira retrace l’histoire de l’entreprise, expliquant que son grand-père était l’instigateur de la faculté des arts visuels de l’Université royale des beaux-arts (RUFA) :

« Il était auparavant fonctionnaire au Palais Royal, et était habile dans les domaines du cuivre, de l’argent et de l’or. À la demande des étudiants de l’époque, il avait créé un atelier à l’université pour enseigner la sculpture sur métaux précieux. Plus tard, il a demandé au ministère de la Culture et des beaux-arts d’introduire un département complet d’arts visuels ».

Le père de Sira fut l’ancien directeur de la bibliothèque et professeur de sculpture sur métal à l’école secondaire des beaux-arts.

Soum Sinoeum pose avec l'une de ses œuvres d'art. Photographie fournie
Soum Sinoeum pose avec l'une de ses œuvres d'art. Photographie fournie

Bien que son travail ne soit pas bien commercialisé, il ne se plaint pas.

« Faire vivre ma famille en tant qu’orfèvre n’est pas un problème. Nous vivons assez décemment, sans aucun problème. Aujourd’hui, nous n’avons pas assez de temps pour terminer notre travail, car il y a tellement de commandes qui arrivent. La plupart de nos clients travaillent avec l’entreprise depuis l’époque de mon grand-père, et nous avons une excellente réputation. Nous recevons notamment des commandes des plus hauts dirigeants du pays, dont le Premier ministre Hun Sen, le et ministre de l’Intérieur Sar Kheng et des hauts fonctionnaires de presque toutes les institutions », confie-t-il.

« Les petites sculptures prennent au moins une semaine, mais en moyenne, un mois à six semaines. Certaines grandes pièces peuvent prendre trois ou quatre mois. Les prix commencent à environ 800 dollars. Nous facturons généralement au mètre carré, mais cela dépend aussi du niveau de détail que le client exige. S’il a besoin de fleurs ornées ou de répliques complexes, nous facturons en conséquence », ajoute-t-il.

Illustre famille

Son grand-père s’appelait à l’origine Nol, ou Prince Nol. Né en 1923, il était le fils unique du roi Sisowath et de la princesse Khieu Van Cheaneadka. Plus tard, sa mère a choisi de vivre en dehors du palais et il a étudié au DUDA de Lacre et au Wat Saravan Techo à Phnom Penh.

À l’âge de 14 ans, son grand-père étudie la sculpture sur bois, il est alors l’un des premiers élèves de l’École des Beaux-Arts, avec George Groslier comme directeur de l’école. À 18 ans, il est temps de passer l’examen, mais il n’a pas les documents requis. Sa mère demande l’aide d’un certain Soum pour l’inscrire à l’état civil. Il prend le nom de l’homme, avec le prénom Samay.

Soum Samay termine l’examen à la première place et est félicité par le gouverneur général français d’Indochine qui lui décerne une médaille. À l’âge de 20 ans, il épouse Nov Nem. Ils auront 19 enfants, 13 garçons et 6 filles.

Avant la période des Khmers rouges, Samay a occupé divers postes au sein de l’État, notamment en tant que président de la Commission du festival national traditionnel, de la cérémonie de commémoration, de la Commission Veal Preah Meru et du Comité de construction du Stupa Sakyamuni.

Il a également été vice-président de l’Association des entreprises khmères et de la Commission d’inspection du patrimoine national.

Après 1979, il est devenu professeur à la faculté des arts visuels. En outre, il a été honoré par le roi et a reçu le titre de « Broser Hattha Chamnan » en tant qu’artisan de la couronne de Sa Majesté le roi Norodom Sihamoni.

Pann Rethea avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône