Cambodge & Culture : L'angkuoch ou guimbarde khmère, cet instrument précieux à préserver

Son Soeun et son ami de toujours Bin Song ont plus de soixante-dix ans, mais ils peuvent encore jouer d’un instrument de musique rare appelé angkuoch et le pratiquent souvent ensemble.

Maître Son Soeun (à gauche) et Maître Bin Song (à droite) sont des amis de longue date, tous deux musiciens et fabricants d’angkuoch. Photo fournie
Maître Son Soeun (à gauche) et Maître Bin Song (à droite) sont des amis de longue date, tous deux musiciens et fabricants d’angkuoch. Photo fournie

Ces deux vieux briscards se souviennent de l’époque où de nombreux garçons de leur âge gardaient un angkuoch dans leur poche pour se distraire pendant qu’ils travaillaient dans les champs.

De plus, pour leur génération et la culture de leur minorité ethnique, jouer des airs romantiques sur l’instrument pour les jeunes femmes qu’ils tentaient de courtiser était une sorte de rite de passage à l’âge adulte.

« Quand j’étais célibataire, je me rendais la nuit chez les filles qui me plaisaient. Lorsque j’arrivais chez ma petite amie — si elle dormait déjà — je jouais de mon angkuoch pour la réveiller. Si je continuais à jouer, elle se réveillait et venait me rejoindre », se souvient Soeun, 79 ans, en souriant.

Son ami Song se souvient encore des paroles des chansons folkloriques qu’il chantait lorsqu’il était accompagné par quelqu’un jouant de l’angkuoch :

« Sur la rive du vieil étang, j’étais en train de pêcher/ Passe-moi l’alcool de riz, je vais bien danser/ Il me restait un hameçon, alors je l’ai attaché/ J’ai attrapé un crocodile, il m’a mordu - maintenant mon pantalon est à moitié perdu/ Mesdames, recousez ces chiffons que le vieux crocodile a déchiquetés/ Et si vous êtes une beauté, nous nous marierons », murmure sa voix grinçante.

Pendant les vingt premières années de sa vie, Soeun a grandi dans le village de Preah Ko, dans la province de Siem Reap, aux côtés de Song, qui, en plus de ses talents de chanteur, est devenu plus tard un habile artisan de l’angkuoch.

Maître Bin Song, un fabricant d’angkuoch de Siem Reap. Photo fournie
Maître Bin Song, un fabricant d’angkuoch de Siem Reap. Photo fournie

« Je suis très heureux de pouvoir partager mes connaissances sur l’angkuoch avec d’autres personnes. Quand je peux montrer comment on fabrique l’angkuoch, je suis très enthousiaste. Extrêmement enthousiaste ! Je suis heureux de ce projet parce que je pense que l’équipe de recherche va diffuser largement cette information et permettre à beaucoup d’autres d’en savoir bien plus sur cette tradition », dit Song.

Bien plus que de simples instruments

Les angkuoch sont plus que de simples instruments vendus aux touristes dans les temples d’Angkor tout proches. Ils font partie d’une tradition musicale qui est imbriquée dans la culture khmère depuis des siècles, voire des millénaires, même s’ils sont rarement joués à l’époque moderne.

Heureusement, de nombreuses informations sur l’angkuoch, sa fabrication et son utilisation ont déjà été préservées par des chercheurs qui ont documenté divers aspects liés à l’utilisation de l’angkuoch dans la culture khmère et ont publié un livre à ce sujet afin de préserver la connaissance de cet important élément du patrimoine culturel.

L’angkuoch est fondamentalement identique aux instruments communément appelés « harpes juives » dans certaines parties du monde, bien qu’ils ne soient pas originaires de la culture juive et n’y aient aucune signification.

L’instrument est ancien et se retrouve dans de nombreuses cultures à travers le monde, mais les historiens pensent qu’il est probablement originaire de Chine. Il existe un dessin qui semble représenter une personne en train d’en jouer, datant du troisième siècle avant Jésus-Christ, et des instruments primitifs ont été découverts dans des fouilles archéologiques en Chine, remontant à 1800 avant Jésus-Christ.

En d’autres termes, il y a près de 4 000 ans, des musiciens chinois jouaient d’un instrument similaire à l’angkuoch d’aujourd’hui.

Au fur et à mesure que l’instrument s’est répandu dans le monde, il a reçu divers noms - guimbarde, vargan, mouth harp, gewgaw, guimbarde, khomus, Ozark harp, Berimbau de boca et murchunga - sont quelques-unes des appellations les plus connues.

La famille de Maître Mong Koeuy, un célèbre fabricant d’angkuoch. Photo fournie
La famille de Maître Mong Koeuy, un célèbre fabricant d’angkuoch. Photo fournie

L’angkuoch fait partie de la famille des instruments lamellophones, ce qui signifie qu’il produit du son à l’aide d’une fine plaque vibrante appelée lamelle ou langue, qui est fixée à une extrémité et dont l’autre est libre.

Les pratiques culturelles et les traditions cambodgiennes centrées sur l’angkuoch ont aujourd’hui besoin d’être préservées et sauvegardées en raison de la perte de connaissances culturelles qui s’est généralement produite pendant la période des Khmers rouges et des évolutions sociales et culturelles ultérieures de la société cambodgienne.

Aujourd’hui, il ne reste que quelques personnes au Cambodge qui savent jouer de l’angkuoch et encore moins qui savent le fabriquer.

En Sormanak, coordinateur du programme de développement artistique de Cambodian Living Arts (CLA), a déclaré au Post que son organisation menait des recherches dans le but de préserver les connaissances culturelles de l’angkuoch pour « le bénéfice et le plaisir des générations actuelles et futures ».

« Le résultat de nos recherches sur l’angkuouch a été présenté lors d’une réunion à laquelle ont participé le CLA, l’Université Griffith d’Australie, l’UNESCO-Cambodge, le ministère de la Culture et des Beaux-Arts et la poignée de fabricants d’angkuouch restants de la province de Siem Reap », explique-t-il.

L’équipe de recherche et de documentation a découvert que feu Maître Mong Koeuy était le plus célèbre fabricant d’angkuouch en bambou de Siem Reap et que l’un de ses instruments de musique était exposé au British Museum de Londres, mais qu’il était attribué à un « artisan inconnu », du moins jusqu’à ce que les chercheurs rencontrent la famille de Koeuy.

Ils ont montré la photo des instruments du British Museum à l'épouse de Koeuy, Lav Mech, à la fille de Koeuy, Leakhena, et à son fils, Reatha.

Ils ont tous été ébranlés de voir que les nombreuses caractéristiques reconnaissables des instruments de leur père étaient toutes présentes dans la pièce du musée, qui ressemblait à ceux qu’il avait vendus en grand nombre pendant de nombreuses années aux musiciens locaux et aux touristes étrangers.

Krak Chi, un fabricant d’angkuoch de Siem Reap. Photo fournie
Krak Chi, un fabricant d’angkuoch de Siem Reap. Photo fournie

« Quand j’ai vu cette photo de l’angkuoch du British Museum pour la première fois, j’étais très excité. Je ne savais pas que le travail de mon père avait reçu un tel honneur à l’étranger. Même au niveau local, certaines personnes n’en ont même pas entendu parler, alors je ne pensais pas qu’il était très prisé ou apprécié. En voyant cet angkuoch, il me manque. Pour ma famille, l’angkuoch symbolise mon père avant tout », a déclaré Leakhena aux chercheurs.

Afin de contribuer à la préservation du patrimoine culturel cambodgien dans ce domaine, le projet de recherche sur l’angkuoch a ensuite été financé par le programme de connaissance des matériaux menacés du British Museum pour documenter l’angkuoch et les méthodes utilisées pour le fabriquer et le jouer auprès des quelques personnes qui le connaissent encore et qui vivent dans la province de Siem Reap.

Et, bien sûr, Maître Mong Koeuy a reçu son dû sur l’affiche de l’exposition en tant qu’homme qui a fabriqué l’angkuoch exposé au British Museum — un petit monument en l'honneur de ses talents, mais un monument qui est permanent et qui fait partie d’une institution au service du public comme l’une des plus grandes collections d’objets du monde qui — pris ensemble — racontent l’histoire de la civilisation humaine et de l’histoire.

Song Seng, directeur du Heritage Hub du CLA, explique que l’étude de l’équipe de recherche a révélé qu’il existait deux types d’angkuoch communs au Cambodge : Angkuoch dek (harpe en métal) et angkuoch reussey (harpe en bambou).

Maître Bin Song, 80 ans, est connu pour ses talents de harpe métallique. Il est originaire du village de Peah Kor Thmey de la commune de Svay Chek dans le district d’Angkor Thom de la province de Siem Reap.

Les instruments de cette région sont originaires de la minorité ethnique Kuoy et étaient joués lors des activités de cour entre garçons et filles.

« Pour la harpe en bambou, nous avons le maître Krak Chi, qui a plus de 70 ans, mais peut encore les fabriquer assez facilement. Il est chef de village et ses deux fils sont Chi Monivong, 32 ans, et Chi Chen, 34 ans. Ils sont remarquables parce que ce sont des jeunes qui savent fabriquer les instruments et en jouer, même si le son des versions en bambou n’est pas aussi fin musicalement que celui de l’angkuoch en métal », explique Seng.

Monivong et Chen confient que leurs emplois à plein temps les occupent trop pour qu’ils puissent consacrer beaucoup de temps à la fabrication d’angkuoch, mais ils sont heureux que leur père apprenne à leurs fils (ses petits-fils) à en fabriquer aussi. Ils espèrent que la tradition familiale se poursuivra et que des personnes de tous âges connaîtront et apprécieront de jouer à l’angkuoch à l’avenir.

Les outils utilisés pour fabriquer un angkuoch. Photo fournie
Les outils utilisés pour fabriquer un angkuoch. Photo fournie

« Peu de gens connaissent encore l’angkuoch. Les plus jeunes m’ont dit :

“Frère ! Qu’est-ce que tu tiens ? Est-ce une épingle en bois pour fixer les filets ? Je leur ai répondu : Non, c’est un angkuoch. Les gens s’en servent pour faire de la musique. Ils ne m’ont pas cru, mais ensuite je leur ai fait écouter et ils ont voulu savoir comment en jouer et si je pouvais leur en fabriquer », raconte Chen.

Seng précise que l’équipe de recherche a également créé un documentaire vidéo sur l’angkuoch, ses fabricants et ses joueurs, qui peut être visionné gratuitement en ligne.

« Nous avons filmé les musiciens jouant des deux types d’instruments, celui en métal et celui en bambou, et nous avons produit un court métrage documentaire de 20 minutes. Nous avons également filmé une autre vidéo d’une heure détaillant les instruments pour le British Museum de Londres et pour d’autres chercheurs travaillant dans ce domaine.

« Nous espérons que ce projet incitera les Cambodgiens et les gens du monde entier à apprécier la beauté et l’importance de l’angkuoch, aujourd’hui, demain et à l’avenir », conclut M. Seng.

 

Pour télécharger la brochure du CLA sur l’angkuoch : https://bit.ly/CLA-Booklet

Pour visionner le court métrage du CLA sur l’angkuoch : https://bit.ly/CLA-Film

Et pour consulter leur page Facebook : @cambodianlivingarts

Pann Rethea avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône