Cambodge & Culture : À propos de littérature khmère avec Lim Phanna

Les écrivains expriment souvent des idées complexes et des critiques sociétales à travers leurs récits, parfois avec des personnages s’engageant dans des discussions sur des questions sensibles, voire en abordant ces questions de manière symbolique, souvent parce que ces sujets sont beaucoup plus difficiles à aborder dans la vie réelle.

Lim Phanna, écrivaine prolifique et polyvalente, pose avec ses prix. Photo fournie
Lim Phanna, écrivaine prolifique et polyvalente, pose avec ses prix. Photo fournie

Lim Phanna, écrivaine célèbre et talentueuse et plusieurs fois récompensée, affirme que la bonne littérature éclaire les réalités sociales de son temps et documente l’époque à laquelle elle a été écrite pour les futures générations.

Au cours des quatre dernières années, Phanna a reçu de nombreux prix décernés par des organismes respectés, notamment le ministère de la Culture et des beaux-arts, l’Institut bouddhiste, le Festival de la littérature khmère, l’Association des écrivains khmers et l’Association de soutien à l’impression et à l’éducation.

Phanna a un esprit vif pour l’analyse et l’interprétation littéraires et elle explore souvent les différentes méthodes d’écriture utilisées dans le passé et les fonctions qu’elles remplissaient à l’époque, notamment dans les œuvres des femmes écrivains.

Œuvres répétitives et peu documentées

Selon elle, les œuvres de certaines écrivaines ont tendance à être répétitives dans leurs fondements, l’auteur changeant le nom des personnages ou des détails comme le décor, mais l’intrigue sera presque identique à des œuvres publiées précédemment qu’ils ont écrites.

« Parfois, dit-elle, on peut deviner la fin du livre après avoir lu le premier chapitre, voire la première page, lorsqu’on est coincé à lire les romans qui comptent parmi les moins originaux, mais qui, d’une manière ou d’une autre, sont toujours publiés année après année. »

Cependant, elle fait remarquer qu’il existe heureusement encore des auteurs qui parviennent à écrire d’excellents ouvrages, qui repoussent les limites de leurs capacités et les amènent en territoire inconnu à chaque fois qu’ils publient un livre.

« Lorsque nous lisons de grands livres des années 1960, nous avons l’impression d’avoir été réellement témoins de l’événement en raison de la richesse des détails qu’ils fournissent sur le mode de vie des gens, la société et la situation politique de l’époque comme, par exemple, le roman Mealea Doung Chet.

« Autrefois, chaque écrivain avait un style différent. Ils avaient tous une identité unique dans leurs œuvres. Les dialogues et le langage de leurs histoires étaient pleins de sens et d’essence vitale, et ils employaient un style littéraire suffisamment intelligent et nuancé pour inclure dans leurs œuvres des vues approfondies sur le monde. », dit-elle.

« Contrairement à cette tradition, certains écrivains actuels qui ont écrit des romans sur l’époque du Sangkum Reastr Niyum ne parviennent pas du tout à donner à leurs lecteurs l’impression qu’ils ont vécu cette époque.

« C’est peut-être d’abord parce que ces auteurs n’ont pas vécu cette période, mais c’est surtout parce qu’ils n’ont pas pris la peine d'effectuer des recherches approfondies sur cette période pour en avoir une vision complète.

Cela les conduit à faire appel à leur imagination plutôt qu’à s’appuyer sur des faits, ce qui est bien dans certains genres, mais si vous essayez d’écrire une fiction historique, vous devez au moins avoir les bases à propos de la période concernée.

« D’un autre côté, les écrivains devraient essayer de trouver de nouvelles idées et de créer des romans uniques avec des histoires et des décors qui ne se contentent pas de régurgiter des œuvres antérieures », ajoute-t-elle.

Écrivaine accomplie et récompensée

On peut supposer que Phanna sait de quoi elle parle, puisqu’elle est reconnue comme poétesse, compositrice, scénariste et romancière de talent depuis l’âge de 32 ans et qu’elle a remporté de nombreux prix — elle semble avoir gagné un prix ou un autre à peu près chaque année où elle a publié — tout en trouvant le temps de travailler comme conseillère psychologique.

Phanna a gagné trois prix rien qu’en 2019, remportant le premier prix de poésie aux Indradevi Awards du ministère de la Culture et des Beaux-Arts, la deuxième place pour un roman ou une nouvelle de format court au troisième festival de littérature et la troisième place pour un roman de format court aux Buddhist Institute Awards.
Phanna a gagné trois prix rien qu’en 2019, remportant le premier prix de poésie aux Indradevi Awards du ministère de la Culture et des Beaux-Arts, la deuxième place pour un roman ou une nouvelle de format court au troisième festival de littérature et la troisième place pour un roman de format court aux Buddhist Institute Awards.

Après avoir acquis de l’expérience par l’écriture pendant une dizaine d’années, Phanna affirme que, quels que soient le nombre d’années d’expérience d’un écrivain et les défis qu’il rencontre, il en tirera toujours une satisfaction.

« D’après mon expérience, je peux dire que depuis près de 10 ans que j’écris, ayant commencé ce travail très progressivement, à petits pas, tout en analysant les méthodes des autres, tous les débuts ne sont pas parfaits, mais année après année — si nous continuons à écrire — nous apprenons de nos lacunes si nous essayons de nous améliorer pendant tout ce temps », dit-elle.

Phanna est licenciée de deux universités dans des disciplines sans rapport avec l’écriture. Elle est titulaire d’un diplôme en psychologie de l’Université royale de Phnom Penh (RUPP) et d’un autre en administration des affaires et comptabilité de l’Université du Mékong. En plus de cela, elle a également obtenu un master en psychologie clinique et en psychologie du conseil à la RUPP en 2016.

Ce parcours intellectuel et universitaire diversifié lui a permis d’écrire un éventail impressionnant de poèmes, de novelettes, de scénarios de pièces radiophoniques, de scénarios, de pièces de théâtre et même de chansons - tout en travaillant seule, de manière indépendante.

« J’ai également reçu une formation de l’Association des écrivains khmers en 2012 et 2019 et, indépendamment de cela, j’ai également participé à des cours de formation sur l’écriture de pièces de théâtre et l’écriture d’analyse artistique au Cambodian Living Arts (CLA). Mon roman Fortune Teller a été mis en scène sous forme de pièce de théâtre en 2019 lors du festival Arts for Peace organisé par CLA », confie Phanna.

Liberté

Phanna aimerait aussi souligner qu’un écrivain devrait avoir assez de liberté pour exprimer ses idées sans réserve et ne devrait pas avoir à écrire selon les dictats des autres.

« Par exemple, si nous devions écrire un roman pour une institution… Habituellement, lorsque nous écrivons une histoire, nous déterminons quel personnage doit dire quel discours en fonction de sa psychologie et de son identité. Mais la plupart des administrateurs qui dirigent les institutions ne comprennent pas grand-chose à l’écriture et veulent que nous écrivions tout en fonction de leur vision du monde, de sorte que l’écrivain ne peut pas s’exprimer librement et qu’il se retrouve avec un livre écrit pour un seul public ».

« En fait, on dit souvent qu’on ne peut pas écrire pour plaire à tout le monde, mais l’opinion constructive des autres a une grande valeur et nous devons prendre ces idées en considération. Et, bien sûr, les écrivains devraient essayer de lire les auteurs du passé et se renseigner sur l’histoire de la littérature afin d’élargir leur connaissance de cette forme d’art et leurs propres compétences. »

Phanna révèle que sa première œuvre — un recueil de poèmes intitulé Beautiful Life and Youth’s Heart — a été achevée dix ans avant qu’elle ne trouve un éditeur et que, pendant longtemps, elle n’était pas sûre de pouvoir un jour devenir une auteure publiée.

Ses œuvres antérieures comprennent des poèmes, des chansons, des romans courts, des anecdotes, une pièce de théâtre, un script radio, des scénarios de films et le roman L’amour universitaire publié avec trois autres auteurs en 2018.

Sa série de romans courts Magic Book a été publiée en 2019, suivie d’un autre roman intitulé Old Bachelorette en 2020. Elle a ensuite coécrit le scénario Nokor Meas, et elle a même écrit des chansons sur les élections et des scénarios pour des vidéos éducatives produites par le Comité électoral national (NEC).

Phanna a également contribué activement à la préservation du patrimoine culturel de la littérature khmère en tant que ressource pour la prochaine génération d’écrivains.

« La prochaine génération d’écrivains devrait faire davantage de recherches et étudier l’art et l’artisanat de l’écriture, tout en s’efforçant de faire de l’écriture une habitude, quelque chose qu’ils pratiquent tous les jours. », dit-elle, ajoutant :

« Nous devons sans cesse nous rappeler que nous devons créer des œuvres nouvelles et uniques qui reflètent notre identité et éviter de plagier les œuvres des autres ou de copier l’identité ou le style des autres ».

« Les écrivains ne devraient pas être si prompts à se féliciter eux-mêmes et à faire l’éloge de leurs efforts, car trop de fierté nous rend négligent et incapable de développer nos talents et de continuer à grandir en tant qu’artistes”, conclut Mme Phanna.

Pann Rethea avec notre partenaire The Phnom Penh Post

Merci pour votre envoi !

  • Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Gazouillement
  • LinkedIn Social Icône